Ski de fond | Tour de Ski : les premières impressions de Jules Chappaz

Ski de fond, biathlon , combiné nordique, saut à ski
Rollerski, trail, ski de fond, Ski nordique, Ski-roues

SKI DE FOND – Depuis le 28 décembre, Jules Chappaz découvre le Tour de Ski. « La coupe du monde, c’est comme une simple course régionale », confie avec humour le Cluse à Nordic Magazine à la veille d’une nouvelle compétition à Toblach. Autrement dit, entre le départ et l’arrivée, il faut aller vite. Très vite. Entretien.

 

55e de la mass-start d’ouverture du Tour de Ski et 39e du sprint : le rookie de l’équipe de France, Jules Chappaz, découvre la coupe du monde de ski de fond à 20 ans. De retour d’une séance d’entraînement à la veille d’un 15 km skate à Toblach, il répond aux questions de Nordic Magazine.

 

  • Alors, c’est comment la coupe du monde ?

Finalement, la coupe du monde, c’est comme une simple course régionale, il y a un portillon, une ligne d’arrivée et entre les deux, faut aller à bloc ! Après, le niveau est dense et la moindre erreur peut vite faire perdre 5/10 places. Il y a aussi un peu plus de spectateurs que sur l’OPA.

  • … Et un peu plus pression, non ?

Forcément, à quelques instants du départ, la pression est un peu plus forte, on est sur le Tour de Ski, la grande course de l’année, et on a envie de bien faire !

  • Quel bilan personnel dressez-vous de vos deux courses, une mass-start et un sprint ?

Mon bilan personnel est plutôt positif, je suis là pour acquérir un maximum d’expérience et, pour le moment, c’est plutôt réussi. Après comptablement parlant, j’aurais bien aimé passer la qualif sur le sprint de Lenzerheide. Mais bon, il y aura d’autres chances j’espère !

 

Ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski

Jovian Hediger (SUI), Jules Chappaz (FRA) – Modica/NordicFocus.

 

  • Est-ce qu’un jeune fondeur comme vous est impressionné de courir au milieu des stars du circuit ?

Sur la mass-start, j’ai été un peu impressionné oui, de courir au milieu de grands, des stars que je regarde chaque week-end à la télé. Mais une fois passé cette impression, finalement, ces stars, ils ont deux bras, deux jambes, comme moi. Alors je vais me battre contre eux et pas les regarder en me laissant impressionner.

  • Par aucun, vraiment ?

J’ai pas bien pu voir. A la mass-start, j’étais un peu derrière et j’ai pas trop vu la course de l’avant. Sur le sprint, j’étais dans ma course, j’ai pas trop regardé les autres sur la qualif.

 

J’essaye juste de prendre un maximum de plaisir.

 

  • Vous avez aussi découvert l’ambiance de l’équipe de France en coupe du monde. Comment avez-vous été accueillis par vos aînés ?

Très bien ! Je me suis tout de suite bien intégré et l’ambiance est top entre le staff et les athlètes.

  • Et vivre cette aventure avec votre copain Hugo Lapalus, n’est-ce pas la cerise sur le gâteau ?

Moyen. C’est mon copain quand on se voit pas trop, mais à la longue j’en ai un peu marre. En plus c’est encore mon compagnon de chambre… Blague à part, c’est top d’être avec lui, je ne me sens pas le seul jeune, et puis on s’entend super bien. Du coup, c’est top !

  • Comment voyez-vous la suite de votre Tour de Ski ?

Pour la suite de ce Tour, je vais déjà courir à Toblach, en espérant que ça réponde bien, et après on verra. Cette semaine de compétitions, je prends vraiment chaque course au jour le jour, sans penser au lendemain. J’essaye juste de prendre un maximum de plaisir et de profiter d’être là.

 

Photo : Nordic Focus

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.