Valentin Chauvin… dans La Maille du filet

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

CHRONIQUE – Tous les athlètes redoutent de tomber dans La Maille de son filet. Chaque jeudi, Clément Mailler ne les épargne pas quand il s’agit de leur poser les bonnes questions. Point d’échappatoire pour eux : ils doivent répondre. Victime du jour : Valentin Chauvin.

 

 

Allez debout ! Si vous lisez cette interview pendant votre petit déjeuner, j’en connais un pour qui ça à l’air d’être important ! Tout frais vainqueur du classement général de l’OPA Cup, il est le roi des Alpes en étant jurassien. Mais le roi aime les bonnes choses de son territoire, sans compter les graines qu’il faut parfois avaler pour s’affûter ! Dans la Maille du filet, Valentin Chauvin.

 

  • On dit maintenant que tu es le roi des Alpes, c’est bien comme appellation pour un jurassien ?

(il réfléchit) Oui je le prends parfaitement, même si je préfère le Jura aux Alpes (rires). Cette année je prends l’appellation de roi des Alpes.

  • Quand on tape ton nom sur Google, on a en-dessous des suggestions d’autres athlètes dont en premier Frida Karlsson. Flatteur ? 

Euh… pas forcément parce qu’elle reste une athlète junior, et j’espère être un peu plus costaud qu’elle en terme de gabarit (rires). Après vu ses résultats ça peut être flatteur.

  • On est d’accord que tu n’as pas de relation direct avec ?

Non non je suis en couple !

  • On fait souvent des blagues avec ton nom ?

Pffff…. Oui les titres des fois ça peut paraître… ça arrive avec les titres dans les médias. Mais à l’oral comme ça non ! Ce qui sort le plus c’est malheureusement « le vin chaud », et pas forcément avec le « chauvin ». Mais en général il n’y a pas trop de référence à ça.

  • Est-ce que d’ailleurs ton nom reflète ta personnalité ?

Humm… (il réfléchit) Un petit peu oui… toujours un peu. On défend tous notre territoire (rires) !

  • On a vu cette année des altercations comme Ustiugov et Klaebo ou les gros mots de Johannes Boe. La course ça rend différent et incontrôlable ? 

C’est une question de personnalité je pense. On peut se transformer mais il y a toujours des traits de personnalité à chaque athlète. Moi je ne suis pas… on a l’habitude de dire que je suis trop gentil ! Je ne suis pas un sanguin, ou peut-être un faux calme ! (rires)

  • Ce serait bien de mettre un peu de « show » à l’américaine, du superflu ou la discrétion fait partie du ski de fond ?

Oui moi je pense que ce serait bien. Le ski de fond c’est un peu perçu comme un sport de vieux donc… si on peut faire basculer et donner envie aux gens de faire du ski de fond il faut le faire !

  • Selon toi, il y a encore cette image vieillotte du ski de fond ?

Non pas du tout mais à entendre que ça reste le sport d’hiver un peu compliqué et un peu ringard. Mais ça change. Mais des « show » à l’américaine ou à la Team Valoche comme le Sprint Break c’est bien mieux.

  • En tant que Jurassien, c’est dur de se priver de fromage pour rester affûté ?

Ça dépend des périodes (rires) ! Je suis un vrai jurassien qui aime bien les fondues au Comté, et surtout pas au Gruyère ou autre fromage de Savoie (rires) ! Mais non je ne me prive pas trop, j’essaye de me faire plaisir, et à la fois je sais manger des graines quand il le faut (rires).

  • Quand on fait du ski de fond, c’est bien pour draguer ou on passe pour un extraterrestre ?

Euh… j’ai rencontré ma copine grâce au ski de fond donc… pour moi c’est bien pour draguer (rires). Dans la queue du self au CNSN (ndlm : le centre nordique national) ça marche bien !

  • Tu fais partie de ce qu’on appelle la génération Pékin. Est-ce que pour autant tu serais content que les JO soient déplacés ailleurs ?

Aux vues des images qu’on a pu voir du tour de Chine où ils ont faits les sprints… ça paraît un peu inquiétant oui ! Je ne sais pas si cela sera pire qu’à Almaty (Kazakhstan) où l’on a couru en junior, c’était une belle catastrophe avec la pollution. J’avoue que j’aurais préféré un site inconnu, mais pas Pékin ouais… (rires) Dommage que ça ne parte pas sur le continent américain.

  • Et enfin, tu penses à quoi là tout de suite ?

À mon petit dej de demain matin !

  • Haha ouais déjà ! J’ai souvent des réponses sur la nourriture mais là ça fait tôt( ndlm : interview réalisée vers 20h30) !

Ma copine est en train de sortir les trucs pour le déj de demain, donc je pense à ça (rires) !

 

 

Photo :  Nordic Focus Photo Agency

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.