Vu de Norge #121 : Northug sur le retour ?

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

 

[contentblock id=117 img=iframe.png]

 

 

Northug sur le retour ?

Son sort inquiète beaucoup, tant sur le plan sportif que médiatique, mais bonne nouvelle, Petter Northug Jr serait sur la bonne voie. Il devrait effectuer un retour en coupe du monde ! D’après son entraîneur personnel, Stig Rune Kveen, le fondeur aurait repris un entraînement optimal, même s’il reste vague. « Il se connaît extrêmement bien physiquement, il sait quels sont les bons signaux », explique Kveen à VG.

 

 

Aux caméras de la NRK, il déclare aussi : « il réagit correctement sur le plan physique depuis un moment maintenant, on avance donc dans la bonne direction. » L’entraîneur espère même pouvoir aligner son champion sur plusieurs étapes (de coupe du monde ou non) avant de l’envoyer sur les championnats du monde de Lahti. Tor Arne Hetland, entraîneur de l’équipe nationale, attend quant à lui impatiemment que Northug revienne en bonne forme pour faire quelques galops d’essai avant Lahti. Et pour se préparer au mieux, le Norvégien est parti s’entraîner sur les hauteurs suisses ! Une bonne nouvelle puisqu’il était resté terré en Norvège depuis le 3 décembre et l’étape de Lillehammer.

Mais un retour cacherait-il un départ ? C’est ce que craint Ola Vigen Hattestad. En manque de résultats, le médaillé olympique aimerait aller briller à Lahti mais rien n’est sûr quant à sa sélection. Un peu enrhumé et avec la jeune concurrence qui pousse les plus âgés (comme Hattestad, 34 ans) vers la porte de sortie, le fondeur risquerait bien de passer à côté du grand événement de la saison. Il a jusqu’au 4 février pour convaincre, date à laquelle la fédération norvégienne fixera ses équipes pour les mondiaux en Finlande.

 


Déjà six noms annoncés pour Lahti

Un vrai casse-tête : qui emmener aux Mondiaux de Lahti en ski de fond ? C’est la question que se posent inlassablement les sélectionneurs des équipes norvégiennes, le directeur sportif national Vidar Løfshus en tête.

Le pire des choix à faire étant pour l’épreuve de sprint comme il l’avoue lui-même devant les caméras de la NRK : « nous avons 4 places, 5 avec celle allouée à Northug pour remettre en jeu son titre de Falun, explique Løfshus, mais c’est déjà difficile quand on a que six places alors là… » En fait, ce qu’aimerait le directeur national, c’est de déléguer cette tâche, à n’importe qui pourvu qu’il ne soit pas celui qui ait à sélectionner les heureux élus parmi une équipe foisonnante de talents. Plusieurs noms sont bien sûr évoqués pour le sprint : Golberg, Hattestad, Brandsdal, Iversen mais aussi Krogh, Skar, Fossli, Taugbøl et bien sûr Klæbo. Le choix s’annonce difficile…

 

 

Martin Johnsrud Sundby

Finn Haagen Krogh.

Emil Iversen.

Didrik Toenseth.

Anders Gloeersen.

Johannes Hoesflot Klaebo.

Mais si l’on regarde plus largement sur toutes les épreuves des mondiaux, six fondeurs semblent déjà assurés de faire le déplacement grâce à un ou plusieurs podiums pendant la saison. Sundby, d’abord. Le maillot jaune devrait aller assez logiquement à Lahti chercher des médailles. Il pourrait être accompagné de Krogh, Iversen, Tønseth et Gløersen, eux aussi étant montés sur des podiums cet hiver. Encore une fois, on retrouve le nom du jeune prodige Klæbo, bien placé pour remplir son objectif de participer aux épreuves des championnats mondiaux.

Mais tout cela ne reste que pures spéculations des médias norvégiens. Rien ne filtre des hautes instances de la fédération nationale et l’entraîneur de l’équipe masculine préfère ne faire aucun commentaire, s’aventurant seulement à confirmer dans les colonnes de VG que, comme toujours, beaucoup d’athlètes seront déçus de ne pas avoir été retenus. « Avec autant de skieurs, c’est normal », conclut-il.

 


Tande : objectif médailles

Après s’être fait une belle frayeur sur la dernière étape de la Tournée des 4 Tremplins (la fixation de son ski droit n’était pas attachée et le Norvégien a manqué la chute de peu), Daniel Andre Tande est passé sur une autre cible : les championnats du monde de Lahti. Le n°2 mondial, devancé seulement par Stoch depuis Wisla, s’est fixé des objectifs clairs pour les mondiaux comme il le révèle au journal VG : « j’espère bien remporter l’épreuve sur grand tremplin, confie le jeune sauteur de 22 ans, et aussi réitérer la victoire par équipe de Falun. » Celui à qui il ne manque que très peu pour être premier au classement général n’exclut pas non plus d’aller chercher une médaille sur le petit tremplin individuel ou dans le par équipe mixte.

« Bien sûr que je dis oui pour quatre médailles », assure-t-il en rigolant. Tande, qui a la tête sur les épaules et sait le travail qu’il faut fournir pour arriver au plus haut niveau, a d’ailleurs impressionné son coach, Alexander Stöckl lors de l’épreuve de Bischofshofen par la vitesse à laquelle il est passé outre sa mésaventure pour continuer son chemin et s’améliorer encore. Un état d’esprit qui pourrait l’emmener très loin… Jusqu’à la plus haute marche du podium aux mondiaux.

 


Les Norvégiens hypocondriaques ?

« Je n’avais jamais vu de telles situations en France », avoue Siegfried Mazet à la NRK. Mais quelle est cette situation qui surprend tant le coach de tir des Norvégiens ? « Il suffit d’avoir mal à la gorge, une petite quinte de toux et les médecins vous mettent hors compétition », explique le Français. L’entraîneur relativise pourtant, rappelant qu’il n’est pas médecin et ne sait pas quelle est la meilleure chose à faire lorsque l’on est un peu malade : courir ou non ? Les Français sont-ils trop extrêmes ? La Norvège trop hypocondriaque ? Le médecin du biathlon norvégien, lui, explique à la chaîne de télévision norvégienne qu’il ne fait que suivre les normes habituelles concernant les athlètes pratiquant un sport d’endurance, à l’instar des fondeurs. « Les décisions que nous prenons sont basées sur des recherches et de nombreux tests éprouvés », rappelle-t-il.

 

 

Résultat, Tarjei Bø, malade, n’a pas encore participé à une étape de coupe du monde cet hiver. Même son frère, Johannes, est très inquiet, comme il l’admet cette semaine : « Tarjei n’est pas revenu à l’entraînement, dès qu’il essaie, il rechute. Ca m’attriste beaucoup », raconte le cadet des Bø. Le biathlète norvégien souligne pourtant le courage et l’abnégation de son frère qui ne se plaint jamais, même s’il commence à s’ennuyer loin des compétitions. Siegfried Mazet, lui, espère que son athlète pourra participer à au moins deux courses avant les mondiaux si Tarjei Bø veut s’y aligner. « Ce serait injuste de dire aux autres qu’il peut y aller sans avoir fait ses preuves », s’explique-t-il. L’échéance se rapprochant, les chances de participer aux mondiaux d’Hochfilzen pour l’aîné des Bø s’amenuisent.

 

 

Des sélections ont d’ailleurs déjà été annoncées. Chez les hommes, on retrouvera Emil Hegle Svendsen, Johannes Thingnes Bø, Ole Einar Bjørndalen et Lars Helge Birkeland, deux places restent à allouer. Chez les femmes, Tiril Eckhoff, Fanny Horn Birkeland, Marte Olsbu, Hilde Fenne et Kaia Wøien Nicolaisen seront du voyage, il reste une place de plus à attribuer.

 


Le combiné norvégien reprend confiance

Les Allemands dominent la saison de combiné nordique mais samedi, les Norvégiens se sont rappelés au bon souvenir de leurs adversaires avec une 1re place sur le Team Sprint de Val di Fiemme et une 3e place de Magnus Moan le vendredi sur l’individuel. De quoi rassurer toute l’équipe, à commencer par le médaillé olympique Jørgen Graabak (1e avec le jeune Espen Andersen). « J’ai eu tellement d’ennuis en début de saison dont des problèmes à la cheville », confie le Norvégien, toujours pas dans une forme optimale.

Heureusement, ce passage à vide semble terminé et l’équipe scandinave devrait revenir sur le devant de la scène avant les mondiaux de Lahti. Et ce, entre autres, grâce à Magnus Moan et son podium vendredi en Italie. « Comme une victoire pour moi », avoue le combiné à la NRK après un début de saison chaotique et un mois de pause loin des compétitions pour se ressourcer en décembre. « Je n’étais pas à 100% de mon potentiel alors j’ai vraiment travaillé dur après Lillehammer et je sens que ça va mieux », dit Moan à Nordic Magazine.

 

 

Mais celui qui disait « voir la lumière au bout du tunnel » n’en était finalement pas au bout de ses peines : samedi, sur le team sprint, Moan se blesse à la cheville. Résultat : week-end écourté à Val di Fiemme mais le Norvégien espère être de retour très vite. « Je vais prendre quelques jours mais j’espère être prêt pour Chaux-Neuve », nous affirme-t-il en interview. L’étape française est d’ailleurs son premier objectif : « j’espère faire un bon résultat et avoir, comme toujours, un super public. Quant à Lahti, je n’y pense pas pour le moment, je profite de chaque moment et on verra ce qui viendra », conclut-il dans son interview pour Nordic Magazine.



Qui pour remplacer Tyumen ?

La coupe du monde de ski de fond à Tyumen en Russie ayant été annulée après la dernière version du rapport McLaren (sur le dopage d’état russe), la FIS cherche activement un autre lieu de compétition pour la dernière semaine d’épreuves du 16 au 19 mars. Comme le révèle le quotidien Dagbladet, plusieurs noms ont été évoqués : Östersund, Falun, Kuusamo, Québec et Trondheim. Après l’arrivée d’Östersund sur le marché, la ville compatriote de Falun s’est retirée. En revanche, la ville norvégienne de Trondheim reste dans la course, surtout que le fief de Petter Northug Jr. n’a pas d’autre étape du calendrier mondial cette saison. L’entraîneur national de l’équipe masculine, Tor Arne Hetland, a bien sûr assuré que tout le fond norvégien espérait bien que Trondheim obtiendrait les dernières compétitions de l’hiver.

Malheureusement, la FIS a annoncé ce lundi que ce serait Québec qui organiserait le week-end final de fond à la place de la ville russe de Tyumen. La bonne organisation de l’an dernier et le fait que la course soit en ville et qu’il y ait donc beaucoup de spectateurs ont joué en la faveur du site canadien.

 


 

 

[contentblock id=117 img=iframe.png]

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.