Vu de Norge #137 : la retraite pour Marthe Kristoffersen ?

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

 

Marthe Kristoffersen à la retraite ?

 

A un peu moins d’un an des Jeux Olympiques de Pyeongchang, Marthe Kristoffersen pense à l’avenir et à une possible retraite sportive. A seulement 27 ans, la fondeuse qui a déjà connu neuf saisons au plus haut niveau a déclaré, sur son site internet, que même si la motivation pour aller à l’entraînement tous les matins était encore présente, « il lui reste encore beaucoup de choses à connaître et à faire. »

Elle ajoute que cela fait un moment qu’elle pense à arrêter sa carrière après les prochains JO. « Il me manque un tout petit quelque chose pour aller chercher une médaille et je ne suis pas sûre que l’entraînement suffise, continue-t-elle. J’ai vécu et j’ai respiré pour le ski de fond. Mais tout le monde n’est pas fait pour devenir champion olympique. »

La fondeuse norvégienne se dit aussi trop consciente de ce qu’elle doit investir dans le sport de haut niveau et préfère arrêter avant d’avoir trop de ressentiment à l’égard du sport qu’elle aime. « Cela me coûte trop physiquement et mentalement », explique-t-elle. Au quotidien VG, elle confie aussi ne pas être certaine d’aller aux JO, la faute à une énorme concurrence au sein de l’équipe norvégienne. Marthe Kristoffersen conclut en assurant qu’elle ne s’éloignera pour autant pas trop du monde du sport…

Les frères Bø plus unis que jamais

Johannes Thingnes Bø a annoncé la semaine dernière qu’il prévoyait désormais de tenir une sorte de journal de bord pour savoir ce qui fonctionnait ou ne fonctionnait pas dans son entraînement, les particularités de ses victoires et de ses défaites. Tollé parmi les experts du biathlon norvégien : pourquoi ne l’a-t-il pas fait avant ? Ola Lunde, expert NRK, s’est indigné : « en tant que professeur de sport, c’est la première chose que j’enseigne à mes élèves. Cela veut dire qu’il ne sait tout simplement pas quelles sont les clés de son succès et cela peut expliquer qu’il ait moins bien performé cet hiver. »

 


En entendant ces critiques, Tarjei Bø, l’aîné de la fratrie, n’a pas hésité à répondre à la NRK, arguant que ce processus de « journal de bord » avait des avantages comme des inconvénients comme le lui avait montré sa propre expérience. « Quand on va sur une compétition, on se concentre sur la course, le résultat pas le journal », explique-t-il très sérieusement. Il rappelle aussi que se laisser entraîner dans ce genre de pratique n’est pas toujours la meilleure solution.

 

Johannes Thingnes Bø

Trajei Bø

Johannes Thingnes Bø

Johannes Thingnes Bø

Johannes Thingnes Bø

Tarjei Bø

Johannes Thingnes Bø

Johannes Thingnes Bø

Si Johannes devrait donc essayer de tenir son journal de bord, Tarjei lui va se concentrer sur son entraînement pour ne plus tomber malade et être au meilleur de sa forme pour la saison olympique. Pour se faire, il compte aussi s’octroyer un petit temps de vacances et de repos à l’automne pour être sûr de ne pas trop en demander à son corps. « Je devrais peut-être aller demander des câlins à ma maman aussi pour éviter de tomber malade », conclut-il en riant.

 

 

 

Siegfried Mazet déménage en Norvège

En avril dernier, Siegfried Mazet annonçait qu’il quittait l’équipe de France pour aller entraîner les biathlètes norvégiens. Désormais, le coach de tir a une année de recul et ses athlètes l’affirment : ils sont devenus meilleurs grâce à lui. Toujours sous contrat, Mazet peut espérer emmener son équipe vers des médailles olympiques. Mais en attendant, c’est sa famille qu’il va emmener avec lui en Norvège jusqu’à l’automne. De quoi enchanter la fédération norvégienne qui espère que ce déménagement durera plus longtemps qu’un été. « Nous voulons qu’ils se plaisent en Norvège. Ce serait une expérience pour eux et une vraie force pour notre équipe de l’avoir ici », explique Morten Aa Djupvik, le chef des équipes de biathlon norvégiennes.

 


Du côté de Siegfried Mazet, cette venue est aussi une très bonne chose pour l’avancée de l’équipe. Le coach de tir pourra ainsi mieux connaître ses athlètes, ce qui permettra de mieux travailler ensemble, d’améliorer le tir et donc d’augmenter les chances de victoire la saison prochaine. L’objectif est clair : les biathlètes doivent atteindre 90% de réussite au tir pour espérer battre le patron de la discipline Martin Fourcade. « Ils comprennent très bien ce que je veux maintenant, affirme Mazet. Ils savent pourquoi nous faisons les choses d’une certaine façon, pourquoi on peut le faire différemment en juillet. Ils comprennent la stratégie et ils sont très impliqués. »

Quant à la question d’un déménagement définitif, il déclare : « j’y ai pensé, j’y pense sérieusement mais il y a plusieurs facteurs à prendre en compte. »

 

 

Dernière saison pour Nystad

 

Knut Nystad, chef des farteurs norvégiens, prendra sa retraite après la saison olympique 2017/2018. Il a annoncé dans un communiqué de presse vouloir se concentrer sur sa famille et ses enfants de 11 et 5 ans. « J’ai réalisé le rêve de ma vie, maintenant il est temps de vivre le rêve de mes enfants », a-t-il expliqué. Nystad quittera ainsi la fédération norvégienne de ski après 12 ans de bons et loyaux services, même s’il a fortement été critiqué, particulièrement en 2014 lors des Jeux de Sochi quand il avait été estimé que les fondeurs norvégiens n’avaient pas d’assez bons skis. Préférant ne pas s’en soucier, Nystad ne retient que les bons moments : « j’ai eu de la chance d’être impliqué dans cette si belle et grande période du ski norvégien, affirme-t-il. J’espère maintenant que l’on finira sur une bonne note avec les prochains JO même si rien n’est garanti. »

 

 

Northug et Weng : affrontement sur la Wings for Life

Quatrième édition de la Wings for Life World Run et les athlètes du monde entier répondent toujours présents à l’invitation de Red Bull pour cette course dont les fonds sont reversés à la recherche sur les blessures de la moelle épinière. En Norvège, parmi les participants, on retrouve entre autres Heidi Weng et Petter Northug Jr., tous deux athlètes sponsorisés par Red Bull. Et on peut dire que certains ont été plutôt surpris de voir le fondeur prendre part à cette course.

Il faut dire qu’il n’arrête pas depuis la fin de la saison coupe du monde ! Rien qu’en mai, il a participé à des compétitions en Islande, en Norvège et, désormais, la Wings for Life. Krogh et Dyrhaug étaient particulièrement dubitatifs… Mais l’enfant terrible du ski de fond a lancé son équipe, la Team Northug, et il était bien décidé à ce qu’elle batte Heidi Weng à plates coutures. « Je veux aussi courir pour une bonne cause et qu’un maximum de gens fassent de même », avouait-il à Dagbladet.

 


Finalement, Heidi Weng aura couru un peu plus de 28 km avant d’être rattrapée par la catcher car qui fait office de ligne d’arrivée (cette voiture part 30min après les coureurs et, une fois qu’elle les rattrape, leur course est finie) et qui était cette année conduite en Norvège par le skieur alpin Henrik Kristoffersen. Petter Northug Jr., lui, a parcouru 23km. Ce ne sera encore pas cette année qu’il battra Weng !
A noter que le vainqueur mondial, le Suédois Aron Anderson, se trouvait à Dubaï. Il a parcouru 92.14km en fauteuil roulant avant d’être rattrapé par la catcher car.

7.05 @jantelov1 @heidiweng91 @redbullnorge

Une publication partagée par Ski Fan (@norwayskifan) le

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.