Vincent Defrasne : « Etre athlète modèle, c’est aussi une responsabilité »

 

Vincent-Defrasne Le Comité international olympique (CIO) vient d’annoncer la liste des modèles pour les premiers Jeux olympiques d’hiver de la Jeunesse qui auront lieu 13 au 22 janvier à Innsbruck, en Autriche. En biathlon, il a choisi le médaillée d’or olympique Vincent Defrasne qui servira donc de modèle pour les jeunes athlète Les athlètes ont été nommés par les fédérations internationales prenant part aux JO et des membres de la Commission des athlètes du CIO, conduite par le président Frank Fredericks,qui sera également sur ​​place à Innsbruck pour encadrer les quelque 1000 jeunes attendus. Entretien.

Etre « athlète modèle » pour les Jeux olympiques de la jeunesse : c’est un honneur ou une responsabilité ?
Les deux. C’est un honneur dans le sens où je suis très fier d’avoir été choisi par la fédération internationale pour devenir « athlète modèle » dans ma discipline. Le descriptif du rôle que j’aurai à tenir peut aussi être perçu comme une reconnaissance. C’est naturellement une vraie responsabilité vis-à-vis des jeunes.

Surtout que c’est l’homme, au-delà du sportif, qui est pris en compte.
Nous voulons, avec les Jeux olympiques de la jeunesse, proposer à ces jeunes de devenir des champions dans le sens global du terme. Ils ne sont pas que des sportifs. Ils doivent aussi être responsables pour leur carrière personnelle, et montrer des valeurs aussi fortes que le respect de l’autre. L’« athlète modèle » s’inscrit dans cette logique.

Imaginiez-vous, au moment où vous avez été sacré champion olympique, que cette médaille d’or brillerait ainsi des années durant, peut-être toute votre vie ?
Non. Par contre, on me l’a dit. Etre médaillé, c’est quelque chose qui vous suit. Il faut savoir en jouir et aussi admettre que cela implique beaucoup de choses.

Si vous n’aviez qu’un conseil à donner à cette jeunesse qui se retrouvera en Autriche, quel est-il ?
Je leur dirais de bien réfléchir à la manière dont elle veut vivre sa carrière. Quand celle-ci se terminera, elle devra avoir des satisfactions pour le passé, mais aussi avoir préparé l’avenir, sans toutefois ne penser qu’à cela. On peut s’engager pleinement, en maintenant un certain équilibre. Cela nécessite une attitude assez réfléchie.

 


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade