Sylvain Guillaume : “Coline a de vraies chances”

Sylvain Guillaume, vice-champion olympique de combiné nordique à Albertville en 1992, se penche sur le saut à ski dames. Pour cette première olympique, il voit bien Coline Mattel s’inviter sur le podium.

Coline, pour la médaille

Coline a de grandes chances d’être médaillée. En revanche, je crois que pour le titre, ça risque d’être compliqué avec la Japonaise Takanashi et l’Autrichienne Iraschko-Stolz. Clairement, il va falloir aller les chercher ses deux filles là, surtout Takanashi qui saute très bien. Iraschko, de son côté, revient de blessure (déchirure du ménisque et rupture des ligaments croisés en janvier 2013, ndlr) mais est déjà hyper compétitive. Je l’ai vue remporter deux concours à Planica fin janvier, puis elle a beaucoup d’expérience. C’est la grande dame du saut à ski féminin Derrière, Coline a de vraies chances surtout que ces dernières compétitions ont été convaincantes avec des podiums (2ème en individuel et 3ème par équipe au championnat du monde junior de Val di Fiemme fin janvier, ndlr). Pour moi, le podium se composerait sur le papier de Takanashi en première, devant Iraschko et Coline. Après, il ne faut pas oublier que ce sont les premiers Jeux olympiques pour le saut féminin et c’est un concours unique. Tout peut arriver.

Coline Mattel

A 18 ans, Coline Mattel va découvrir les Jeux olympiques et vise raisonnablement une médaille.

 

Léa Lemare et l’expérience des Jeux

Elle vient pour obtenir du vécu, emmagasiner de l’expérience en vue des prochains Jeux olympiques. Elle est jeune, elle doit se faire plaisir. Ce sont ses premiers Jeux, elle a 17 ans, elle aura une grosse pression mais il ne faut pas qu’elle se prenne la tête et on verra bien ce que ça donnera au final. Pour Léa, le but ici, c’est vraiment qu’elle se familiarise avec l’environnement des Jeux car c’est tellement différent d’une coupe du monde ou de n’importe quelle autre compétition. Les JO, c’est le village olympique, de voir tous les autres athlètes, la cérémonie. C’est quelque chose d’énorme qui provoque un tas d’émotions difficile à gérer qui peuvent te perdre dans ta préparation, ta concentration.

 

Julia Clair, mission Top 10 ?

Pour Julia Clair, la donne est différente de Léa Lemare. Je pense, sincèrement, qu’elle peut viser le Top 10, Top 15 sans aucun problème. Elle a un peu plus d’expérience et je trouve qu’elle saute pas mal. A l’entraînement, elle est dans le coup donc ça peut donner quelque chose d’intéressant. A voir.

 

Takanashi intouchable ?

Avec 10 victoires en 13 étapes de coupe du monde, elle a engrangé tellement de confiance, elle saute tellement bien à la japonaise avec une position très agressive, un petit gabarit et aucune peur. Hallucinant. Sa jeunesse est aussi son atout car elle est insouciante et se dit : « J’envoie, je me fais plaisir et on verra. » C’est pour ça qu’elle est devant toutes les autres et que c’est la grande favorite. Après, il faut encore qu’elle supporte la pression (sourire). L’avantage, c’est qu’elle est asiatique et la pression, elle sait gérer. Encore une fois, la magie des Jeux existe et on a souvent vu des grands favoris passer à côté et ne pas avoir la médaille. Je me souviens d’Hannu Manninen en combiné nordique à Turin en 2006 qui avait tout gagné avant les Jeux et qui est reparti sans médaille. C’est le petit bémol.
Sochi_Saut

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.