Vu de Norge #133 : des Jeux Olympiques à Lillehammer ?

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

 

Les Jeux 2026 ou 2030 pour la Norvège ?

Après le refus du Parlement norvégien de porter un projet de Jeux Olympiques à Oslo en 2022, Lillehammer réfléchit maintenant à proposer une candidature pour les JO 2026 ou 2030. Après les avoir accueillis en 1994 et en 2016 (JO de la Jeunesse), le site norvégien tient à faire honneur à la patrie du nordique en organisant de nouveau un événement olympique. La ville pourrait alors s’allier à une autre comme Oslo, Bergen, Stavanger ou Trondheim pour organiser certaines épreuves. Une nouvelle qui réjouit Bjørn Dæhlie, roi des Jeux 1994 en fond. « Je soutiendrai personnellement ce projet », déclare-t-il à TV2.

 

 

Il avoue pourtant penser que la population n’est pas encore prête à accepter un tel projet et que le « non » prévaudrait pour le moment face à cette proposition. Plusieurs membres du Parlement sont eux aussi sceptiques. Ils soulignent que le projet doit être porté par la fédération sportive, pas le Parlement. La population elle aussi doit s’impliquer.
Les conditions ne sont donc pour le moment pas toutes réunies pour avoir une candidature norvégienne solide. Mais les Jeux d’hiver devraient tout de même y revenir dans un avenir plus ou moins proche, la Norvège restant l’un des principaux pays du ski.

 
 
 

Hiver 2016/2017 : les meilleurs Norvégiens

La saison 2016/2017 étant officiellement terminée, il est temps de revenir sur les temps forts de l’hiver nordique en Norvège avec l’avis des experts de la chaîne NRK.

 

Martin Johnsrud Sundby.

Marit Bjoergen.

Johannes Hoesflot Klaebo.

En fond, Krogh, Sundby, Bjørgen et Klæbo ont marqué les esprits. Les deux premiers se sont illustrés en tenant tête au Russe Ustiugov, impressionnant cet hiver.

En remportant le relais norvégien face à lui, Krogh est rentré dans l’histoire et a sauvé l’honneur de sa patrie. Quant à Sundby, le duel qu’il a livré à son adversaire a culminé sur le 30km de Lahti où, la faute à une mauvaise chute, le Norvégien est passé à côté de l’or.

Bien entendu, Marit Bjørgen entre dans ce classement avec son retour tonitruant après sa grossesse. Reine des mondiaux, impressionnante de régularité sur la coupe du monde, la fondeuse a de nouveau marqué les esprits en continuant d’écrire sa légende.

Quant à Johannes Høsflot Klæbo, il vient tout juste de commencer la sienne en devenant le plus jeune vainqueur du petit globe du sprint.

 

Ole Einar Bjoerndalen.

Daniel-Andre Tande

 

En biathlon, comme Bjørgen, Ole Einar Bjørndalen continue d’entrer dans l’histoire en remportant une nouvelle médaille mondiale à Hochfilzen. A 43 ans, l’image du vétéran n’est toujours pas ternie par celles des plus jeunes qui ont relevé la tête en fin de saison à Holmenkollen avec la victoire de Tiril Eckhoff et de Johannes Thingnes Bø. De quoi espérer un meilleur hiver 2017/2018 pour la Norvège.
Côté saut à ski, les lauréats de la saison sont Daniel Andre Tande et Maren Lundby. Tande a fait un incroyable début d’hiver, prenant même le maillot jaune le temps de quelques sauts. L’apothéose de sa saison : le concours du nouvel an de Garmisch Partenkirchen, compétition extrêmement relevée et attendue, que le Norvégien a remporté haut la main.

Maren Lundby, elle, a ouvert son compteur de victoires coupe du monde et a tenu tête aux Japonaises Ito et Takanashi. De bon augure avant la saison olympique. Les experts retiennent aussi, bien évidemment, la tournée du Raw Air et le concours de Vikersund où les records du monde sont tombés avec, au premier plan, les 252m de Robert Johansson et les 253.5m de Stefan Kraft.
Une saison riche en rebondissements qui promet une année olympique encore plus grandiose !
 
 

Changement de staff en combiné ?

 

La saison de combiné nordique a été dominée par les Allemands. Côté norvégien, le constat est bien moins glorieux et le staff comme les athlètes ont jugé bon d’y remédier au plus vite. La NRK révèle ainsi qu’il s’est tenu une réunion exceptionnelle pour décider d’un nouveau plan d’action entre combinés et direction. « On ne veut pas mettre les gens à la porte, mais il faut du renouveau », explique Jørgen Graabak.

L’équipe de combiné pense donc à engager de nouvelles têtes, tout en gardant le reste du staff ou bien de mieux exploiter les talents de chacun. L’équipe technique ayant déjà été changée entièrement l’an dernier, ce serait la deuxième option qui serait privilégiée. Ivar Stuan, directeur sportif, insiste sur la nécessité d’avant tout mieux s’entraîner pour pouvoir tenir tête aux Allemands.

Graabak confirme, tout comme Mikko Kokslien : « on a un groupe assez bon pour les battre, mais on ne s’y prend pas aussi bien qu’eux. »
Quant à l’incident à Lahti, où Magnus Moan avait dénoncé une gestion désastreuse de l’équipe après avoir été écarté de la première compétition individuelle, Stuan promet qu’il ne se reproduira pas à Pyeongchang et que de nouvelles règles vont être mises en place pour l’éviter.
 
 

Klæbo reçoit une leçon sur le 50km

Pour la première fois de sa jeune carrière, Johannes Høsflot Klæbo s’est confronté à un 50 km lors des championnats nationaux de Norvège. 9e à plus de 6 min de Sundby, sa performance était plutôt honorable mais ce n’est pas ça que le fondeur retiendra. Le jeune Norvégien de 20 ans a en effet beaucoup souffert lors de cette course pour la simple et bonne raison qu’il ne gère pas correctement son ravitaillement. « Je ne suis pas habitué à boire et du coup, j’ai eu très mal au ventre, confie Klæbo. Cet été, il faudra que je m’entraîne à plus et mieux boire sur les séances d’entraînement. » En fait, le corps de l’athlète n’est pas habitué à assimiler de l’eau pendant les courses. Peu habitué aux longues distances, Klæbo sait que ce sera un défi, mais il est prêt à le relever pour devenir un athlète complet.

 

 
 

Des asthmatiques en meilleure forme que des athlètes sains ?

Astrid Uhrenholdt Jacobsen.

 

Un rapport de l’AMA (Agence Mondiale Antidopage) dévoile que les athlètes asthmatiques ont en moyenne de meilleurs résultats que les athlètes sains. Ce serait le cas en ski, en natation et en cyclisme. Dagbladet s’est penché sur ces résultats. Astrid Jacobsen, fondeuse norvégienne souffrant d’asthme, se révolte contre ce rapport : « ceux qui peuvent penser que c’est un avantage d’être asthmatique, ils n’ont qu’à regarder mes statistiques, dit-elle. J’aurais aimé ne pas l’être mais je suis née comme ça. »
Mads Kaggestad, expert antidopage TV2 et ancien cycliste, voit quant à lui dans ce rapport l’expression de 3 profils d’athlètes : ceux qui se dopent, ceux qui sont propres et ceux qui ont des dérogations médicales. Avec l’avancée de la lutte antidopage, le 3e groupe tendrait à s’agrandir d’après Kaggestad. Mais il tient à relativiser son propos : « certains sont vraiment malades mais certains en profitent. Pour le réguler, il faudrait une totale transparence sur ces dérogations médicales. »
Petter Olberg, nouveau médecin de la fédération de ski, tient quant à lui à insister sur un point : « ceux qui souffrent le plus d’asthme sont ceux qui s’entraînent le plus dur, explique-t-il. C’est pour ça que les fondeurs sont très touchés. » Le fondeur et étudiant en médecine Simen Andreas Sveen conclut en rappelant que les médicaments contre l’asthme permettent seulement aux athlètes souffrant de maladie respiratoire d’être au niveau des athlètes sains. Reste la question de savoir comment s’assurer que la prise de ces médicaments ne deviendra pas une norme dans le sport.


 
 

Le Raw Air revient l’an prochain !

C’est officiel : la tournée norvégienne du Raw Air fera son retour au calendrier mondial de saut à ski dès la saison prochaine. Il devrait se dérouler à la mi-mars, du 11 au 18, avec quelques ajustements logistiques pour un concours encore plus extrême ! Le directeur sportif du saut en Norvège, Clas Brede Bråthen, se dit fier que cet événement ait tant apporté à la discipline mais il note : « il faut continuer de travailler sur le concept dans les mois à venir. »

Parmi les possibles ajustements, le tournoi pourrait commencer à Trondheim plutôt qu’à Holmenkollen. Bråthen souligne aussi la volonté de conserver 4 tremplins sur 10 jours. Cela nécessiterait donc d’abandonner la légendaire épreuve du dimanche d’Holmenkollen qui se déroulait lors du Ski Festival. « Le Raw Air est plus important qu’une certaine nostalgie », appuie Bråthen. Pas de changement, en revanche, pour l’épreuve finale qui devrait rester à Vikersund pour clore le spectacle avec panache. Le passage des 260m est même envisagé pour l’hiver prochain…

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski, tremplin des Tuffes

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.