Ski de fond | Valentin Chauvin : « Je me suis rassuré »

Valentin Chauvin, ski de fond, Val di Fiemme
Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

SKI DE FOND – Valentin Chauvin a signé sur le sprint de Val di Fiemme (Italie), comptant pour le Tour de Ski, son meilleur résultat en carrière. Le Jurassien revient pour Nordic Magazine sur sa journée avec de la fierté mais aussi une once de déception. Entretien.

 

  • On imagine une grande satisfaction au soir de votre meilleur résultat en carrière ?

Oui, je suis content. Ça avait mal démarré avec le quart de finale. Je ne m’attendais pas à aller en demie. Je suis content, c’est une belle journée, même s’il y aurait eu moyen de faire mieux en finale. Ça s’est regardé et ça m’a un peu coûté le placement à l’entame de la descente. Je suis content, mais il y a un peu de frustration.

 

Valentin Chauvin, ski de fond, Val di Fiemme

Valentin Chauvin (FRA) – Vianney THIBAUT/NordicFocus

 

  • Troisième en qualifications, vous deviez sentir que vous aviez de bonnes jambes ?

Après la qualification j’étais rassuré. Tous les jours, la forme évolue différemment. Je suis rassuré, mais je savais que ça allait être tactique. Ça ne s’est pas joué au physique, mais au placement. Aujourd’hui, je pense que le plus malin était Svensson. Quand on bascule devant à Val di Fiemme, il faut y rester et c’est rare. Il a surpris tout le monde. J’avais pas vu qu’il avait pris quelques longueurs d’avance car j’étais bloqué derrière.

 

« Avant l’Alpe Cermis, je ferai tout pour protéger Maurice »

 

  • On vous a moins vu sur les dernières courses, était-ce dans l’optique de faire le meilleur résultat possible sur ce sprint classique ?

À la base, j’étais parti pour essayer de jouer chaque course au général. J’ai eu quelques couacs. À Val Müstair, sur la mass-start, j’ai mis trop de fart d’accroche. Le lendemain, j’avais mal au dos. Après, j’ai abandonné le général car il fallait que je me soigne. Il y avait aussi la mass-start classique de Val di Fiemme que j’avais envie de jouer. Malheureusement, ça n’a pas répondu. J’étais très fatigué. J’ai peut-être mal digéré quelque chose, c’était une journée sans. Ça m’a bouffé de l’énergie et ça m’a coûté.

 

  • Que peut-on vous souhaiter sur la dernière étape, la terrible montée de l’Alpe Cermis ?

Si ça répond, j’essaierai de faire une belle course, mais j’irai en tant qu’équipier. Je ferai tout pour protéger Maurice [Manificat]. Je ferai ma course en bas de la montée, après, ça sera sauve qui peut.

 

Valentin Chauvin, ski de fond, Val di Fiemme

Valentin Chauvin (FRA) – Vianney THIBAUT/NordicFocus

 

  • Que pouvez-vous nous dire sur cette équipe de France qui semble dans une belle osmose, un bel état d’esprit ?

Il y a de bons résultats chaque jour, et puis ça tourne, ce ne sont jamais les mêmes. Chacun a fait sa bonne course dans le Tour. Même Delphine. S’il ne reste plus qu’elle, il ne faut pas l’oublier. Ça tire tout le monde vers le haut. Ça donne envie d’aller faire mieux. Chacun veut repousser ses limites. Avec Richard [Jouve], c’était différent quand on a laissé le général de côté. Aujourd’hui, c’était une course qui comptait pour nous.

 

« Il y aura d’autres courses mais je vais vraiment me concentrer sur les sprints cette année »

 

  • Qu’est-ce qu’il vous manque pour aller chercher ce podium, voire mieux ?

Aujourd’hui, j’avais le physique pour faire podium si ça skiait fort sur la finale. Si ça avait skié tout le long, j’aurais pu me dépatouiller des autres. Il me manque peut-être encore un peu de sérénité. Le physique est là. Après, il y a encore deux, trois clés à aller chercher dans certaines courses.

 

Valentin Chauvin, ski de fond, Val di Fiemme

Valentin Chauvin (FRA) – Vianney THIBAUT/NordicFocus

 

  • Quels sont vos objectifs sur la saison après le repos bien mérité du Tour de Ski ?

Les Mondiaux, évidemment. Je ne sais pas si je serai sélectionné, mais surtout je veux continuer de me faire plaisir et arriver confiant là-bas et jouer pleinement ma carte. Il faut aussi prendre un maximum d’expérience. Les objectifs sont plutôt portés sur le sprint. Il y aura d’autres courses, mais je vais vraiment me concentrer là-dessus cette année.

 

À lire aussi :

 

Photos : Nordic Focus.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

1 Commentaire

  1. Jean

    09/01/2021 à 19 h 03 min

    Ca c est aussi et surtout joué à la glisse…mais aussi un peu à la tactique…
    Le suédois avait une glissr enorme (regardé son quart ou demi (j ai ps pu voir la finale) il glissait super bien bravo au tech suédois mais aussi en francais parce que sans ca valou ne serait p s là en final mais même avec ca il n avait pas les moyens de gagner…

    (Peli etait pas en bonne forme aujourd’hui et/ou mauvaise glisse

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.