Transju/Guillaume Lalevée : « pourquoi ne pas rêver à un podium »

Semaine spéciale Transjurassienne sur Nordic Magazine : entretien avec Guillaume Lalevée, du team Fischer. Le Vosgien nourrit des ambitions pour la Transju’classic.

 

422358_355295554495449_36294237_n.jpg

Guillaume Lalevée, deuxième ligne en partant de la gauche.

 

Pouvez-vous nous donner votre sentiment par rapport à cette course ?
La Transju’classic gagne chaque année en popularité, et son niveau ne fait qu’augmenter, ce qui est forcément un point positif pour l’avenir de cette épreuve. Je pense cependant (et je le souhaite fortement) que la distance passe à 76km, sur le même parcours que la Transjurassienne du dimanche ; cela ajouterait une dimension mythique à l’épreuve et contribuerait à lui donner plus d’importance, car le retour du classique dans les épreuves longue distance est un fait. Il suffit de regarder le circuit des épreuves internationales longue distance en classique qui vient de se voir ajouter une épreuve en Suède après la Vasa.

Serez-vous là ?
Je serai évidemment présent sur la Transju’classic. Cela est devenu le point incontournable de la saison des longues distances en style classique, courses sur lesquelles je me suis “spécialisé” avec mes amis du team Fischer longue distance : Igor Cuny, Jérémy Weibel, Mathieu Prud’homme.

Avec quels objectifs ?
Mes objectifs sur la Transju’classic seront comme les années passées d’entrer a minima dans le top 10. Le top 5 comme l’an dernier serait splendide, et pourquoi ne pas rêver à un podium… Pour cela il faudra s’améliorer un peu au sprint, car, quand on voit les arrivées précédentes, il est clair que cela ne se joue pas à grand chose ; ce qui laisse la place à de beaux exploits, comme l’an dernier…

A lire aussi :
Bertrand Hamoumraoui, Benoît Chauvet, Jérémy Weibel