Sprint/Falun : première victoire de l’hiver pour Pellegrino

SKI DE FOND – L’Italien a remporté le sprint de Falun au terme d’une course très disputée.

 

A Falun, où ont été disputés les derniers mondiaux de ski nordique, les sprinteurs étaient aux affaires ce samedi. En fin de matinée, deux Français sur quatre avaient réussi à se qualifier. En quarts de finale, Lucas Chanavat entra tout de suite dans le vif du sujet. La première partie de sa course, il skiait en queue du peloton. Ce fut dans la dernière montée menant au stade qu’il attaqua. Si le Suédois Teodor Peterson occupait la tête, le Russe Sergey Ustiugov pouvait encore l’empêcher de terminer dans les deux premières places. Mais le Français appuya sur la champignon dans les derniers mètres et jeta son ski sur la ligne d’arrivée. Qualifié ! Le contrat était rempli.

Même satisfaction ensuite pour l’Italien Federico Pellegrino et le Norvégien Finn Haagen Krogh.

Dans la troisième série, Baptiste Gros prenait le départ. L’Annécien, comme son compatriote, ne joua pas d’emblée la pole position et se plaçait derrière Emil Joensson. C’est en quatrième position qu’il se présentait dans la dernière ligne droite. Il tenta une percée devant les tribunes, mais se retrouvait, en définitive, dans la peau du lucky loser.

Son sort ne lui appartenait donc plus. La quatrième série conduite par Oskar Svensson et Emil Iversen puis celle qui réussissait à Johannes Hoesflot Klæbo  et au Canadien Len Valjas furent heureusement plus lentes. L’histoire n’était donc pas finie.

 

Deux tricolores face à face

Face à face… ou plutôt côte à côte. C’est ainsi que les deux Poneys prirent le départ de la première demi-finale. D’entrée de jeu, Lucas Chanavat saisissait le volant, avec Teordor Peterson pour compagnon. A la première montée, le sprinteurs du Grand-Bornand rétrogradait et Baptiste Gros prenait le relais. Sauf qu’au retour dans le stade, payant sans doute leurs efforts, les tricolores se retrouvaient derrière. Et voyaient l’aventure s’arrêter là.

L’Italien Federico Pellegrino, lui, ne faiblissait pas. Dans la deuxième course, à laquelle pas moins de trois Norvégiens participaient, il observait ses plus dangereux adversaires, dont le jeune prodige Klæbo, plus rapide que lui au chronomètre. De quelques dixièmes. Le Suédois Oskar Svensson serait également à surveiller.

 

 

Dans le dernier acte, le sprinteur du Val d’Aoste comprit rapidement qu’un autre pouvait le priver d’une victoire. Emil Iversen et les autres skieurs engagés ne le quittaient pas. Ils le menaçaient. L’issue allait d’ailleurs se révéler incertaine. Comme pour les dames un peu plus tôt, il fallut visionner les images pour déterminer le tiercé gagnant. Et quand le speaker prononça le nom de Pellegrino, celui-ci ne put dissimuler sa joie. Il poussa un cri. « Je voulais gagner », confirmait-il.
 

Iversen se contentait de la deuxième place et son coéquipier Skar de la 3e. 5e position pour Klæbo qui ne réussissait pas à monter sur le podium.

 

Télécharger (PDF, 309KB)


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.