UTMB/ François Faivre : « Finir l’UTMB est une victoire sur soi »

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

Amateur de trail, François Faivre est, à 33 ans, entraîneur national à la Fédération française de ski (responsable du pôle France). Le Vosgien qui vit aujourd’hui aux Rousses avec sa femme et son fils a terminé sa carrière en 2005 après une saison sur les longues distances (4e de la Transjurassienne en 2005 notamment). En 2011, cet ambassadeur de la marque Julbo, membre du Team Trail Lafuma, s’est classé à l’UTMB dans le top 10. Entretien avant le top départ du dossard 9.

 

Que représente la course de l’UTMB dans votre carrière de sportif ?

L’UTMB est devenu «la course Ultra» de référence. C’est un événement international, splendide et dans un cadre merveilleux. Finir l’UTMB est une victoire sur soi, et c’est ce qui attire tant de personnes à Chamonix à la fin du mois d’août !

Comment vous préparez-vous pour l’UTMB ?

Je débute ma préparation lorsque je termine la saison de ski de fond en tant qu’entraineur. Je commence par reprendre la course à pied puis faire des courses de 10, 15 puis 20-25 km. Cette année, j’ai pris part aux Trail de la Vallée de Joux et de la Transju’Trail quasiment à domicile pour faire des kilomètres en courses. J’essaie d’aller aussi souvent que possible à l’entraînement et mon métier me permet d’associer entraînement personnel et encadrement de l’entraînement des athlètes du Pôle. C’est une vraie chance ! J’alterne alors les semaines chargées en volume d’entraînement (entre 15 et 25 h selon la période) et plus faible 7-8 heures. Je réalise un ultra trail d’environ 100 km (Ultra Tour du Beaufortain, 2 fois 2e en 2011 et 2012) pour une répétition générale avant l’UTMB en août.

francois-faivre-lors-de-l-ultra-trail-du-beaufortain-qu-il-Quel est votre plus beau souvenir lié à cette course ?

J’ai vraiment beaucoup de souvenirs intenses de cette course ! Le plus fort visuellement est le passage du col de la Seigne à 2 516 m, recouvert d’un petit duvet blanc, au lever du jour ! La lumière sur les versants italiens du Mont Blanc et le point de vue sur le lac Combal, c’était extraordinaire.
Le plus chargé en émotion est le partage de la dernière ligne droite, dans la ville de Chamonix, avec le public très nombreux mais aussi et surtout avec toute ma famille venue pour m’encourager et m’assister sur tout le parcours. Les frissons et les larmes m’ont envahi après 24h de course et des centaines d’heures de préparation… C’est la concrétisation d’une sacrée aventure partagée par l’entourage familial aussi !

Quel est votre objectif pour cette année ? 

L’objectif en fait est d’essayer de revivre ses émotions ! Bien sûr, je pars pour faire le mieux possible et de confirmer ma bonne place de l’an passé. Mais le plus important, ce sera de prendre un maximum de plaisir !

 

Quel est votre parcours sportif ?

J’ai pratiqué depuis l’âge de 3 ans le ski de fond. J’ai commencé la compétition vers 10-12 ans. J’ai progressé gentiment pour rejoindre l’équipe de France de ski de fond à la fin des années 90 durant quelques années. En 2005, je me suis un peu détaché de la haute compétition suite à des problèmes physiques. Mais l’envie de préparer un objectif, de se retrouver sur une course a repris le dessus et en 2007, je participe à mon 1er trail : le 55 km de Gerardmer. Je prends beaucoup de plaisir et termine pas si mal en 4e position. Je m’implique alors de plus en plus dans cette nouvelle discipline pour obtenir des places d’honneur notamment sur les courses de la CCC ou de l’UTMB.

 

Merci à Julbo

 

553845_122400341236296_1560458205_n.jpg> Pour mieux le connaître, petit questionnaire made in The North Face :

 

Une phrase qui te ressemble :

Tout est possible, il faut juste s’en donner les moyens !

Un mentor dans la vie :

Nelson Mandela

Objet préféré :

Ma machine à pain

5 trucs que tu aimes :

Ma femme et mon fils, la montagne, le chocolat, la sieste, la soirée entre amis

5 trucs que tu n’aimes pas :
La connerie au volant, les tricheurs dans le sport, le vent en vélo, la choucroute, les Chinois qui gagne tout aux JO
Personnage remarquable dans le trail :
Sans originalité, Kilian Jornet bien sûr pour sa spontanéité et sa gentillesse

Photo : The North Face et Facebook.