Transju/Qui sont les principaux favoris à J-3 ? Notre analyse, nos pronostics

A trois jours de la grande fête du ski dans le Massif jurassien, Nordic magazine vous propose de faire un zoom sur les principaux favoris de cette édition 2013. On se risque aussi au jeu des pronostics…

 

Capture-d-ecran-2013-02-07-a-14.04.18.png

Les Italiens seront devant c’est certain. Mais cette année, on peut s’attendre à une victoire en solo : les conditions météo devraient permettre à des fondeurs de prendre le large bien avant Mouthe…

 

76 km libre

Sur l’épreuve phare du week-end qui réunira plus de 3 280 fondeurs venus de 32 pays différents, entre Lamoura et Mouthe, il faudra naturellement surveiller le Biélorusse Aliaksei Ivanou, double vainqueur 2009 et 2012. Le tenant du titre s’était imposé au sprint l’an passé au nez et à la barbe de l’Italien Sergio Bonaldi et du Tchèque champion du monde en 2003, Martin Koukal. Tous trois seront au départ de Lamoura avec l’envie de remonter sur la boîte. La Squadra Azzura sera sans soute en force et jouera à fond la course d’équipe.

 

Mais côté français, les tricolores vendront chèrement leur peau, à commencer par Benoît Chauvet (lire notre entretien ICI) vainqueur en 2011 ou encore Christophe Perrillat, l’expérimenté Bornandin vainqueur en 2010 qui pourrait bien créer la surprise : il connaît le parcours par coeur et aura l’occasion de repérer les nouveaux 20 derniers kilomètres cette fin de semaine. Toujours très solide sur le long, il a une réelle chance de podium. Ivan Perillat Boiteux ou encore Adrien Mougel s’il est présent (lire notre entretien ICI) pourraient aussi se mêler à la bagarre. 

 

Compte-tenu des conditions météo annoncées, il y a beaucoup moins de chances de voir une arrivée au sprint que l’an passé : en effet, sans la bise de face, les échappés pourraient aller au bout…

 

Côté régional, notre coup de coeur va vers Frédéric Jean. Le biathlète des Rousses a les moyens de jouer devant. Trois fois vainqueur sur les trois courses régionales qu’il a disputées, Fred Jean s’est tout spécialement préparé pour bien figurer sur l’épreuve longue distance… Martin Egraz également : le fondeur de Haut-Jura ski a prouvé sur l’Envolée qu’il avait grandement amélioré son niveau sur les longues distances. Rappelons qu’il avait terminé 1er franc-comtois l’an passé et qu’il aura à coeur de briller sur ses terres surtout qu’il envisage ensuite de se consacrer pleinement à ses études. Il devrait réussir sa sortie et sa discrétion sera son avantage : il ne sera pas surveillé par les costauds.

 

Théo Pellegrini, le Pontissalien également membre du team Fischer longues distances, devrait figurer dans le groupe de tête si le rythme n’est pas trop élevé dès le départ. 

Mathieu Cassez monte en puissance au fil des épreuves : s’il est dans un bon jour, il devrait rester avec les meilleurs un long moment. Il a pour avantage de connaître chaque mètre du parcours ou presque.

 

 Capture d’écran 2013-02-07 à 14.04.48

Valentina Shevchenko avait signé l’an passé un fameux numéro en solo.

 

57 km dames

En l’absence de Seraina Boner, la Suissesse qui enchaîne les victoires sur les longues distances internationales, difficile d’imaginer Valentina Shevchenko passer à côté d’une nouvelle victoire après sa démonstration de l’an passé. Partie en solo avant la mi-course, l’Ukrainienne avait assommé l’épreuve de sa classe.

Côté outsider, l’Estonienne Tajiana Mannima (3e en 2012) et leader de la FIS marathon cup, Natascia Léonardi Cortesi (vainqueur 2010) et surtout les Italiennes Antonella Confortella et Stéphanie Santer. Elodie Bourgeois-Pin sera également au départ de cette course en style libre avec peut-être un peu moins d’ambitions que les fondeuses précitées.

 

Capture d’écran 2013-02-07 à 14.05.29

Weibel, Lalevée, Hamoumraoui, Noël… ils seront tous là pour tenter de décrocher la cloche samedi.

 

50 km classique

D’année en année, ce 50 km classique gagne en niveau et en densité. Remportée à quatre reprises par le spécialiste tchèque Stanislav Rezac, la Transju’classic sera ce samedi plus ouverte en l’absence de ce grand champion. Les Vosgiens pourraient bien être à la fête. Entre Jérémy Weibel (lire notre entretien ICI), tenant du titre et Guillaume Lalevée, nos voisins des Vosges auront une belle carte à jouer. Le Chamoniard Bertrand Hamoumraoui (lire notre entretien ICI) veut lui aussi s’imposer.

 

Comme sur le 76 km libre du dimanche, la course classique devrait se dérouler dans des conditions météo optimales. Et comme sur l’épreuve en skate, il faudra s’attendre à des attaques voire des échappées dans la montée du Risoux, à la Célestine avant le Pré Poncet ou sur la fin du parcours qui sera finalement la fin habituelle entre Chaux-Neuve, Petite-Chaux et Mouthe. Les rollerskieurs Igor Cuny et Baptiste Noël joueront également placés si un groupe arrive au sprint, ce qui paraît peu envisageable. 


Même s’il n’a pas confirmé son éventuelle participation, Cyril Miranda confiait dernièrement à Nordic magazine son envie de décrocher une victoire sur la Transju’classic : et si c’était pour samedi ?


Chez les filles, les supporters jurassiens se tourneront vers Gaëtane Perret, vainqueur en 2011 et héroïque 3e l’an passé. 

 

En clair, il devrait y avoir beaucoup plus de spectacle sur cette édition que lors de l’épreuve 2012. Et franchement, on ne va pas s’en plaindre.


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade