Vincent Descombes-Sevoie : comment j’ai vécu le report d’Oberstdorf

Vincent Descombes-Sevoie restera à Oberstdorf une journée supplémentaire. La première étape de la Tournée des 4 tremplins qui devait se dérouler dimanche dans la station bavaroise a été reportée à cette après-midi en raison de très mauvaises conditions météo.

 

L’acte 1 de la Tournée des 4 tremplins a été marqué par une annulation du concours d’Oberstdorf. S’agissait-il selon vous d’une bonne décision ?

Oui, je pense que c’était une bonne décision car les conditions étaient trop irrégulières. Quand il y a 25 000 personnes en bas, les organisateurs essayent de prendre le temps pour que la compétition se déroule dans de bonnes conditions, c’est compréhensible. Cela n’a pas été le cas aujourd’hui, c’est vrai que nous avons passé beaucoup de temps en haut du tremplin à attendre, mais ça fait partie du jeu. Il faut maintenant bien se reposer et se reconcentrer pour aujourd’hui [Le concours a été reporté à lundi 17h30].

 

 

Oberstdorf

 

Auriez-vous aimé sauter ?

Je suis un compétiteur, donc oui j’aurais aimé sauter. Mais c’est vrai que le vent était trop irrégulier pour faire une compétition équitable, alors c’est certainement mieux comme ça.

 

Mon but a été de rester au maximum concentré sur mon saut.


On vous a aperçu en haut du Schattenbergschanze, prêt à sauter. Comment êtes-vous resté concentré durant plus de deux heures ? Qu’aviez-vous à l’esprit ?

Il ne faut pas se laisser déstabiliser par les moments d’arrêt, rester au maximum dans sa bulle, ne pas se disperser et surtout rester bien chaud physiquement. Nous savons pourquoi la compétition prend du temps, nous avons des informations, des moniteurs en haut. Nous savions aussi déjà depuis ce matin que c’était la tempête, il faut se préparer et se dire que c’est pour tout le monde pareil. Alors faisons en sorte d’être le meilleur ! Mon but a été de rester au maximum concentré sur mon saut et d’être le plus réveillé possible.
Il faut penser à bien bouger, faire un maximum d’exercices physiques, on tourne un peu en rond mais c’est très important afin d’être le plus réactif possible lorsqu’il faut prendre le départ.

 

Oberstdorf


Echangiez-vous entre athlètes ?

Oui ça arrive ! Quelques mots d’encouragements avec certains, ou alors les ouvreurs qui donnent quelques tuyaux sur les conditions de l’élan, la pente. C’est sympa 🙂

 

Je sais que j’ai de la marge et que je dois encore travailler beaucoup.

 

Lors du premier saut d’essai à Oberstdorf, vous avez changé vos skis, optant pour une paire plus légère. Apparemment, vous n’avez pas été convaincu. Pourquoi cette tentative ?

Je n’ai pas fait beaucoup de test cet été, j’ai trouvé un modèle qui me correspond bien, j’ai reçu un modèle un peu différent le week-end d’Engelberg. Comme nous avons eu deux sauts d’entraînement, je me suis dis : allez, pourquoi pas ? Mais ce n’était peut-être pas le moment. Finalement, cela n’a posé aucun souci, j’ai su réagir pour le 2e saut et la qualification !


Etiez-vous satisfait justement de votre saut de qualification de vendredi à Obsertdorf ?

Oui, je suis plutôt satisfait de mon saut, je sais que j’ai de la marge et que je dois encore travailler beaucoup sur certains points en vol, mais ça va venir.

 

Oberstdorf


Revenons sur la première partie de la saison hivernale. A Klingenthal, vous avez décroché le meilleur classement de votre carrière en coupe du monde : 12e. Vous retrouver ainsi à la porte du top 10 a dû vous mettre en confiance…

Je savais que nous avions bien travaillé cet automne avec de très bonnes conditions d’entraînement à Chaux-Neuve (encore merci à Joël [Pagnier] et son équipe ). J’ai engrangé de la confiance séance après séance et dès les premiers sauts à Klingenthal, je savais que je pouvais faire quelque chose de bien.

 

J’aimerais faire une tournée régulière.


Le week-end suivant à Kuusamo a été catastrophique. Qu’est-ce qui s’est passé ?

En Scandinavie, ça a été plus compliqué en effet. J’ai passé une longue journée de voyage avant la première qualification. J’ai mis du temps à m’en remettre et puis il y avait des conditions de vent spéciales ! À Lillehammer, je sautais bien à l’entraînement, les conditions n’étaient pas faciles. Le niveau de confiance avait peut-être baissé un peu aussi, les sauts étaient plus contrôlés.


Depuis, on a l’impression que vous avez continué à prendre vos marques avec pour objectif cette Tournée des 4 tremplins ?

Le fait de rester à la maison une bonne semaine a fait du bien après la Scandinavie, je me suis ressourcé et j’ai retrouvé l’envie. Du coup, le week-end à Engelberg a été encore très positif.

 

Oberstdorf

 

Justement, quels sont vos objectifs pour cette 63e édition ?

Disons que j’aimerais faire une tournée régulière et me faire plaisir sur cette étape !


Quel est votre programme des prochains jours ? 

Après Oberstdorf, nous allons prendre la route pour Garmisch lundi soir je pense. Mardi nous aurons certainement un peu de repos et mercredi on attaque.

 

> La compétition aura lieu ce lundi à 17h30.

 

Photos : FIS et Agence Zoom

 

Eurosport Player_Ok

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.