Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Vu de Norge #148 : un footballeur au Blink Festival

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

 

Riise prêt pour le Blink

Ancien footballeur, John Arne Riise a décidé de se mettre au ski de fond. Sa première compétition officielle sera donc le Blink Festival ce week-end. « Je suppose que je vais finir dernier, annonce-t-il aux médias en riant. Mais ce sera une expérience incroyable de prendre le départ aux côtés des meilleurs mondiaux. » Cela fait désormais un mois qu’il s’entraîne avec acharnement sur les skis roues même s’il dit être toujours très peu rassuré en descente. Pour y remédier, il peut donc passer des heures sur YouTube à observer ses adversaires. Il espère ainsi être prêt à temps pour le 60km de mercredi et la montée du fjord de Lysebotn jeudi. « J’espère que le public me soutiendra même si je suis très loin derrière les autres », avoue-t-il. Et d’ajouter : « peut-être que Northug sera gentil et me tiendra compagnie. »

 

L'article continue sous la publicité
pub


 
Ou Emil Iversen. Celui-ci a en effet dit en riant au quotidien VG qu’il pensait que cela pourrait être un combat incroyable entre eux à l’arrière du peloton s’il n’était pas assez en forme… En tous cas, Iversen est impatient de voir comment s’en sortira le joueur de football. Et celui-ci promet d’ailleurs de bien s’améliorer avant novembre et de surprendre le monde du ski de fond durant l’hiver.
 
 

Weng : besoins spéciaux pour les JO

 

Détentrice du gros globe de cristal, Heidi Weng espère bien prendre une ou plusieurs médailles – de préférence en or – aux Jeux Olympiques de Pyeongchang. Mais si ses aptitudes sur les skis ne sont plus à prouver, un autre détail inquiète la fondeuse : le sommeil. « Je dors toujours mal loin de chez moi », révèle-t-elle ainsi au micro de la NRK. Elle avoue aussi qu’elle dort souvent 10h par nuit.

Le décalage horaire avec la Corée du Sud pourrait donc lui poser problème. Si elle pensait régler son nouveau cycle de sommeil en une fois lorsqu’elle serait arrivée sur le site olympique, elle a changé d’avis après avoir assisté à la conférence sur la gestion du sommeil et du décalage horaire organisée par la fédération norvégienne.
Les médecins préconisent ainsi de se décaler peu à peu et ce dès les semaines précédant le départ. Le décalage horaire serait ainsi moins difficile à gérer et le temps d’adaptation sur place plus court. Ståle Pallessen, expert de la question, rappelle aussi que les athlètes sont en moins bonne forme de manière significative lorsque leur rythme circadien n’est pas bien réglé et que les heures de compétition tombent en même temps que les heures de sommeil.

Du côté de Heidi Weng, il pourrait s’ajouter à cela les conditions de ses périodes de sommeil. Ainsi, la fondeuse déclare dormir avec masque et bouchon d’oreilles, ayant besoin de conditions optimales pour dormir. Elle s’est même fait bâtir une chambre spéciale dans sa nouvelle maison pour qu’elle soit totalement hermétique aux bruits et à la lumière. Heureusement pour cette grosse dormeuse, la plupart des compétitions auront lieu pendant l’après-midi coréen et elle pourra donc faire la grasse matinée.
Ce problème réglé, ne lui reste plus qu’à se concentrer sur la manière d’être qualifiée parmi les quatre athlètes représentant la Norvège sur chaque compétition.
 
 

Dyrhaug : objectif médaille

 

L'article continue sous la publicité
pub

Un fondeur a souvent trois gros objectifs : le globe de cristal, le titre individuel de champion du monde et le titre olympique. S’il manque toujours les deux premiers à Niklas Dyrhaug, il compte bien prendre sa revanche et obtenir le troisième.

Ecarté du 30km à Lahti, sa distance de prédilection, le fondeur de 30 ans a très mal pris l’affront. Il espérait en effet avoir sa chance et être qualifié d’office. Jusqu’à ce que les quatre noms soient annoncés : Sundby, Tønseth, Krogh et Røthe auraient leur chance. « C’était très dur, j’étais sûr d’être qualifié », expliqua ensuite Dyrhaug. Pour prendre sa revanche, il participa ensuite à prendre l’or avec l’équipe norvégienne sur le relais et ira chercher le bronze sur le 15km.

« C’est l’avantage et l’inconvénient d’être norvégien, explique-t-il. On doit sans arrêt se battre pour aller sur les compétitions. J’aurais adoré faire plus de courses à Lahti mais je suis prêt à donner le meilleur de moi-même aux JO. » Pour se faire, Niklas Dyrhaug compte bien se concentrer sur le 30km et le 50km, persuadé qu’il peut aller prendre l’or sur ces épreuves. « J’y pense depuis le chemin du retour de Lahti », avoue-t-il. Pour cela, il a mis au point un plan normalement infaillible : ne pas tomber malade, ne pas se blesser et être à plus de 90% sur les courses contrairement à la première partie de saison l’an dernier.

Ne restera plus qu’à obtenir l’une des quatre places sur les épreuves qu’il vise.
 
https://www.youtube.com/watch?v=NED9Hhz9vjo

 

L'article continue sous la publicité
pub

Klæbo : passion TV

 

Si quelqu’un avait pu prévoir l’ascension fulgurante de Johannes Høsflot Klæbo, lui-même ne l’aurait pas cru, comme il l’explique aux médias. Victoire à Beitostølen, victoire au mini-tour du Canada, de nombreux podiums et même une médaille mondiale. « C’est incroyable ce qui est arrivé », s’émerveille-t-il. Il a donc décidé de partager cette formidable expérience avec le reste du monde via une chaîne YouTube qu’il alimente toutes les semaines.

Assisté de son petit frère Ola, Klæbo partage ainsi son quotidien avec ses fans. « C’est lui qui fait tout en fait, assure le fondeur, modeste. Il édite les vidéos et ajoute la musique qu’il compose lui-même. Il a beaucoup de talent. » En 10 minutes, le Norvégien résume ainsi sa semaine. TV2, trouvant cela un peu trop long, lui a donc lancé un défi : résumer son stage au Sognefjellet en 70 secondes maximum. Pari tenu et relevé haut la main !
Pas étonnant, avec cette activité « extra-scolaire » que le jeune homme n’ait pas le temps pour sa vie personnelle. Il a ainsi révélé être trop occupé pour une relation amoureuse au grand damne de ses nombreuses fans. Il trouve quand même un peu de temps pour ses amis et pour jouer au football, mais pour les filles, il faudra encore attendre !
Retrouvez toutes les vidéos de Johannes Høsflot Klæbo sur sa chaîne Youtube : https://www.youtube.com/user/johanneshk

 

L'article continue sous la publicité
pub
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, Ski de fond, Ski nordique, Saut à ski, Saut spécial, Combiné nordique, Nordic Magazine, Sports d'hiver

A LIRE AUSSI

Ski de fond

Pour avoir toutes ses chances aux JO de Pékin, Helene Marie Fossesholm a décidé de mettre entre parenthèses ses études de médecine et sa...

Vu de Norge

Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

Ski de fond

Klæbo a été invité au mariage de Bolshunov. Le fondeur russe a reçu la réponse de son rival scandinave, alors que bien des événements...

Vu de Norge

Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

Ski de fond

Oberstdorf 2021 : une histoire en cinq chapitres Les championnats du monde de ski nordique d’Oberstdorf se sont terminés le dimanche 7 mars 2021....

Vu de Norge

Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

Ski de fond

La saison féminine de ski de fond s'est terminée sur le 30 km en Engadine. Nordic Magazine fait le point sur cet hiver 2020-2021...

Ski de fond

La saison s'est bouclée en Engadine avec le 50 km. L'occasion pour Nordic Magazine de faire le point sur les principaux chiffres et statistiques...