So Nordic ! : une nouvelle image pour le nordique

C’est le 4 octobre dernier que la nouvelle signature So Nordic ! a été présenté. De quoi s’agit-il exactement ? Quels sont objectifs ? Réponse avec Samuel Lopes, chargé de mission Conseil National du Nordique.

So_Nordic_logo_bleu.png

Quelle image a le nordique en France ?

Le nordique en France souffre aujourd’hui d’un déficit d’image, tant d’un point de vue de la notoriété (confusion avec le ski alpin notamment) que des valeurs qui lui sont associées, entre autres par les non pratiquants. Pour ces derniers, le “nordique” fait appel à des concepts de “froid”, de “sport”, de “neige” et de “Scandinavie”. Autrement dit, des “valeurs” qui ne se trouvent pas en adéquation avec la communication actuelle du nordique qui est faite : nature, environnement préservé, ludisme et multi-activités.

Pour autant, le nordique et ses valeurs sont tout à fait dans l’ère du temps : besoin de nature, attentes de développement durable, souci de santé, de “plaisir doux”.

Ce qui nous amène à penser que le nordique a “une carte à jouer”, à conditions de changer la communication que nous en faisons aujourd’hui. Il faut préciser que l’on parle ici de “nordique” (ski de fond, raquettes, traîneau à chiens, etc.) et non pas de ski nordique.

Est-elle la même à l’étranger ? En Suisse par exemple ?

L’image du nordique chez nos voisins européens peut être caractérisée en trois pôles : chez les scandinaves, le “nordique” fait partie de leur culture globale, d’une tradition. Chez nos voisins “germanophones” (Suisse, Autriche, Allemagne), le nordique est communiqué comme une “ambiance”, une certaine vision de la nature, de la vitalité et de la convivialité (présence de nombreux points de restauration notamment).  En France et dans les pays latins, on communique encore beaucoup sur les activités en elles-mêmes, et donc parfois sur leur caractère sportif.

Dans les pays nordiques, les skieurs ne paient pas de redevance. Ce sont les hébergements qui sont taxés. Est-ce un exemple à suivre pour accroître la pratique ?

Cette question ne peut appeler une réponse aussi simpliste. Aujourd’hui, même avec la redevance, les sites nordiques n’équilibrent pas leur budget.

Néanmoins, il est clair que la notion de “retombées économiques induites” liées au nordique doit être davantage mise en avant et comprise : pour un euro de redevance perçu, c’est plusieurs euros de retombées induites sur les territoires (étude en cours de réalisation pour la détermination du ratio exact).

Pourquoi le nordique a-t-il besoin de « moderniser » son image ?

Davantage que pour “retrouver des fondeurs”, il s’agit d’attirer des clientèles (fond, raquettes, promenades) et donc faire vivre les territoires (économie indirecte). Le nordique doit faire face à la concurrence d’autres activités et d’autres territoires ; il convient donc d’avoir une communication efficace si l’on veut réussir à séduire des clients / pratiquants. Par ailleurs, nous devions absolument nous placer en synergie avec la communication globale de la montagne française portée par France Montagnes.

Le nordique ne pouvait pas rester sur ses propres principes en occultant les évolutions de son environnement et du monde qui l’entoure (importance du web notamment).

Une image jeune, moderne, dynamique”

 Que mettez-vous derrière la marque « So Nordic » ?

Les acteurs de la filière ont souhaité se réunir au sein d’une “bannière commune” intitulée “So Nordic !”. Il s’agit de moderniser la filière (activités et territoires) en donnant une image jeune, moderne et dynamique.

Le smiley est totalement dans l’ère du temps (similitude avec le langage informatique) et il fait référence au plaisir, au bien être, à la convivialité.

Le “So nordic!” modernise l’ensemble et constitue une “estampille” sur les documents en exprimant “ça c’est nordic!”, autrement dit “ça c’est bien” !

Par ailleurs, cette signature s’accompagne de visuels que nous avons voulu “dynamique” et de messages “décalés” : “Bon pied, bonheur” pour les raquettes, “la forme n’est rien sans le fond” pour le skating, “reprenez du poil de la bête” pour le traîneau à chiens, etc.

Qui et comment peut-on utiliser cette nouvelle signature ?

Cette nouvelle signature s’accompagne d’un ensemble de ressources (photothèque, affiches, flyers et plaquettes personnalisables, argumentaires pour communiquer sur les activités, dossier de presse, tutoriaux pour communiquer sur internet, etc.) qui sont accessibles à tous : structures nationales, territoires, clubs, moniteurs, offices de tourisme, simples pratiquants, etc.

Certains éléments ont été conçus en direction de celles et ceux qui n’ont pas ou peu de compétences et de moyens en communication. D’un simple clic, il sera facile de créer ses propres documents de communication !

Tous ces documents seront réunis autour d’une plate-forme web qui sera accessible en ligne dans le courant de la semaine (Plus d’infos sur www.cndn.fr).

Pour pouvoir utiliser les documents, il suffira de remplir un formulaire d’inscription. Ensuite, charge à chacun de “piocher” les éléments qui l’intéressent et de les réintégrer dans sa communication. En définitive, nous souhaitons que tous les documents qui parlent de “nordic” vont maintenant intégrer la signature de la filière : “So Nordic !”

Quel est le rôle du Conseil national du nordique (CNDN) ? 

Le Conseil National du Nordique a été créé fin 2007 par la volonté des acteurs du nordique (fédérations, syndicats, pouvoirs publics, etc.) afin de “redynamiser la filière” et d’engager une spirale positive de développement.

Ce projet est porté par le ministère des Sports et le Centre National de Ski Nordique et de Moyenne Montagne de Prémanon.
Concrètement, les travaux du CNDN portent sur trois leviers :
– favoriser l’adaptation des sites nordiques aux nouvelles attentes des clientèles (sport doux, vitalité, nature, bien être, ludisme) = publication en janvier 2010 d’un Guide pratique : le “Guide du Nordique” (disponible en téléchargement gratuit sur www.cndn.fr).
– rénover l’image du nordique = le travail est actuellement en train d’aboutir avec la mise en place d’une signature (So Nordic!) mais aussi d’un ensemble d’outils dont des visuels et des messages aux tons décalés.
– organiser des moments de rencontres et d’échanges : les Rencontres du Conseil National du Nordique se sont tenues le mardi 4 octobre  à Annecy avec plus de 170 participants.


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade