Vu de Norge #172 : Eckhoff ne perd pas espoir

Vu de Norge, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, biathlon, sports d'hiver, Norge, Norvège
Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,
CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

  • Eckhoff ne perd pas espoir

Tiril Eckhoff (NOR) –  Manzoni/NordicFocus.

Tiril Eckhoff n’a pas fait un début de saison remarquable. Outre ses performances moyennes avant Noël, la Norvégienne est tombée malade au retour de la pause à Oberhof. A peine remise, elle n’a pas brillé à Ruhpolding.

Pourtant, la biathlète n’abandonne pas son rêve : elle se sait capable d’aller chercher une médaille aux Jeux olympiques de Pyeongchang. « Sachant que j’étais malade, je trouve que ce n’était pas si catastrophique, affirme Eckhoff après son individuel à Ruhpolding. Je vais plutôt vite sur la piste et même si ça peut sembler compliqué, j’ai confiance. Il faut juste que je n’ai pas peur de prendre des risques sur le pas de tir. »

Sa discipline de prédilection, le sprint, pourrait lui offrir cette chance et la Norvégienne en est sûre : il faudra compter sur elle en Corée. Son frère Stian Eckhoff, entraîneur du tir dans l’équipe féminine, est du même avis : « c’est une candidate sérieuse pour la médaille, elle peut revenir, surtout qu’elle a fait du bon travail à Noël, il y a de l’espoir. »


  • Northug ne voit pas le bout

Les championnats nationaux à Gåsbu représentaient, avec la coupe du monde de Planica, la dernière chance pour Northug de se qualifier pour les Jeux olympiques. En raison d’un rhume, il n’a pas pu prendre part au sprint, l’une de ses disciplines de prédilection. Finalement, il ne participera même à aucune course, préférant récupérer au calme. Planica sera donc sa dernière opportunité pour obtenir son ticket pour Pyeongchang. Mais se rendra-t-il sur l’étape slovène ce week-end ? La piste de sprint, auparavant facile pour Northug, a été revue et aurait un profil plus ardu : plus longue, avec une pente plus abrupte, elle ne correspondrait peut-être pas aussi bien qu’avant au profil du fondeur de Mosvik. Son père, John Northug, a déclaré à Dagbladet ne pas être sûr que son fils ferait le déplacement : « Tout dépendra de sa forme, je ne peux rien affirmer », dit-il. Mais Arild Monsen, l’entraîneur de sprint, prévient l’athlète : il devra performer en Slovénie, c’est sa dernière chance pour se qualifier.


En réalité, John Northug pense même que son fils a vu ses chances de partir aux Jeux s’envoler quand il n’a pas été sélectionné sur le Tour de ski. « Je suis persuadé qu’il l’a su, à ce moment là et quand on sait cela, c’est plus difficile de se remettre en forme », explique le père du fondeur.

Pourtant, d’après son coéquipier Chris Jespersen, rien ne semblait barrer la route à l’enfant terrible du ski norvégien : en octobre, il était en grande forme. « Ils auraient dû l’emmener à Ruka et au Tour, affirme Jespersen. Lillehammer ne lui convient pas contrairement à Ruka. Il savait que ce n’était pas le bon choix pour lui. Maintenant, il va peut-être lutter avec des problèmes de motivation. Mais je pense tout de même qu’il a envie d’aller aux mondiaux de Seefeld. »


Stig Rune Kveen, l’entraîneur personnel de Northug, n’a lui pas abandonné l’idée que son fondeur parte aux JO : « il lui reste une chance avec Planica, c’est certes un faible espoir mais il existe, » conclut le Norvégien.

 


  • Krogh sorti d’affaire ?

Finn Haagen Krogh (NOR) –  Modica/NordicFocus.

Aux championnats nationaux norvégiens à Gåsbu, Finn Hågen Krogh a montré qu’il était de retour à son meilleur niveau, terminant la course de manière impressionnante après être tombé 5 km avant l’arrivée et prouvant de nouveau qu’il était un incroyable finisseur en montant quand même sur le podium.

Encensé en novembre par son entraîneur Tor Arne Hetland qui le voyait déjà être le 4e homme du relais olympique norvégien, le Norvégien a souffert en début de saison, n’arrivant pas à retrouver sa forme. « Ce n’était pas la pression le problème, a déclaré le fondeur après sa médaille de bronze. C’était plutôt mon corps qui ne fonctionnait pas de façon optimale, j’ai peut-être fait un trop long stage en altitude. »

Finn Hågen Krogh a donc d’ores et déjà annoncé qu’il allait réduire le nombre de jours en haute montagne l’été prochain. « En revanche, je ne me suis jamais inquiété pour les Jeux, affirme Krogh. Je savais que j’avais le temps de retrouver la forme. » Le fondeur d’Alta espère obtenir un ticket pour au moins 4 épreuves olympiques, y compris le 15 km et le 30 km. « Je dois être honnête : c’est très rassurant de voir que j’obtiens de nouveau des résultats », conclut-il.

 


  • Choix audacieux pour Olsbu

Marte Olsbu (NOR) –  Manzoni/NordicFocus.

Juste avant les Jeux olympiques, alors que la saison a déjà commencé, Marte Olsbu a décidé de faire un choix drastique pour relancer sa carrière et ses chances de médaille. La biathlète a ainsi troqué ses skis Madshus, qui la suivent depuis le début de sa carrière, pour des Salomon. « J’espère quand même avoir le temps de me familiariser avec mon nouveau fournisseur », déclare la Norvégienne qui admet que ce n’est pas le meilleur moment pour prendre ce genre de décision, à peine un mois avant de partir pour Pyeongchang.

Pour l’expert NRK Ola Lunde, cela montre surtout qu’Olsbu avait de réels problèmes et souhaitait à tout prix les régler avant la grande échéance. « Je n’arrive pas à m’adapter aux skis Madshus cette saison, certains aiment le nouveau modèle mais ça ne me convenait pas, explique la biathlète. C’est dommage mais je n’ai pas trouvé d’autre solution. » Olsbu dit désormais se concentrer sur ses performances maintenant qu’elle est sûre de son choix.

 


  • Bjøntegaard juge qu’il a été injustement traité

Erlend Bjoentegaard (NOR) – Manzoni/NordicFocus.

A Ruhpolding, sur l’individuel, Erlend Bjøntegaard a fini à une belle 21e place. Avec ce résultat, il espère être en lice pour partir aux Jeux olympiques. Pourtant, cela s’annonce compliqué pour le biathlète. « S’il y a bien un membre de l’équipe qui a eu le moins sa chance pour aller aux Jeux, c’est moi », affirme Bjøntegaard.

Le Norvégien explique à la NRK qu’il a réalisé une bonne course à Ruhpolding, tant sur les skis que sur le pas de tir, après avoir aussi performé aux courses d’ouverture de Sjusjøen où il avait remporté la mass-start. « Je sais que cela dépend aussi des résultats des autres, continue le biathlète. Je sais par exemple que Bjørndalen est champion en titre, qu’il a beaucoup fait pour le ski mais chaque saison est une nouvelle opportunité et je dois dire que j’ai été frustré de ne pas être sélectionné sur plusieurs coupes du monde au vu de mes résultats qui étaient meilleurs que certains de mes coéquipiers. »

Siegfried Mazet (FRA) –  Manzoni/NordicFocus.

Siegfried Mazet, coach de l’équipe norvégienne, a répondu à la NRK qu’il comprenait que Bjøntegaard aurait aimé avoir plus sa chance mais il a aussi souligné qu’ils essayaient de donner leur chance à tous, au maximum et qu’il était toujours difficile de satisfaire tout le monde.
Finalement, le biathlète fera bien le voyage en Corée puisqu’il a été annoncé sur la liste des 6 sélectionnés norvégiens ce lundi.

 


  • Avis partagés sur la technique de Klæbo

Si Pierre Mignerey, directeur adjoint de la FIS, dénonçait encore il y a peu le danger que représentaient le style et la tactique de Johannes Høsflot Klæbo lors des sprints classiques, le chef de la FIS Vegard Ulvgang n’est pas du même avis. « La technique classique de Klæbo représente l’innovation dans ce qu’elle a de meilleur et elle ne doit pas être interdite », a-t-il ainsi déclaré à la NRK.

Arild Monsen, entraîneur de l’équipe nationale de sprint norvégienne, soutient les propos de son compatriote : « c’est ridicule de déclarer que Johannes met le classique en danger », a affirmé Monsen. Le coach déclare aussi qu’après avoir pris contact avec Ulvgang, il peut assurer que l’abandon du classique n’est pas à l’ordre du jour pour la FIS.

Johannes Hoesflot Klaebo (NOR) –  Modica/NordicFocus.

Quant à Klæbo, il a répondu à la NRK qu’il utiliserait sa technique tant qu’on l’y autoriserait et qu’il respecterait les consignes de la fédération. Pour son coéquipier Eirik Brandsdal, cette nouvelle tactique surnommée « technique Klæbo » est surtout une réelle amélioration : « elle permet d’être plus détendu dans le haut du corps, c’est une bonne chose et c’est cool de pouvoir encore développer notre sport », dit-il à la NRK.

Marit Bjørgen, elle, souligne que le plus intéressant est de voir le développement du classique et comment son jeune compatriote est devenu un exemple pour les plus jeunes.

 


  • Un nouvel espoir pour le saut

A 19 ans, Marius Lindvik montre déjà un talent prometteur pour le saut norvégien. Après un très beau week-end en COC à Titisee-Neustadt, le jeune homme espérait faire ses gammes lors de l’étape coupe du monde à Tauplitz/Bad Mitterndorf, surtout avec la belle opportunité offerte à la Norvège d’emmener non pas 6 mais 7 athlètes sur le tremplin de vol de Kulm.

Malheureusement pour Lindvik, la FIS refuse qu’un athlète sans point au classement coupe du monde prenne part à une épreuve de vol à ski. Résultat : bien que Stöckl ait essayé de contacter Walter Hofer pour intercéder en faveur de son jeune sauteur, Lindvik n’a pas fait le déplacement en Autriche. « J’ai vraiment été déçu », réagit l’athlète. Les règles étant strictes, il ne participera pas non plus à la coupe du monde à Oberstdorf mais il aura sa chance à Zakopane dans deux semaines.
Toute l’équipe, dont Alexander Stöckl et Clas Brede Bråthen, sont surtout déçus que la FIS n’ait pas accepté de faire une exception comme elle l’a déjà fait auparavant, laissant le sauteur faire ses preuves en saut d’essai avant de déterminer s’il pouvait ou non être au départ de la compétition. L’équipe norvégienne espère désormais que grâce à une belle carrière qui s’étend devant lui, Lindvik oubliera bien vite cet épisode malheureux.

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski, tremplin des Tuffes

1 Comment

  1. Mathieu HAUTIN

    17/01/2018 à 11 h 07 min

    En quoi consiste exactement la technique “classic” de Johannes Klaebo?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.