Télémark : Nolwenn Faivre exclue de l’équipe de France

La Jurassienne Nolwenn Faivre ne fait plus partie de l’équipe de France de télémark. La FFS n’a pas sélectionné la jeune femme pour la prochaine saison

 

Portrait-site.jpg 

« Je découvre par un lien partagé sur Twitter puis un autre partagé sur Facebook par mon propre président que je ne fais désormais plus partie de l’équipe de France de télémark. » La Jurassienne Nolwenn Faivre aurait apprécié plus de « franchise » et d’ « honnêté » de la part des instances nationales. Après une première coupe du monde en janvier 2006 et les 9 années passées au sein du groupe France, la jeune femme imaginait avoir droit à plus de « respect » : « Le sport de haut niveau est ingrat, cela demande un fort investissement financier (pour ceux qui ne le savent pas nous auto-finançons intégralement notre saison et notre préparation [soit environ 10 000 euros par saison, NDLR]) et aussi un fort investissement physique et moral. Le soutien est peu présent et l’acharnement est continu. Se battre face à soi même, face au fait d’être une femme dans le sport mais aussi se battre face à un encadrement fédéral qui aurait pourtant pour premier objectif de soutenir les athlètes. »

 

Une saison tendue…

C’est donc sur son site internet qu’elle a décidé, samedi, de réagir. Et de revenir sur une dernière saison pendant laquelle elle a ressenti « une forte pression et un climat loin d’être sain, voire extrêmement tendu. »

Il faut dire que  la Rousselande a dû jongler avec une carrière de sportive de haut niveau et des études supérieures qu’il convient de ne pas négliger à son âge. Dès le printemps 2012, elle débute l’entraînement, ayant en ligne de mire les championnats du monde et le podium. Parallèlement, elle valide sa première année de Master, et intègre en septembre un master 2 Marketing et Communication par alternance. « L’emploi du temps s’annonce chargé. » En effet, un premier stage fédéral est programmé, mais elle ne peut pas le rejoindre. « Un deuxième stage est organisé, mes affaires sont prêtes et malheureusement ma grand-mère est victime d’un AVC et s’éteindra moins d’une semaine après. Je suis près de ma famille, cela me touche beaucoup, mais je reprends l’entraînement physique », poursuit Nolwenn Faivre.

 

… et chargée

« Entre-temps, le calendrier de coupe du monde s’officialise, cela s’annonce extrêmement compliqué car tous les déplacements tombent durant mes semaines d’école (sachant que je n’ai qu’une semaine par mois). J’annonce ainsi à l’encadrement le choix de faire une saison semi-sabbatique, afin de me concentrer sur la fin de mes études. Là un 3e stage est organisé avant la première Coupe de France, les emplois du temps continuent de se chevaucher et je ne peux me rendre, puisque j’ai des examens scolaires », indique encore l’étudiante qui va rejoindre dans l’année Patagonia comme assistante marketing et communication.

 

Des résultats insuffisants

Tout au long du mois de janvier, elle est présente sur les coupes de France, « mais le ski n’est pas au rendez-vous », reconnaît-elle. Elle entend briller lors la coupe du monde de Chamonix. « Je termine finalement 11e en commettant de grosses erreurs mais en montrant un ski engagé », raconte-t-elle.

Un résultat loin d’être suffisant pour l’encadrement. Elle n’est pas sélectionnée pour les championnats du monde : «Un samedi soir à 22h30, je reçois un mail m’annonçant ma non-sélection, car je ne remplissais pas les quotas. Des quotas, me dites-vous ? Je n’étais pas informée. » En fait, il lui aurait fallu intégrer le top ten pour que la décision finale soit différente.

La saison s’achève ici. Ce qu’ignore Nolwenn Faivre, c’est que sa carrière sportive n’ira pas plus loin.

 

Une femme d’exception

Le vendredi 8 mars dernier, journée de la femme, elle avait reçu le trophée de “Meilleur Espoir” lors d’une soirée organisée par l’association Elles Jura, ayant pour but de récompenser les “femmes d’exception” du département. « Sans crainte, mais avec un peu de modestie tout de même, j’ose dire que je suis fière de mon parcours et du chemin déjà accompli », déclarait-elle à ce moment-là sur le net. Espérons que la multiple médaillée à des championnats du monde, vainqueur d’une coupe du monde lors de la saison 2011/2012 et championne de France à divers reprises n’a pas changé d’avis. C’est un très beau palmarès.


 

 

Voici la composition de l’équipe de France de Télémark :

Equipe Seniors 

Entraineur : Denis GACON

Seniors Dame:

– Laura GRENIER-SOLIGET

Seniors Hommes:

– Chris LAU

– Phil LAU

– Sven LAU

– Antoine BOUVIER

– Clément BERGERETTI

– Dereck BOUVIER-GARZON

– Igor FIARD

Equipe juniors

Entraineur: Denis GACON

Juniors Dames:

– Kaline OSAKI

– Argeline TAN-BOUQUET

– Maëlle FROISSART

– Océane VERBECK

Juniors Hommes:

– Charlie FRADET

– Guillaume ISSAUTIER

– Svan BLAIN

– Matti LOPEZ

– Aurelien FERNEY

– Pierre MARTINET

 

Photos : site Internet de Nolwenn Faivre