Transjurassienne : qui sont les favoris pour dimanche

SKI DE FOND – Sur un nouveau parcours physique et technique, la bagarre sera âpre sur la piste pour succéder à Robin Duvillard et à la Suédoise Maria Gräfnings.

 

En cette année olympique, ils seront nombreux à briguer la cloche dévolue au vainqueur de La Transjurassienne. C’est surtout sur l’épreuve skating du dimanche que la concurrence fera rage. Les teams français ont surligné cette date en rouge dans leur calendrier international des longues distances. Que ce soit le team Grenoble Isère nordique du vainqueur sortant Robin Duvillard qui ne viendra âs dans le Jura défendre son titre, le team Jobstation Rossignol, resté sur sa faim l’an passé à Prémanon ou le Haute-Savoie nordic team d’un Ivan Perrillat-Boiteux qui rêve de décrocher une victoire en terre sainte* (*pour les fondeurs) après son podium de 2017…

Dans l’équipe du Bornandin, Gérard Agnellet (actuel leader de la FIS marathon cup) et Loïc Guigonnet auront aussi une belle carte à jouer. « Comme chaque Transju, il faudra adapter la stratégie de course en fonction du parcours, de la forme, des attaques de coureurs, confirme le directeur sportif du HSNT, Emilien Buisson. J’essaye de préparer les athlètes à tous les cas de figure possibles. »

Le tracé dans sa configuration 2018 peut aussi chambouler la donne. Avec la montée du Risoux en guise d’apéritif, il conviendra de se placer au mieux pour ne pas se faire piéger dans le premier goulet de la montée. Autrement dit, les élites partiront pied au plancher pour éviter toute déconvenue précoce. Le retour, depuis Chapelle des Bois, par la piste Chalet Pin mettra aussi une bonne dose de piment dans la dernière partie de la course : les montées / descentes et les nombreux virages souriront aux plus habiles. Enfin, la descente de la « vieille route », juste avant Chaux-Neuve aura aussi une importance clé. En 2015, Jérémie Millereau et les skieurs Rossignol ont fait la différence dans cette descente rapide, grâce à une meilleure glisse…

 

Grosse concurrence

S’il sait qu’avec Aurélie Dabudyk, double vainqueur en quête d’une troisième victoire entre Lamoura et Mouthe, il tient une compétitrice hors normes, Emilien Buisson s’attend à une concurrence de choix chez les messieurs. D’abord avec les skieurs du team Jobstation Rossignol, très en vue ce début d’hiver avec des victoires sur Bessans et lors de la Dolomitenlauf : « Plus le plateau est relevé, plus je suis excité, assure Adrien Mougel, dernier vainqueur à Obertilliach et dauphin de Duvillard sur la Foulée Blanche ce dimanche. Cette émulation est bonne pour notre sport et pour la Transju, cette course que je rêve de gagner car c’est simplement la plus belle en France. » Le Vosgien qui vit dans le Jura compte parmi ses compagnons de route de sérieux clients : Bastien Poirrier, 3e de La Foulée, Thomas Chambellant ou encore le double vainqueur Benoît Chauvet… qui n’a pas fait une croix sur son rêve d’un troisième succès.

« Les équipes françaises sont compétitives à l’échelle internationale, il suffit de regarder le classement de la Dolomitenlauf pour le mesurer, appuie le patron de l’équipe Stéphane Mouton. On a les gars pour bien faire sur la Transju et d’autres longues distances. On fera avec les forces du moment. »

Face à cette liste de sérieux prétendants français, les « recalés » internationaux des Jeux olympiques trouveront maille à partir. Y compris des coureurs comme le Suisse Curdin Perl et autre Norvégien Anders Gloersen.

Du côté des dames, la leader de la FIS marathon cup, Aurélie Dabudyk, reste sur deux victoires consécutives, y compris devant la Suédoise Maria Gräfnings, tenante du titre. Le fondeuse du Pays Rochois, victime d’un départ catastrophique l’an passé, sait qu’elle devra jouer des coudes pour ne pas subir la tête de course des hommes. La locale Roxane Lacroix sera absente. Marion Colin, vainqueur de la Foulée Blanche, Léa Damiani, Alicia Choron, les Suissesses Nicole Donzallaz et Rahel Imoberdorf seront les plus sérieuses outsiders pour cette course inscrite au Marathon ski-tour.

Retour sur l’édition 2017

Le programme

Samedi 10 février

  • 9:30 : Départ de la Transju’Classic de Bois-d’Amont
  • Premières arrivées prévue vers 11 h 42.
  • 13 h : départ de la Trans’25 CT de Chapelle-des-Bois

Dimanche 11 février

  • 9h30 : départ de la Transju’68 FT de Bois d’Amont
  • 10h30 : départ de la Transju’Marathon de Bois-d’Amont
  • Premières arrivées prévues vers 11 h 32.
  • 13 h : départ de la Trans’25 FT de Chapelle-des-Bois

Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.