Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Thomas Joly, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Thomas Joly (FRA) - Nordic Magazine

Ski de fond

Ski de fond | Thomas Joly : « A une seconde, il y a le podium »

Thomas Joly a terminé huitième d’une Birkebeinerrennet de belle facture. En Visma Ski Classics, le jeune homme n’a jamais fait aussi bien. Entretien.

En Visma Ski Classics, le circuit professionnel des longues distances, Thomas Joly n’avait jamais fait aussi bien. Samedi, il a terminé à la 8e place de la Birkebeinerrennet. Un résultat d’autant plus exceptionnel pour le Jurassien qu’il y avait du très beau monde au départ de la course norvégienne.

Pour Nordic Magazine, il a accepté de revenir sur ce top 10 qui fait aussi plaisir à l’ensemble du Team Nordic Expérience auquel il appartient.

Thomas Joly : un top 10 qui fait du bien après une « saison qui n’a pas toujours été rose »

  • Déjà comment appréhendiez-vous cette course norvégienne ? Quel était votre état d’esprit au départ ?

Un peu comme pour toutes les autres, je ressentais beaucoup d’excitation et d’impatience, d’autant plus qu’à cause d’une gastro, je n’avais pas pu courir la Vasaloppet. J’en avais été frustré. Au Tartu Maraton, j’étais vraiment bien jusqu’à être victime d’une hypoglycémie. J’étais un peu agacé. J’avais envie qu’enfin ça puisse tourner. Du coup, j’étais motivé.

  • Est-ce que la présence de quelques cadors de la coupe du monde vous faisait peur ?

Leur participation fait rêver. Martin Loewstroem Nyenget qui a gagné le 50 km d’Oslo, Andrew Musgrave… c’était incroyable qu’ils soient là. Comme je ne pensais pas jouer devant, j’ai eu beaucoup de plaisir à courir à côté des meilleurs mondiaux.

  • La Birkebeinnerrennet, c’est une course particulière. Chaque concurrent porte 3,5 kg dans le dos. Qu’est-ce que cela change réellement ?

Il y a vraiment beaucoup de bosses sur la Birkebeinerrennet. Le sac de 3,5 kg durcit vraiment la course, mais l’histoire est tellement belle (En 1206, l’héritier du trône des Birkebeiner est sauvé par deux braves qui le conduisent en sécurité chez le roi à Lillehammer. La course emprunte leur tracé, ndlr) qu’il faut la respecter.

  • Comment avez-vous abordé la première grosse montée ? Comment l’avez-vous gérée ?

J’ai essayé d’être le mieux placé possible. Mais j’avais chuté après 8 km et je suis rentré en 1 km. Du coup, elle m’a fait un peu mal, mais je l’ai passée dans le groupe de tête et après, j’ai réussi à récupérer.

  • Quand vous constatez que justement l’effectif du groupe de tête se réduit au fur et à mesure et que vous êtes toujours là, que vous dites-vous ?

Je me dis : « à quand mon tour ? » (Rires). En vérité, c’est de plus en plus dur, mais je sers les dents et je double ceux qui, un par un, sautent.

  • Au moment du sprint final, on vous voit zigzaguer. Que tentez-vous ?

Je sens qu’il me reste une cartouche à mettre. J’ai vraiment envie de doubler des gars, mais je ne suis pas hyper bien placé. Je suis obligé de me décaler pour passer devant Musgrave et Kasper Stadaas. J’essaie d’être le plus propre possible, mais je veux jouer ma carte à fond.

Je suis incroyablement content
de cette 8e place,
même si, à une seconde,
il y a le podium.Thomas Joly

  • Au final, vous terminez à une excellente 8e place. Il s’agit de votre meilleur résultat en carrière sur la Visma Ski Classics. On vous imagine très fier !

Je suis incroyablement content de cette 8e place, même si, à une seconde, il y a le podium. Je la prends les bras ouverts. C’est bien pour moi, pour mes collègues, mon coach, nos sponsors et le team. C’est une victoire collective.

  • Cette performance au soir d’une saison compliquée doit vous faire du bien.

Absolument. La saison n’a pas toujours été rose. Je suis rentré deux fois dans le top 20. Comme je le disais, j’ai manqué la Vasaloppet, j’ai aussi vécu une grosse chute sur la Marcialonga. C’est vraiment super pour moi et le team.

  • Vos ambitions pour les dernières compétitions de l’hiver ont-elles changé ? Envie d’aller chercher un top 5 ?

Non, mes ambitions n’ont pas changé. J’aimerais retourner dans le top 20, pourquoi pas dans le top 10. Je vais prendre les courses les unes après les autres. Un gros morceau m’attend le week-end prochain (les 100 km de l’Årefjällsloppet, ndlr.)


A lire aussi


Les cinq dernières infos

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique

Facebook

A LIRE AUSSI

Ski de fond

Les deux fondeuses suédoises se rendront, le mois prochain, au col de Lavazè (Italie) pour un stage d'altitude.

Ski de fond

Début 2023, les sapeurs-pompiers disputeront leurs championnats de France aux Plans d'Hotonnes après deux années d'annulation.

Vu de Norge

Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

Ski de fond

6:27. A la fin du mois de mars, à quelques jours de la Reistadløpet et de l’Ylläs-Levi, dernière course de la saison, Théo Deswazière...

Ski de fond

Ce lundi, les fondeurs suédois ont débuté leur tout premier stage collectif de l'été à Sollefteå (Suède).

Ski de fond

Depuis maintenant près de deux semaines, les membres de l'équipe de France de ski de fond sont en stage à Tignes (Savoie). Album photo.

Ski de fond

L'équipe de Finlande de ski de fond sera habillée, à partir de l'hiver prochain, par Swix.

Rollerski

Irrésistible dans l'emballage final, le Norvégien Johannes Hoesflot Klæbo gagne la Kanalrennet à Lunde (Norvège).