Transju’classic : le coup de maître de Pierre Guédon

Le sprinteur de l’équipe de France de ski de fond a réussi son premier 50 km ce matin lors de la Transj’classic. En fin tacticien, il a attendu les derniers mètres pour sortir de sa boîte et coiffé Bastien Buttin et Bertrand Hamoumraoui sur le fil !

Capture-d-ecran-2013-02-09-a-14.49.53.png

Il peut l’embrasser sa cloche : Pierre Guédon a remporté ce matin sa première grande course longue distance.

 

Et dire qu’il y a quelques jours encore, les organisateurs de la Transjurassienne se posaient des questions sur la fin du tracé dus 76 km libre, perturbé par les pluies diluviennes ! Ce matin, le massif jurassien a offert la plus belle carte postale qui soit au millier de coureurs alignés sur le 50 km de la Transju’classic : soleil éclatant, ciel bleu, températures douces et stables et surtout un manteaux neigeux idéal sur tout le tracé.

 

Dans ces conditions que beaucoup qualifiaient d’absolument idéales, la course de ce matin ne pouvait qu’offrir une belle bagarre aux avant-postes. Et elle a eu lieu. Très tôt d’ailleurs puisque dès la montée des Ministres, LA difficulté du jour (et de demain d’ailleurs), un groupe d’une douzaine de fondeurs prenaient la poudre d’escampette et creusaient un écart de près de deux minutes sur des poursuivants en chasse-patates.

 

Un groupe de sept composé d’excellents sprinteurs”

 

A Bellefontaine, le groupe emmené par Mathias Wibault, dossard 1, se relayait plutôt bien et augmentait l’allure. La Célestine, célèbre montée juste avant le Pré Poncet, écrémait encore le groupe de tête. Si bien qu’à l’issue de la descente via “la vieille route” menant au pied des tremplins de Chaux-Neuve, il n’était plus que sept à prétendre à la victoire.

 

Dans ce groupe de spécialistes, on retrouvait Pierre Chauvet, Mathias Wibault, Pierre Guédon, Bastien Buttin, Cyril Gaillard, Bertrand Hamoumaroui et Clément Molliet, inscrit de dernière minute tout comme Guédon au départ des Rousses. Avec de tels finishers, l’arrivée au sprint semblait inévitable.

 

Bastien Buttin (Les Gets) lançait les hostilités au bout de la dernière ligne droite de Mouthe. Dans ses skis, Pierre Guédon patientait et passait le fondeur des Alpes dans les derniers mètres. Sur la ligne opposée, le Chamoniard Hamoumaroui s’arrachait pour décrocher un nouveau podium à Mouthe, après sa 2e place l’an passé. 

Parmi les déçus du jour, Jérémy Weibel perd sa couronne après avoir essuyé les innombrables accélérations de la tête de course en compagnie du Jurassien Baptiste Blondeau. 

 

Capture-d-ecran-2013-02-09-a-14.48.35.png

Le groupe de tête à la sortie de Bellefontaine.

 

LES REACTIONS

 

“Je dois avouer que je suis resté planqué, confiait Pierre Guédon, tout heureux de transformer son coup d’essai sur 50 km en coup d’essai. Je savais qu’il fallait la jouer tactique sur une arrivée en groupe de ce genre. Et je dois dire que mon expérience en KO sprint m’a été très utile. C’est une belle victoire et naturellement, ça donne envie de revenir sur cette épreuve. Et même s’essayer au 76 km en skate un jour”, assurait le grand vainqueur en embrassant sa cloche dorée !

 

Bastien Buttin, heureux également de monter sur la boîte relativisait : “Pierre a été plus fort aujourd’hui. J’ai manqué d’expérience dans le placement final, ça ne se joue à pas grand chose”.

 

Quant à Bertrand Hamoumraoui, seul rescapé du podium 2012, il s’en contentait largement : “Je trouve que cette 3e place a été plus difficile à gagner que l’an passé. Aujourd’hui, en l’absence de vent, ça skiait fort et les attaques ont été nombreuses, c’est vraiment une belle satisfaction”.

 

 

Gaëtane Perret signe le doublé après son titre en 2011″

 

Capture-d-ecran-2013-02-09-a-14.49.31.png

Le podium dames dominé par la locale du jour Gaëtane Perret.

 

Chez les dames, le suspens n’a pas duré aussi longtemps. Favorite de l’épreuve jurassienne, la locale du jour Gaëtane Perret a répondu aux attentes de ses supporters en prenant la première place, après sa victoire en 2011. “Je suis vraiment contente car depuis quelque temps, j’ai de petites pépins de santé et aujourd’hui, j’ai pris énormément de plaisir dans ces conditions de tête. J’ai pu attaquer dans la montée des Ministres et géré ensuite mon avance en skiant avec un bon groupe de garçons.”

La haut-jurassienne du team Salomon complète donc sa collection de cloches transju !

 

Elle devançait Marion Colin, la jeune fondeuse française de haute Moselle qui monte et Iris Pecet, du Grand Bornand.