Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Von Siebenthal : « Les mondiaux sont des montagnes russes des sentiments »

SKI DE FOND – La fondeuse suisse Nathalie Von Siebenthal, 4e du skiathlon en Finlande, a bien figuré lors des mondiaux de Lahti. « Je suis sur la bonne voie », dit-elle. Entretien. 

 

 

Nathalie von Siebenthal, quelles étaient vos attentes par rapport aux championnats du monde de Lahti ?

L'article continue sous la publicité
pub

 

J’attendais beaucoup de l’événement en lui-même et de moi-même aussi. Mon objectif était de décrocher une cérémonie des médailles. J’y suis heureusement parvenue et j’en suis très heureuse. Étant donné que lors des épreuves de Coupe du monde ici à Lahti, l’ambiance est toujours extraordinaire et que les billets étaient pour la plupart épuisés depuis longtemps, j’avais également beaucoup d’attentes à ce niveau. Je n’ai pas été déçue de ce côté-là non plus, c’était un plaisir de skier dans cette ambiance. 

 


 

Quels ont été, pour vous, les meilleurs moments ?

L'article continue sous la publicité
pub

 

Il y en a eu deux : mon 4e rang en skiathlon et le relais. Ces mondiaux étaient particuliers, de véritables montagnes russes des sentiments. D’abord le triomphe avec le 4e rang en skiathlon, puis la déception dans l’épreuve en style classique. Le jeudi, le relais m’a permis de vivre un nouveau point d’orgue. C’était une expérience exceptionnelle de pouvoir aligner un relais féminin lors d’une grande manifestation pour la première fois depuis dix ans. En outre, j’ai pu faire une très bonne course. Pour terminer, j’avais de grandes ambitions pour l’épreuve sur 30 km et j’ai été déçue du résultat. Je me réjouissais particulièrement de cette course sur laquelle j’avais axé ma préparation. Même si le 11e rang est un bon résultat, je ne suis pas satisfaite, je voulais aussi décrocher un diplôme dans cette épreuve. Dans de meilleures circonstances, cela aurait peut-être pu marcher.

 

 

Ces enseignements me seront profitables pour PyeongChang

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

Dans quelle mesure ces Championnats du monde étaient-ils différents de votre première participation à Falun ?

 

À l’époque, pouvoir prendre le départ était tout simplement un cadeau. En fait, je ne m’étais pas qualifiée, et j’ai uniquement pu faire le voyage grâce à mon titre décroché aux mondiaux U23. Ma devise était alors « le plus important est de participer ». Quand j’ai décroché le 6e rang dans la course individuelle, la météo était de mon côté. Ce résultat m’a remplie de motivation et de joie pour le futur. Cette année, j’avais de grandes attentes, j’ai suivi une préparation ciblée en vue de ces deux semaines et j’ai travaillé dur pour cela. Ces mondiaux m’ont de nouveau apporté beaucoup de joie, mais ils m’ont également permis d’apprendre énormément. Ces enseignements me seront profitables pour PyeongChang. Globalement, j’ai le sentiment que ces CHM m’ont confirmé que je m’entraîne correctement et que je suis sur la bonne voie. Les doutes du début de saison ont disparu et je sais que je peux encore progresser.

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

 

C’est la première fois depuis dix ans que les Suissesses alignent de nouveau un relais lors d’une grande manifestation. On a l’impression que l’équipe féminine de ski de fond a développé un bon esprit d’équipe.

 

Je pense que nous avons démontré jeudi que nous n’avons pas à nous cacher. C’est bien de former de nouveau un petit groupe d’athlètes et j’espère que quelques jeunes nous rejoindront. Nous pouvons nous apporter énormément de choses mutuellement car nous avons toutes nos points forts particuliers et nous nous complétons à merveille. Je m’entraîne beaucoup avec Nadine Fähndrich, une excellente sprinteuse. Nos entraînements communs m’ont par exemple permis de m’améliorer dans le sprint final. Je suis trop ambitieuse pour accepter qu’elle gagne chaque sprint à l’entraînement, c’est pourquoi je réussis souvent à me surpasser dans ces duels. Seule, je ne pourrais probablement pas m’imposer de tels défis. A l’inverse, j’ai également pu lui apporter des choses dans le domaine de l’endurance. 

 

L'article continue sous la publicité
pub

 

Infos : swiss-ski –

Photos : Agence Zoom –

L'article continue sous la publicité
pub
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, Ski de fond, Ski nordique, Saut à ski, Saut spécial, Combiné nordique, Nordic Magazine, Sports d'hiver

Facebook

A LIRE AUSSI

Ski de fond

Calendrier de la Visma Ski Classics modifié, mesures sanitaires, froid polaire... Le Bornandin Théo Deswazière raconte son hiver.

Biathlon

16:18. C’est un coup dur auquel doit faire face le biathlon suisse. Markus Segessenmann, chef de la relève, entraîneur, entraîneur national puis directeur du...

Ski de fond

À seulement 20 ans, William Poromaa est l'un des fondeurs les plus prometteurs du circuit mondial. Nordic Magazine est parti à la rencontre du...

Ski de fond

Pour préparer sa saison olympique, Candide Pralong veut de nouveau s'entraîner comme l'an dernier, c'est-à-dire à part de Swiss-Ski. Il a donc décliné sa...

Ski de fond

Nadine Faehndrich, Laurien van der Graaff, Dario Cologna et Jovian Hediger restent les têtes d'affiche de Swiss-Ski la prochaine saison.

Biathlon

L'hiver 2020/2021 de la Jurassienne Caroline Colombo n'a pas été de tout repos. Marquée par un gros passage à vide en milieu de saison,...

Saut à ski

Le sauteur de l'US Ventron a annoncé raccrocher les skis. Pour Nordic Magazine, il revient sur sa carrière et évoque sa passion pour un...

Planète Blanche

Toutes les semaines, retrouvez l’actualité – qui se veut la plus exhaustive possible – des sports blancs sur Nordic Magazine.