Vu de Norge #15 : les Fourcade enviés par les frères Bø

 C’est chaque semaine sur www.nordicmag.info et nulle part ailleurs : toute l’actualité nordique norvégienne en infos, photos et vidéos.

 

Martin Fourcade, entre provocation et respect

Martin Fourcade est l’ennemi public n°1 en biathlon, l’homme à abattre et ce, spécialement pour les Norvégiens. Alors quand le Français ferme la porte à Lars Hegle Birkeland lors du relais mixte à Östersund, les réactions sont mitigées.

Revue de presse

Si dans le clan des Bleus, on relativise les choses, rappelant des combats similaires entre Bjørndalen et Poirée, les Norvégiens pensent plutôt que le geste était impoli et que la prochaine fois, ils ne se laisseront pas faire. L’entraîneur norvégien conclut sur ces mots : « l’essentiel est que personne ne soit tombé ».

 

Ostersund Fourcade

 

Mais si Martin Fourcade est un adversaire redoutable sur la piste, il est très fairplay une fois la carabine posée. Il a ainsi donné en main propre son dossard jaune à Emil Hegle Svendsen après l’individuel, geste qualifié de « très beau » par le Norvégien qui n’avait pu toucher à cette récompense depuis plus d’un an. Beau joueur, le Français a même avoué à la NRK qu’il était content que ce soit au profit de son rival de toujours qu’il doive abandonner le maillot jaune.

 


 

Les frères Bø rêvent d’être les prochains Fourcade

La fratrie Fourcade est réputée en biathlon mais bientôt, la fratrie Bø pourrait l’être encore plus. Si les frères français ont déjà eu plusieurs podiums ensemble, dont le dernier à Khanty-Mansisjk en mars 2013, ce n’est pas encore le cas des Norvégiens alors que chacun a plusieurs podiums et victoires à son actif. Johannes et Tarjei aimeraient donc une chose cet hiver : un podium ensemble lors d’une course individuelle.

Tous deux se sentant en bonne forme, le cadet assure que « ce n’est qu’une question de temps » au micro de TV2. Ne reste plus qu’à savoir qui de Tarjei ou Johannes Bø sera devant son frère, chacun voulant battre l’autre.

 

Johannes et Tarjei bø

 


Tiril Eckhoff : une victoire pour Tora Berger

Tiril Eckhoff, vue comme l’héritière de Tora Berger depuis la retraite de cette dernière, ne chôme pas pour remplir son rôle. Suivant les conseils de l’ancien champion norvégien Halvard Hanevold, elle va jusqu’à s’exercer en conditions réelles dans son salon au tir debout. Un effort salué par Hanevold qui souligne l’intelligence de la jeune biathlète dans sa discipline.

 

Revue de presse

 

Des efforts payants puisque Tiril Eckhoff a remporté sa première victoire en coupe du monde ce week-end. Elle s’est aussitôt empressée de remercier toute sa famille, son équipe mais aussi Tora Berger, présente à Östersund. Eckhoff a ainsi avoué aux médias norvégiens que la jeune retraitée avait été un véritable mentor pour elle et que c’était entre autre grâce à elle qu’elle avait pu gagner ce sprint.

 

 

Si elle lui dédie donc en partie sa victoire, Tiril Eckhoff devient aussi sa digne successeur et leader de l’équipe féminine de biathlon norvégien, acceptant en même temps les revers de la médaille et la pression qu’elle appelle poétiquement « de la merde ».

 


 

Les Norvégiennes impliquées dans le saut féminin

Le saut à ski féminin est reconnu depuis peu au niveau mondial. Jusqu’en 2010, les filles n’avaient pas leur propre coupe du monde et elles ont dû attendre 2013 et 2014 pour prendre part aux championnats du monde de ski nordique (Val Di Fiemme) et aux Jeux Olympiques (Sochi). Le chemin a été long et ce entre autres pour les Norvégiennes Line Jahr et Anette Sagen. Âgées maintenant de 30 et 29 ans, les deux jeunes sportives ont dû attendre longtemps avant d’enfin pouvoir concourir dans des compétitions de saut internationales. Elles ont lutté pour que leur discipline soit reconnue et que les hommes arrêtent de dire que les femmes n’avaient rien à faire en saut à ski. Pari réussi puisque la discipline féminine est bien suivie désormais et attise autant les foules que les compétitions masculines. Les deux sauteuses norvégiennes sont d’ailleurs devenues des modèles dans leur pays pour 750 filles qui espèrent atteindre leur niveau de saut.

Revue de presse

 


 

Fannemel : l’espoir Norvégien déçu

 

Anders Fannemel

 

Si l’on attendait aux avant-postes Anders Bardal ou bien encore Anders Jacobsen, c’est le 3e Anders, Anders Fannemel, qui a surpris son monde en ce début de saison. A domicile à Lillehammer, le jeune sauteur a manqué de très peu sa première victoire samedi. Et si proche du but, le Norvégien a difficilement digéré sa défaite face à un Schlierenzauer qui sautait 1 mètre de moins en manche finale mais avait une meilleure compensation.

Revue de presse

Mais s’il attend encore sa première victoire, ses parents et son coach sont très satisfaits de sa performance : il se bat au meilleur niveau et est stable dans ses résultats. Finalement, déçu au moment du saut de son rival autrichien, Fannemel a très vite relativisé, expliquant à Dagbladet qu’il voulait être dans le top 10 du général. Quant à ses coéquipiers, Anders Bardal déclare à VG que son compatriote devrait très vite obtenir sa première victoire sur le circuit mondial.

 

 


 

Qui est le plus médiatisé ?

Ce n’est pas une surprise, Northug est le sportif le plus médiatisé en Norvège selon une enquête de Dagbladet : 11498 articles lui ont été consacrés entre le 1er janvier et le 30 novembre 2014. Suivent Marit Bjørgen (7189 articles), Magnus Carlsen –joueur d’échec- (5875), Therese Johaug (5124) et Sundby (4365). Mais toujours selon le même sondage, il n’est parcontre pas le plus populaire ailleurs dans le monde.

Petter Northug à Lillehammer (photo : Vianney Thibaut/Agence Zoom)

Petter Northug à Lillehammer (photo : Vianney Thibaut/Agence Zoom)

En effet, les résultats montrent que le sportif norvégien dont on parle le plus à l’étanger est le skieur alpin Aksel Lund Svindal (cité 34372 fois contre 24035 fois pour Northug qui arrive en 3e position au niveau international). Svindal a réagi, expliquant qu’il trouvait cela « amusant » car bien d’autres Norvégiens ont fait mieux que lui aux JO de Sochi. Il explique cela par la popularité mondiale de sa discipline, bien plus développée que le ski nordique. Mais les journalistes de Dagbladet pensent que la disponibilité du champion alpin avec les médias n’est pas pour rien dans ce résultat et qu’il est un fabuleux porte parole pour son sport à travers le monde.

Revue de presse

 


 

Quand Twitter s’emballe

Que Northug se rassure, les médias n’ont pas fini de parler de lui, même après son week-end plutôt décevant à Lillehammer (disqualification en sprint, 35e place au 10 km et 15e au 15km). En effet, après le quintuplé réalisé par les Norvégiens sur la poursuite du 15 km classique, un tweet a été rédigé sur le compte officiel de l’équipe nationale de ski de fond déclarant que l’équipe n’avait pas besoin d’aller chercher d’autres athlètes pour briller… Bien sûr, tout le monde y a vu une attaque contre Northug.

Tweet

Le message a été rapidement supprimé et le chef de l’équipe nationale, Åge Skinstad, a exprimé ses regrets invoquant la maladresse d’un collaborateur. Depuis il a décidé de réunir tout le monde afin que cela ne se reproduise plus et la photo de profil où apparaissait Sundby a été remplacée par le logo de l’équipe. Plus tard dans la soirée est apparu un autre tweet : « Nous sommes désolés du message qui a été rédigé par un pigiste. Il ne représente certainement pas l’équipe nationale ou sa vision ».

 


Et pour ceux qui pensent que Northug pourrait être écarté de l’équipe du fait de ses résultats actuels, l’entraîneur Trond Nystad répond qu’il reste convaincu que l’enfant terrible du fond norvégien va devenir plus fort début 2015 et qu’il va encore hausser son niveau en vue des championnats de Falun.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.