Vincent Descombes-Sevoie : « Je ne lâcherai rien »

Vincent Descombes-Sevoie vient de terminer à Planica la plus belle saison de sa carrière en coupe du monde. Pour Nordic Magazine, il revient sur un hiver au cours duquel il est entré dans le top 10 des meilleurs sauteurs mondiaux.

 

 

Avec une 20e place dimanche à Planica, vous finissez 28e du classement général de la coupe du monde. C’est, depuis le début de votre carrière, votre meilleur classement.

Oui en effet, un classement qui fait du bien au moral par rapport à la saison dernière, un classement qui montre aussi que je suis capable de pointer mes spatules avec les meilleurs mondiaux sur certains sauts. Le niveau a été très dense cette saison et se retrouver parmi les 30 meilleurs mondiaux m’emmène sur un chemin de confiance et d’envie encore plus fort pour la saison à venir !

 

Au cours de l’hiver, vous avez aussi occupé une 9e place à Sapporo, au Japon. Il s’agit là d’un record personnel. Est-ce que mentalement ce top 10 a changé quelque chose en vous ?

Sur le coup oui le capital confiance a augmenté et du coup le bien-être aussi. Je me suis dis que je suis capable d’accrocher les meilleurs car en terme de distance, c’était plus dans le coup.

 

Je reste persuadé qu’il est possible de taper des tops 5.

 

Vous espériez toutefois un top 5, ce qui n’a pas été possible lors des concours, mais que vous avez obtenu en qualification (où il est vrai tout le monde ne saute pas). Déçu ?

J’ai annoncé des choses plus précises avant la saison sur le plan des résultats et je suis assez satisfait car je me suis plutôt bien tenu avec des tops 10 et 15 ! Je reste persuadé qu’il est possible de taper des tops 5, il va falloir être plus fin dans le travail et faire encore plus attention aux détails car à se niveau-là, il ne faut rien laisser passer. Je ne suis pas déçu de ne pas avoir fin de top 5, au contraire ça va me booster encore plus.

 

DESCOMBES SEVOIE Vincent

 

A plusieurs reprises, vous avez terminé dans les 15 premiers. Cela tend à montrer que votre niveau a globalement progresser depuis un an.

Un top dix puis plusieurs tops 15 confirment bien mes ambitions et je sais très bien qu’il faut passer par là pour accrocher ensuite des tops 6 et des podiums c’est pour ça que je suis satisfait de cette saison et je peux maintenant me projeter sur la prochaine avec d’autres beaux et intéressants objectifs. Mon niveau est meilleur et je pense plus régulier, il faut que je garde ça en moins afin de trouver une ligne de sauts et de travail de très niveau.

 

Le sauteur d’expérience que vous incarnez a-t-il décelé cette saison des évolutions dans la compétition internationale ?

Oui bien-sûr il y a eu encore des évolutions dans beaucoup de domaines, à nous de palier ce retard afin d’arriver au niveau des meilleurs mondiaux.

 

Encore cette saison j’ai eu des hauts et des bas.

 

Votre talon d’Achille c’est l’irrégularité des résultats. Comment l’expliquez-vous ? Comment, avec les conseils de vos coaches, Gérard Colin et Robert Treitinger, comptez-vous la combattre ?

Il est vrai que je dois trouver plus de régularité encore dans ma technique. Encore cette saison j’ai eu des hauts et des bas, parfois le mental a pêché. Sur certaines compétitions nous n’avons tout simplement pas eu de chances avec les conditions et cela met parfois le moral à un niveau qu’il ne faut pas toucher car c’est là que je cogite et ce n’est pas bon. Mais j’ai réussi à rebondir sur la fin de saison, là où la fatigue se fait sentir. C’est pour ça que je crois dur comme fer qu’il y a moyen de se confronter à l’élite mondiale. Nous allons donc devoir refaire beaucoup de sauts je pense, afin de trouver une technique sure et “passe-partout” pour être costaud tout le temps, travailler les détails, ne rien lâcher quoi !

 

DESCOMBES SEVOIE Vincent

 

Vous passez à côté des championnats du monde.Avec le recul, comment l’expliquez-vous ?

Il y a eu une longue période où j’ai été, disons, un peu dans le dur, j’avais l’impression de tourner en rond sans trouver la sortie. Il y a eu des finales, un saut à plus de 200 m à Vikersund mais ça n’a pas suffi à me relancer et retrouver un super niveau pour cet événement. J’étais un peu fatigué mentalement mais, pour moi, le plus important est d’avoir réagi derrière sur la fin de saison en me battant sur toutes les compétitions et ça a payé.

 

Le week-end prochain, vous serez à Chaux-Neuve pour les championnats de France. Avec l’envie de reconquérir le titre de champion de France qui vous a échappé de peu l’an dernier aux Tuffes ?

Je vais bien sûr à Chaux-Neuve pour gagner l’individuel mais aussi le par équipes, je l’ai dis : “je ne lâcherai rien”! Je veux faire du mieux possible mon travail afin de prendre un mois de réflexion afin de trouver les meilleures solutions possibles pour redémarrer une préparation au top.

 

DESCOMBES SEVOIE Vincent

 

Jason Lamy Chappuis et Sébastien Lacroix en profiteront pour tirer leur révérence. L’ancien combiné que vous êtes ne peut pas être insensible à cette retraite ?

Etant plus jeune, j’ai passé beaucoup de temps avec eux, on en a encore passé quelques moments ensemble récemment. C’est vrai que ça va faire un vide mais la trace qu’ils ont laissée dans l’histoire du combiné nordique français restera gravée à jamais. Ce sont de GRANDS messieurs et, pour ça, je leur tire mon chapeau : MERCI les copains et bonne continuation !

 

Photos : Agence Zoom

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.