Tom Balland est le premier (et seul) Jurassien sélectionné aux JO de la jeunesse

Tom Balland, nouvelle génération de la célèbre famille jurassienne, vient d’entrer dans l’histoire du nordique. Le combiné est en effet le premier (et le seul) Jurassien à participer aux Jeux olympiques de la jeunesse qui se dérouleront à Inssbruck, en Autriche, du 13 au 22 janvier 2012. Interview.


Tom-Balland.jpgVous êtes le seul Jurassien sélectionné au Jeux olympiques de la jeunesse. Heureux ?

Oui bien sûr ; c’était un objectif pour la saison 2012.

 

Pouvez-vous nous rappeler comment se sont déroulées les sélections ?

Il y a eu un combiné à Autrans en ski-roue en juillet lors duquel j’ai gagné dans ma catégorie d’âge. Puis a suivi une tournée d’été en saut où j’ai été dans le coup. Enfin, nous avons eu une OPA en combiné à Winterberg où j’ai confirmé.

 

Racontez votre parcours, à commencer par Morbier d’où vous êtes originaire, comme Anaïs Bescond, votre découverte du ski, du combiné nordique…

J’ai fait mes premiers pas dans le ski alpin, de la 6e à la fin de la 3e. C’était un sport qui me plaisait particulièrement, mais je ne prenais pas autant de plaisir à faire des compétitions qu’à skier pour mon propre plaisir dans de la bonne neige bien fraîche. Je me suis alors dirigé vers un autre sport : le saut. Cette sensation de voler m’a tout de suite plu, j’ai donc mis tous les atouts de mon côté pour pouvoir réussir. Je savais qu’en ayant commencé aussi tard (à 14 ans) il allait être très difficile de percer. Mais, avec un peu d’entraînement, le fond allait venir tout seul. Le comité régional m’a assez vite pris en mains et ainsi j’ai pu progresser le plus vite possible. J’ai eu aussi beaucoup de chance d’avoir un père et des oncles qui viennent du milieu nordique, ils m’ont appris énormément de choses.

 

Balland, c’est en effet un nom qui signifie quelque chose dans le milieu du ski jurassien. 

Je suis le fils de Philippe, le filleul de Guy et le neveu d’Hervé.

 

Jason Lamy Chappuis est-il pour vous un modèle ?

Oui ; c’est sûr ! Jez est mon idole. En même temps, c’est normal lorsqu’on a la chance de pouvoir côtoyer une personne comme cela, si humble, gentille, aimable modeste… On ne peut que l’admirer  De plus, même si dans la vie c’est un modèle pour moi, en compétition je n’en parle même pas : c’est un véritable génie. Voilà comment je le décrirais.

 

Revenons aux JO. Quels sont vos objectifs à Innsbrück ?

Bien sûr je rêve d’une bonne place, la meilleure possible. Mais je ne sais pas encore trop à quoi m’attendre

 

Ne regrettez-vous pas d’être le seul Jurassien de la délégation française ?

J’aurais aimé partager cette expérience avec un Jurassien car d’abord je l’aurais sûrement connu et on aurait pu se soutenir entre Jurassien. Mais de toute façon, je connais déjà le sauteur et la sauteuse avec qui je vais partir donc je ne me fais pas de soucis pour cela. De plus, je pense que je vais faire beaucoup de nouvelles rencontres.

 

Photo : Antoine Auger


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade