Transjurassienne – Ce sera un 50 km au départ de Bois d’Amont

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

SKI DE FOND – La 39e édition de La Transjurassienne, après quelques inquiétudes liées à la météo capricieuse, se déroulera ce week-end sur un tracé de 50 km entre Bois d’Amont et Prémanon. Un choix dicté par des conditions d’enneigement trop limites pour un tracé nominal entre Lamoura et Mouthe.

 

 

« Les conditions sont encore assez difficiles avec une limite pluie neige autour de 1000 m et des tempêtes qui ont mis à mal le tapis neigeux. Toutefois, l’enneigement est bien meilleur que l’an passé. Et nous sommes en mesure de proposer un parcours de 50 km au départ de Bois d’Amont pour aller sur Prémanon, La Darbella, Lamoura puis une arrivée sur Prémanon. On est désolé de ne pas offrir un parcours nominal mais la partie Chaux-Neuve et Mouthe ainsi que les environs de Chapelle-des-Bois, sont impraticables, développait le président de Trans’organisation Pierre-Albert Vandel, cet après-midi à l’occasion de la conférence de presse de lancement de cette édition 2017. On a voulu assurer un parcours bétonné car après l’annulation, nous devons regagner la confiance des coureurs, retrouver la crédibilité. Chaque année suivant une annulation, le parcours s’est toujours déroulé sur le Massacre. Je suis désolé pour nos amis du Doubs mais nous ne pourrons y aller cette année. »

 

Les critères de choix des organisateurs prennent en compte bien sûr les besoins d’une course qui accueille plus de 3500 skieurs. « Nous avons des structures d’accueil avec trois sites possibles d’arrivée : Mouthe, Chaux-Neuve et Prémanon. Nous devions aussi avancer notre décision déjà par respect pour nos coureurs dont certains viennent de loin. Le parcours sera dans de très bonnes dispositions », poursuivait Vandel.

 

Un superbe parcours sportif

 

Pour son baptême du feu en tant que directeur d’épreuve, Emmanuel Jonnier a énoncé un très joli plateau pour cette épreuve. « On aura une belle délégation française sur les deux courses : Alexis Jeannerod sur la Transjuclassic, le dimanche en skate, on aura Robin Duvillard, Jean-Marc Gaillard, Ivan Perrillat-Boiteux, Adrien Backscheider, et l’ensemble des coureurs du team Gel Rossignol dont Benoit Chauvet et Jérémie Millereau, les derniers vainqueurs. Du côté des étrangers, on a des athlètes finlandais, des Suisses comme Toni Livers et Candide Pralong, des Italiens dont Bonaldi. Chez les dames, Aurélie Dabudyk tentera de décrocher une troisième victoire. Aurore Jean sera au départ de la Transjurassienne également. »

 

Le parcours reste une traversée sur 15 à 18 km en fond de vallée avant de partir dans la forêt du Massacre pour basculer sur la partie Lamoura – Prémanon. « Ce n’est pas du tout un parcours de crise où tourne en rond dans le Massacre. On passera notamment aux Rousses », insistait Manu Jonnier.

Conséquence d’un départ un peu à l’étroit, le départ se fera en box, les skieurs donc auront leurs skis en main. Ligne élite et ligne internationale partiront ensemble. Ensuite, les départs se feront via un portique avant de passer devant balise de chronométrage officiel. « On devrait ainsi éviter la cohue de cette manière, la plus confortable pour tous », espère Jonnier. “Cette technique est souvent utilisée sur l’Engadin par exemple”, appuyait son président.

 

Le départ sera retardé avec un départ à 9h30 le samedi et un départ à 9h45 le dimanche pour une arrivée autour de 11h45 pour La Transjurassienne.

La difficulté du tracé vue par Manu Jonnier

“Le plat depuis Bois d’Amont jusqu’à la traversée vers le CNSNMM ne sera pas si simple à gérer et demandera un travail incessant. On a choisi ne pas monter trop haut dans le Massacre pour, sportivement, ne pas faire trop de dénivelé. Concrètement, on montera seulement vers le chalet de La Frasse. De l’autre côté de la forêt, c’est assez vallonné jusqu’à Lamoura d’où il faudra remonter vers la Sambine, via la route forestière. Côté Prémanon, une descente pas hyper rapide permettra de se retrouver derrière le CNSNMM avec une arrivée assez joueuse. 20 km de moins vont beaucoup changer la donne avec une course très dynamique devant. La course sera aussi plus accessible pour les seconds couteaux qui s’accrocheront plus longtemps.”

 

Pour les infos pratiques, rendez-vous sur le site de l’épreuve.

 

Retour en vidéos sur la dernière édition :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.