Vu de Norge #165 : Klæbo le diamant poli, Northug le diamant brut

Vu de Norge, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, biathlon, sports d'hiver, Norge, Norvège
Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,
CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

 

 

Le diamant brut de l’équipe de fond

Johannes Hoesflot Klaebo (photo : Modica/NordicFocus).

Johannes Hoesflot Klaebo (photo : Modica/NordicFocus)

Johannes Hoesflot Klaebo (photo : Modica/NordicFocus).

Vainqueur du sprint, vainqueur du 15 km classique et vainqueur du mini-tour de Ruka, Johannes Høsflot Klæbo a déjà imposé sa marque sur la coupe du monde de ski de fond 2017/2018 en s’octroyant le maillot jaune avec la manière. « J’étais vraiment fatigué sur la troisième course mais j’ai tout donné sur la fin et j’ai réussi », confie-t-il en interview. « Je suis vraiment impressionné, on a un diamant brut entre les mains avec lui », s’extasie son entraîneur Tor Arne Hetland.

 

Sa facilité, sa polyvalence et ses coups d’éclat rappellent énormément Petter Northug Jr. Celui-ci n’a d’ailleurs pas manqué une miette des exploits de son jeune compatriote. « Petter et moi étions vraiment impressionnés », admet Stig Rune Kveen, entraîneur personnel de Northug. Hallgeir Martin Lundemo, ancien coéquipier du fondeur de Mosvik, va même plus loin dans les colonnes du quotidien VG : « j’ai l’impression de revoir Petter… C’est brillant ! A voir s’il tiendra jusqu’à Noël… »

 


 
 

Instagram : défouloir de Northug ?

#NeverSkipNeckDay 💪

Une publication partagée par Petter Northug Jr (@jantelov1) le

Lorsqu’il n’a pas été sélectionné pour l’ouverture de la coupe du monde à Ruka, Petter Northug Jr. a publié sur son compte instagram une photo mettant en scène Vidar Løfshus et Tor Arne Hetland échangeant sur leur manière de sélectionner l’équipe avec une légende très claire : « Nous ne prenons pas Northug ? – Bien sûr que non ! On va plutôt donner une place aux garants de médailles olympiques comme Golberg, Krüger, Fossli, Tønseth, Holund et Brandsdal. » Northug dénonce ainsi le fait que des fondeurs ont été sélectionnés alors que leurs palmarès sont moins impressionnants que le sien.

Mais cette photo a été très mal prise par la fédération de fond norvégienne. Northug a donc retiré sa publication. De son côté, Løfshus a souligné dans une interview pour la NRK que c’était « censé être amusant » mais qu’il fallait « poser des limites. » L’affaire sera donc traitée en interne au sein de la fédération pour voir si cette publication instagram doit entraîner une sanction quelconque.

Certains de ses coéquipiers, eux, n’ont pas bien pris les sous-entendus de Northug. « Ce n’est pas normal d’afficher comme ça des coéquipiers », explique Brandsdal, cité dans la publication instagram du fondeur de Mosvik. « Jamais je n’aurais osé poster ce genre de chose », ajoute Golberg. « Je ne suis pas offensé par ce qu’il a dit mais il faut publier intelligemment quand même », affirme de son côté Krüger.

 

 

Son ami, Emil Iversen, a lui été un peu plus bavard sur le comportement de Petter Northug Jr. « Je comprends que s’il avait fait partie d’une équipe de foot par exemple, il aurait été suspendu pour un match, confie-t-il au micro de la NRK. Mais c’était sûrement une blague, Petter ne cherche pas à faire de mal alors je n’y prête pas attention. »

Se pose donc la question récurrente depuis quelques temps au sein de l’équipe de fond norvégienne : faut-il maîtriser les réseaux sociaux des athlètes ? Northug, connu pour son humour décapant et ses publications toutes en ironie, devra-t-il suivre de nouvelles règles ?

En attendant la réponse à ces questions, la NTB, l’agence de presse norvégienne, réclame que Northug paye les droits d’auteurs pour avoir exploiter leur photo sans autorisation.

 

 

Niskanen pardonne Iversen

Alexey Poltoranin (KAZ), Emil Iversen (NOR) (photo : Modica/NordicFocus).

Calle Halfvarsson (SWE), Iivo Niskanen (FIN) (photo : Modica/NordicFocus).

 

Après les soucis de Lahti, Emil Iversen retrouvait de nouveau Iivo Niskanen en Finlande ce week-end pour un nouvel affrontement.

Retour en arrière : aux championnats du monde, la Norvège affronte la Finlande pour la victoire sur le team sprint devant le public finlandais acclamant son champion, Iivo Niskanen. Mais Iversen ne se laisse pas passer et entraîne dans sa chute son adversaire, leur faisant perdre à tous deux le titre. « J’ai eu du mal à lui pardonner sur le moment, avoue Niskanen dans les colonnes de Dagbladet. J’étais furieux, il était clairement en tort. Je pouvais aller chercher l’or alors ça devait sortir. »

Mais après plusieurs mois, le Finlandais assure avoir pardonné au Norvégien. « J’ai oublié, je suis passé à autre chose, assure Niskanen. Les Jeux, c’est ça mon objectif. Je n’ai rien à dire sur Emil et j’espère juste qu’en Corée, on pourra se battre sans tomber. »

Emil Iversen, lui, aimerait que cela soit vrai : « mais je n’y crois pas, il n’a pas pu juste oublier même si nos relations sont plutôt bonnes maintenant », confie le fondeur norvégien.

Anssi Kukkonen, commentateur finlandais, lui, est persuadé que Niskanen aurait dû plus accélérer ou bien plus se déporter. « C’était sa faute, pas celle d’Iversen », affirme-t-il, soutenu par Northug qui partage l’avis du Finlandais.

 

 


 
 

Tande sans ses skis

Dernièrement, Daniel André Tande a choisi de faire confiance à BWT pour ses skis de saut. Rachetés à Fischer, la marque de traitement de l’eau prépare les skis pour les athlètes et en profite pour faire de la publicité par la même occasion. Si la FIS autorise les athlètes à arborer des logos de marque, le CIO lui s’y oppose fermement. Problème, donc : Tande ne pourra pas sauter avec des skis BWT lors des Jeux olympiques de Pyeongchang.

Ses coéquipiers Stjernen et Forfang devront eux aussi se passer du soutien de la marque en février. La question