Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Ukraine, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Sindre Bjoernestad Skar (NOR), Alexander Bolshunov (RUS), Lauri Vuorinen (FIN), Michal Novak (CZE), Richard Jouve (FRA), Marcus Grate (SWE) - Modica/NordicFocus.

Ski de fond

Ukraine | Exclusion des Russes : pas d’unanimité chez les athlètes

Interrogés par les médias présents en Finlande, les athlètes n’ont pas tous apporté leur soutien à la fédération norvégienne de ski qui veut exclure les Russes de la coupe du monde.

Marcus Grate : « Ils n’ont pas décidé de faire la guerre »

Les propos de Sindre Bjoernestad Skar, samedi à Lahti (Finlande), montre que la question ne fait pas l’unanimité dans la caravane du ski de fond. Le fondeur norvégien a affirmé ne pas être favorable à l’exclusion des skieurs russes de la coupe du monde. « Bien sûr, je suis à 100% contre tout ce qui se passe actuellement entre la Russie et l’Ukraine. C’est inconcevable. Mais je ne pense pas non plus que posséder un passeport russe signifie qu’on doive être punis et privés de la possibilité de faire son job. D’une certaine manière, c’est également un peu injuste », a-t-il déclaré à la NRK. Plus tôt dans la journée, la fédération norvégienne, soutenue par l’instance olympique du pays et des membres du gouvernement, avait déclaré ne pas vouloir d’Alexander Bolshunov et ses coéquipiers à Drammen et Oslo où doivent se dérouler les prochaines compétitions.

Il n’est pas le seul à penser cela. Le sprinteur suédois Marcus Grate partage ce point de vue. « Ils n’ont pas décidé de faire la guerre et doivent accepter ce que décide leur pays. Selon moi, ils devraient être les bienvenus », a-t-il affirmé alors même que doivent se disputer des courses du 11 au 13 mars à Falun (Suède).

Ils ne doivent pas
être tenus pour
responsables
de la folie de Poutine.Karin Mattsson, présidente de la fédération suédoise de ski

Mais seront-ils là aussi accueillis. « La question est très difficile, a écrit la présidente de la fédération suédoise de ski, Karin Mattsson, dans un communiqué. D’une part, nous voulons condamner de toutes les manières les actions de la Russie, ce qui plaide en faveur de l’exclusion de tous les skieurs russes. D’autre part, les Russes ne doivent pas être tenus pour responsables de la folie de Poutine ».

Le sélectionneur suédois, Lars Öberg, quant à lui, ne considère pas qu’il faille confondre sport et politique, même s’il comprend la prise de position de la Norvège. « Au fond, je suis contre, mais c’est une situation exceptionnelle que nous avons en ce moment », explique-t-il sur Viaplay (cité par Expressen). Son ministre des Sports pense tout le contraire. Anders Ygeman a exprimé le souhait que l’Union européenne prône un boycott des skieurs russes.

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

S’ils regrettent la situation, d’autres compétiteurs se rangent derrière Norges Skiforbund. C’est le cas de Johannes Hoesflot Klæbo qui a apporté son soutien à l’instance fédérale. « Je pense que c’est bien que l’association prenne position », affirmait-il à la télévision publique.

« C’est une bonne décision. C’est un signal clair que je soutiens », applaudit également Erik Valnes, à la SVT. Il reconnait que les athlètes n’ont « rien à voir directement » avec la guerre déclenchée par leur président Vladimir Poutine, « mais ils concourent sous drapeau russe ». Sur la NRK, il rappelait samedi qu’Alexander Bolshunov avait été récemment nommé capitaine de la garde nationale par le Kremlin. « Depuis qu’il l’est, ils ont mélangé sport et politique en quelque sorte. C’est difficile. C’est bien dommage qu’il en soit ainsi », ajoutait-il.

Frida Karlsson, également interrogé sur le sujet, a renvoyé la fédération internationale de ski à ses responsabilités. Selon elle, c’est à la FIS de décider.


La guerre en Ukraine


Les cinq dernières infos

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Facebook

A LIRE AUSSI

Ski de fond

Christophe Perrillat, le coach du Haute-Savoie Nordic Team, revient pour Nordic Magazine sur le stage passé ces derniers jours aux Plans d'Hotonnes (Ain).

Ski de fond

Durant l'été, Nordic Magazine donne la parole, chaque jour, à un nordique retraité. C'est au tour de l'ancienne fondeuse Anouk Faivre-Picon, devenue Wibault, de...

Biathlon

A moins de trois semaines du début de son festival, Martin Fourcade se réjouit de l'ampleur que son événement, lancé en 2019, a pris.

Saut à ski

En février 2023, la coupe du monde masculine de saut à ski ne s'arrêtera finalement pas outre-Atlantique, faute d'argent.

Ski de fond

La fondeuse slovène Hana Mazi Jamnik, 19 ans, a perdu la vie, ce jeudi, en Norvège alors qu'elle était sur les ski-roues.

Ski de fond

Durant l'été, Nordic Magazine donne la parole, chaque jour, à un nordique retraité. C'est au tour de l'ancienne fondeuse dauphinoise Manon Locatelli de se...

Ski nordique

Finalement, les farts fluorés seront toujours de la partie l'année prochaine sur les circuits internationaux de biathlon et de ski nordique.

Ski de fond

10:23. Dimanche, en rentrant du Blink Festival lors duquel il a notamment terminé troisième de la montée du Lysebotn, le fondeur andorran Irineu Esteve...