UTMB/ Le parcours est modifié en raison des conditions climatiques

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

487969_10151198225305801_1545236829_n.jpg 

En début d’après-midi, les organisateurs de l’UTMB, dont le départ devait être donné à 18h30, ont décidé de réduire le parcours à 100 kilomètres pour 6000 m de dénivelé positif. Celui-ci s’effectuera uniquement en France. Il n’est pas raisonnable de s’engager de nuit dans la montagne de plus 1500 m », a indiqué Catherine Poletti. On annonce des températures de moins 10°C ressenties, du vent et beaucoup d’humidité.

Le départ sera donné à 19 heures. La première partie du parcours reste inchangée jusqu’à La Balme puis reviendra aux Contamines puis aux Houches par un chemin différent. Il longera ensuite toute la vallée de Chamonix et peu avant le Col des Montets rejoindra le parcours de la CCC pour rentrer à Chamonix par Argentière.

Sur la CCC, les 1800 coureurs partis ce vendredi à 10 heures de Courmayeur (Italie), ne passeront pas par la Tête de la Tronche (km 9,3, 2584m), ni la Tête aux Vents (km 88,6 – 2130 m). Le Grand col Ferret a été néanmoins franchi, avec de la neige. « C’est le seul moyen de passer côté suisse », fait observer Philippe Bourgine qui connaît bien la région.

Sur les réseaux sociaux, les concurrents ont réagi. Certains coureurs ont annoncé qu’il renonçait à la compétition. C’est le cas de l’Espagnol Iker Karrera et du Français Julien Chorier : « Je me suis préparé physiquement et psychologiquement pour un objectif qui était l’UTMB, l’un des plus grand défis dans la vie d’un compétiteur, je comprends la décision de l’organisation due aux conditions climatiques. Toutefois, je ne me retrouve pas dans cette nouvelle course qui ne répond pas à mes attentes. »

De son côté, François d’Haene a regretté la décision : « Je vais prendre le départ de cette course car j’ai organisé ma saison et ma vie sociale autour de cette date et il m’est donc impossible de déplacer ma préparation vers un autre objectif de cette ampleur. Je regrette que la course n’ait pas été maintenue même dans ces conditions car cela aurait été une grande aventure, un moment très difficile et engagé mais de partage de challenge et d’entraide, ce qui doit rester les valeurs du tour du Mont Blanc. »

> D’autres réactions à suivre.

Photo : sur la CCC, Jean-Marie Thevenard et son frère Xavier à La Fouly (Merci à Pauline Macabies)