Sochi : cacophonie avec les carabines et les munitions

En Russie qui vient d’accueillir, à un an des Jeux olympiques à Sochi, une épreuve de coupe du monde, les procédures de contrôle des carabines et des munitions ont été plus compliquées que dans de nombreux autres pays. En conséquence, les différents teams ont dû se plier à de longues vérifications.

Cela a d’abord commencé à l’arrivée et, aussi surprenant que cela puisse paraître, quand il a été temps de rassembler le matériel pour quitter le pays, les démarches avaient changé.

Après trois jours de compétitions difficiles, tout le monde espérait passer une soirée détendue et une bonne nuit de sommeil le dimanche. Mais la plupart des entraîneurs ont dû prolonger leur journée avec fusils et munitions qui ont été comptées pièce par pièce. En outre, de nouveaux formulaires ont été remplis.

Les nerfs étaient mis à rude épreuve et la situation était pour le moins très chaotique car il semble qu’aucun staff n’ait été correctement informé des modifications. « J’attends depuis près de trois heures et ce n’est pas fini pour moi », s’est plaint Siegfried Mazet, entraîneur de l’équipe de France masculine. « La procédure est complètement folle », a confirmé Ondrej Rybar, de l’équipe tchèque. « Il n’y a pas de problème, s’est défendu Andrey Markov, l’un des responsables russes. Et d’ajouter : « C’est la première fois que les équipes viennent à Sochi et tout s’arrange. » Il promet en tout cas de revoir la copie pour les JO, à commencer par un lieu plus grand qui permette un meilleur accueil.

 


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade