Sylvain Guillaume : «J’ai une totale confiance en Jason»

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

Vice-champion olympique de combiné nordique à Albertville en 1992, Sylvain Guillaume refuse de s’alarmer après la journée noire qu’a connue Jason Lamy Chappuis et croit en lui pour le grand tremplin et l’épreuve par équipe. Pour lui, l’enfant de Bois d’Amont va se relever plus fort.

 

Pas le jour de Jason Lamy Chappuis

Ce n’est pas une machine. Faudra bien évidemment attendre l’explication du staff mais lui, il n’avait simplement pas les jambes. Tout le monde parle de la glisse mais les autres glissaient bien, et quand on n’a pas la forme, on ne glisse pas non plus. C’est un peu dommage quand même car il pouvait prétendre à la médaille et au titre, même si Frenzel était bien devant. Ce n’est pas du tout son niveau et il y avait la place. Ce matin, il était confiant après le saut mais les sensations sur les skis, c’est différent. C’est comme si je vous demandais comment vous vous sentez pour 20h que vous me disiez bien et qu’à 20h ça n’aille pas. Je pense également qu’au-delà de la forme, il y a peut-être aussi une petite erreur dans le choix de la dureté de ses skis. Il faut aussi comprendre qu’il a lâché vite fait quand il a vu qu’il n’était plus dans le groupe de tête car ça ne servait à rien qu’il se batte pour être 20e. Après, jamais Jason ne s’est dit qu’il allait abandonner, c’est inconcevable aux Jeux olympiques, puis il sait qu’il a besoin de courir donc il s’est fait un peu mal puis il a fini comme il put.

 

Réaction d’orgueil attendue

LAMY-CHAPPUIS Jason

Cette 35e place va l’aider pour les courses. Malheureusement, Jason a besoin de course. A Vancouver, il n’avait pas eu besoin d’attendre en étant champion olympique tout de suite mais de temps en temps, il a besoin d’avoir des courses dans les jambes et aux Jeux on ne peut pas se permettre ce luxe. Bon, maintenant, il est passé à côté de sa course de fond, c’est tout. J’ai une totale confiance en Jason. Il sautait très bien aux entraînements, il avait retrouvé la confiance. Là, c’est juste un jour sans les jambes et ça va repartir pour la suite. Il ne faut pas tirer de conclusions hâtives tant que les Jeux ne sont pas finis. Il reste encore le grand tremplin (mardi 18 février) et le par équipe (jeudi 20 février). S’il revient avec une médaille là, on aura tout effacé. Il n’y a pas le feu à la maison. N’oublions pas que Jason, c’est un diamant, champion olympique quadruple champion du monde quand même. Puis en 2011, il finit 15e du petit tremplin aux Mondiaux d’Oslo et 4 jours plus tard, il devient champion du monde sur le grand. Contrairement au chêne qui va céder ou se déraciner, il va plier comme le roseau pendant la tête et revenir.

 

Laheurte et Braud à leur place

LAHEURTE Maxime

Belle course de Maxime Laheurte. Un beau concours par rapport à ce qu’il a pu montrer cette année. Il n’a pas grand-chose à se reprocher même s’il n’est pas à son vrai niveau en saut. Il faut parfois se contenter de la forme que l’on a le jour présent et aujourd’hui, ce n’est pas si mal que ça. Il faut réaliste, il n’allait pas chercher une médaille, un Top 10 aurait été une grande surprise donc il est à sa place au vu de son état forme et mieux que toute la saison. C’est aussi de bon augure pour l’épreuve par équipe.

Concernant François Braud, je suis un peu déçu du saut car il n’est pas à sa place. Il peut faire beaucoup mieux. Il a notamment gagné des concours comme à Lillehammer en décembre. Pour le fond, la course est correcte.

 

Le malade Lacroix

OLYMPIC GAMES SOCHI 2014

Quand on revient de maladie, que ça vous cloué au lit et coupé un peu les jambes, forcément lors des premières intensités vous n’êtes pas dans le coup. Et là aux Jeux, ça ne pardonne pas car ce n’est pas une coupe du monde, il n’y a que les 4 meilleurs de chaque nation et quand vous n’êtes pas bon, vous reculez tout de suite. On l’a vu, il n’a pas pu suivre François. Il fera mieux sur le grand tremplin et par équipe. C’est bête à dire mais il ne faut pas tomber malade juste avant les Jeux. Ca anéantit pas mal de chances d’autant que tout le monde est programmé pour avoir son pic de forme à ce moment là et que vous allez avoir la pression.

 

Frenzel, grand champion

FRENZEL Eric

C’est un super champion. Il a su réagir après des entraînements où il n’était pas très bien et le jour du concours, il a mis tout le monde d’accord avec son saut. Ca, c’est très fort, c’est la marque des grands. Il faut se rappeler qu’il y a 4 ans, c’est Jason qui faisait ça. Frenzel est en forme, il va gagner le général de la coupe du monde pour la deuxième fois consécutive. J’ai hâte de le voir courir avec les meilleurs fondeurs si ces derniers ne perdent pas trop de temps sur le saut car ça promet des beaux finish. Frenzel est bon en ski de fond mais il ne fait pas de différence non plus. C’est tout de même un super champion olympique.

Derrière, on a Watabe, toujours placé, toujours sur le podium (6 cet hiver en coupe du monde, ndlr). Il a vraiment du mal a gagné puis, je ne sais pas s’il n’en pouvait plus mais j’ai trouvé qu’il ne s’est pas battu énormément, qu’il a lâché assez facilement.

Un petit mot aussi sur Alessandro Pittin qui a failli rééditer ce qu’il avait fait à Vancouver où il avait fini 3e. Il fait une super course, on le connaît c’est l’un des meilleurs fondeurs du circuit, et il est passé tout près de la médaille et je crois qu’il y a pensé un peu trop fort à la fin de la course. Derrière, l’envie de Krog a fait la différence. Ma petite déception, c’est Moan. Il a tellement bossé le saut cet été qu’il a beaucoup perdu en ski de fond, alors que c’était la référence il y a quelques années. Ca prouve la difficulté de l’équilibre a trouvé en combiné.

 

Photos : Vianney Thibaut/Agence Zoom

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.