Vu de Norge #153 : Løfshus sur la sellette

Vu de Norge, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, biathlon, sports d'hiver, Norge, Norvège

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

 

Løfshus de nouveau mis en cause

Les Norvégiens sont-ils propres ? Après toutes les révélations depuis l’affaire Sundby et sa suspension pour avoir pris une surdose de médicament contre l’asthme, les théories vont bon train contre les fondeurs du nord. Désormais, les fans et la population ne croient plus au fait que les Norvégiens seraient irréprochables, bien au contraire, comme le révèle le journal Dagbladet. Une méfiance s’est installée, portant préjudice bien souvent aux athlètes ou aux jeunes fondeurs.

 

C’est dans ce contexte que la place de Vidar Løfshus en tant que chef des équipes de fond norvégienne a de nouveau été remise en question. Johan Kaggestad, ancien entraîneur cycliste et désormais commentateur pour TV2 a ainsi confié à VG que Løfshus, tout comme Erik Røste, président de la fédération norvégienne, devraient revoir leurs positions et peut-être se remettre en question car « rien ne sert de gagner deux nouvelles médailles olympiques si on ne gagne pas la lutte antidopage, si on n’est pas propre », affirme-t-il. « Une erreur ça arrive, mais deux erreurs, c’est qu’il y a un problème », continue Kaggestad, faisant référence aux affaires Sundby et Johaug. Il pense donc qu’il faudrait se pencher sur comment a été géré cette crise.

La fédération norvégienne a répondu par le biais du chef de la communication, Espen Graff : « Kaggestad est libre de ses opinions. Nous constatons que la direction aujourd’hui a la confiance et le soutien nécessaire pour correctement gérer la fédération et mettre en œuvre les nouvelles mesures d’amélioration qui ont été choisies. »
Robin Mackenzie-Robinson, avocat et expert du Tribunal Arbitral des Sports, pense lui aussi que la direction de la fédération de ski devrait se remettre en question et peut-être aurait-elle besoin de changements plus profonds ? « Ce n’est pas seulement une petite égratignure, explique-t-il. C’est plus grave que ça : tout est brisé. »

 

 

Svendsen : son régime est un succès

(Photo : Stanko Gruden/Agence Zoom)

Depuis plusieurs saisons, Emil Hegle Svendsen n’avait jamais connu un été ou un hiver tranquilles, loin des maladies. Mais en adoptant un nouveau régime l’an dernier, Svendsen a réussi à laisser ses problèmes derrière lui. « Je me sens beaucoup mieux et si je compare avec l’été dernier, ma base d’entraînement et physique est bien meilleure », affirme-t-il à la NRK. Il continue, heureux : « je n’ai pas eu de rhume depuis noël 2015, c’est un nouveau record pour moi ! »

Son corps désormais en harmonie après avoir supprimé quelques aliments de son régime réagit donc parfaitement à l’entraînement et permet au biathlète norvégien d’envisager le meilleur pour l’hiver à venir et les Jeux Olympiques. « Ca a aussi un bon effet sur mon moral et l’estime de soi, analyse Svendsen, particulièrement optimiste. Il semble que tout peut arriver et que je pourrais battre Martin Fourcade. »

 

 

Stöckl prolonge son contrat

 

S’il n’y a encore rien d’officiel, Alexander Stöckl, le coach de saut à ski de l’équipe norvégienne a décidé d’accepter de renouveler son contrat jusqu’en 2021. « Je pense pouvoir leur offrir plus », explique l’Autrichien dans les colonnes de VG. Avec ses bons résultats, à commencer par le sacre d’Anders Bardal un an après son arrivée dans l’équipe, Stöckl est devenu un des meilleurs éléments de la fédération norvégienne et il compte de nouveau faire ses preuves aux Jeux Olympiques, prouvant à son employeur qu’il aurait raison de le garder dans la fédération pour 4 ans de plus.
 
 

Sundby de retour à l’entraînement

 

Au stage en haute altitude de ski de fond à Livigno, pas de Martin Johnsrud Sundby. Tombé lourdement en août, le maillot jaune de l’hiver dernier n’a pas pu faire le voyage bien que sa phase de récupération arrive à sa fin. Sundby s’est confié à ce propos au micro de la chaîne TV2 : « je ne pense pas être revenu au niveau auquel je voulais être cet automne, avoue-t-il. En fait, je me suis pris une pierre dans la roue et j’ai volé en avant. Résultat : j’ai dû rester 10 jours en intérieur mais je n’ai aucun temps à perdre. » En effet, le gros objectif de Sundby comme beaucoup d’autres, ce sont les Jeux Olympiques et pour cela, il devra être au mieux de sa forme pour affronter le bataillon de fondeurs qui se prépare.
 

 
 

Foot vs. ski de fond

Football ou ski de fond ? Parfois, les Norvégiens ont bien du mal à choisir et les fondeurs ne font pas exception à la règle… De temps en temps, ils chaussent donc les crampons et troquent le tapis blanc contre un autre, plus vert. Johannes Høsflot Klæbo aime tout particulièrement ce jeu et participe donc souvent à des matches. Mais augmenter le nombre de rencontres, c’est aussi augmenter le risque de blessures. « Il faudra que je vois avec l’entraîneur Arild et mon grand-père si je peux prendre part à quelques matches de foot cette saison, confie Klæbo au quotidien VG. Si je m’écoutais, j’irais à tous les entraînements et aussi à toutes les rencontres. » Le jeune Norvégien va même plus loin : selon lui, tant qu’il n’est pas blessé, le football aiderait même à améliorer ses performances en coupe du monde de fond.
Une technique qu’appliqueraient aussi Emil Iversen et Petter Northug Jr., tout deux faisant aussi partie d’une équipe. D’ailleurs, pendant la saison de foot, leurs équipes respectives seront amenées à se rencontrer… Qui l’emportera ? Sur la piste ou sur le terrain, les résultats pourraient être inattendus ! En tous cas, Finn Hågen Krogh a lui décidé de rester hors de ce petit concours, ne participant qu’aux entraînement de son équipe et pas aux matches.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.