Tour de ski : le Suisse Roger Wachs se souvient de la victoire de Cologna

 

A l’occasion d’une interview réalisée par Swiss-Ski, Roger Wachs, chef de l’équipe de service du ski de fond, fait la rétrospective de l’année 2011 et raconte son temps fort personnel de la saison, qui a déjà eu lieu en plein milieu du Tour de Ski.

 

Capture d’écran 2011-12-28 à 19.50.01Quel moment de l’année écoulée a été le plus fort pour toi sur le plan émotionnel ?
RW : Celui où Dario Cologna nous a rejoints avec le grand globe de cristal, synonyme de victoire au classement général de la Coupe du monde, dans la cabine de fartage à Falun après la dernière course. Lorsque j’ai saisi le globe, j’ai passé mentalement en revue la saison et j’ai réalisé que notre équipe avait vraiment fait du bon travail. Une ambiance festive régnait dans la cabine et nous avons trinqué au succès de la saison écoulée.

 

Quelle a été la victoire la plus importante ?
RW : Je devrais dire la victoire au Tour de Ski ou la première place au classement général de la Coupe du monde. Mais à titre personnel, la victoire que j’ai trouvée la plus réjouissante a été celle de Dario Cologna lors de l’épreuve de 35 km skating du Tour de Ski reliant Toblach à Cortina. Au vu de la longue distance à parcourir et du fait que Dario Cologna s’était élancé seul en avance dans la course, le matériel a joué un rôle absolument décisif. Pendant que mes collègues s’occupaient des athlètes le long du parcours, j’étais dans la cabine de fartage en train de ranger et j’ai ainsi pu suivre toute la course à la télévision et à la radio. Lorsque Dario était encore en tête au 31e kilomètre après la dernière grande descente, j’étais convaincu qu’il allait faire sensation et que nous avions accompli notre travail à la perfection. D’après moi, cette compétition a été la clé vers la deuxième victoire au Tour de Ski. Nous n’avons toutefois rien célébré ce jour-là, comme peu de temps après la course nous devions déjà nous rendre à Val di Fiemme pour les étapes finales.


Oslo a été une période difficile pour mon équipe et moi”

 

Quelle a été la phase la plus difficile ?
RW : Clairement les Championnats du monde à Oslo. Tout comme ce fut le cas pour d’autres équipes, nous ne sommes pas parvenus à trouver le bon matériel pour braver au mieux les conditions difficiles régnant à Oslo. Plus les jours passaient, plus mon équipe et moi-même nous sentions sous pression ; cela a été une période très difficile pour nous tous.

 

NL: Quelles performances t’ont le plus agréablement surpris ?
La quatrième place de Curdin Perl au Tour de Ski a été sensationnelle. Cela a été fantastique de le voir grimper les échelons de jour en jour pour finalement presque terminer dans le trio de tête. Martin Jäger m’a impressionné à Rybinsk et aux CM. Un de ses bâtons s’est malheureusement cassé en finale, mais il a tout de même fait très fort. Cette saison, c’est Laurien van der Graaff qui constitue pour l’instant la plus belle des surprises. On pourrait presque qualifier d’historique son podium à Düsseldorf. J’ai également été impressionné de voir que Laurien a ensuite confirmé ses performances à Davos et à Rogla.

Mais mon vrai temps fort de la saison dernière, je l’ai déjà vécu en décembre 2010 avec la victoire totalement inattendue en relais à la Clusaz. Remporter une épreuve en équipe dans un sport individuel, c’est magique. Je me rappelle encore très bien que nous avions attendu le dernier coureur Curdin Perl à l’arrivée avec toute l’équipe d’encadrement et qu’il avait franchi  la ligne d’arrivée avec le drapeau suisse. Je n’oublierai jamais ce moment. Nous l’avions d’ailleurs célébré comme il se doit.

 

NL: Que vas-tu faire le soir de la Saint-Sylvestre ?
Je serai à l’étape du Tour de Ski à Oberstdorf. Comme une double poursuite très importante est au programme le 1er janvier, je vais probablement débuter la nouvelle année en dormant.

 

Photo : Swiss-Ski