Vu de Norge #175 : le New York Times déteste le ski de fond

Vu de Norge, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, biathlon, sports d'hiver, Norge, Norvège
CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

  • Lindvik : l’étoile montante du saut

Marius Lindvik (NOR) –  Tumashov/NordicFocus.

Marius Lindvik a dû renoncer à son voyage olympique en Corée, n’ayant pu montrer que son haut niveau était assez stable pour offrir des chances de médailles à son équipe.

N’ayant pas eu le droit de participer aux épreuves de vol à ski qui avaient lieu avant Zakopane, il n’a pas eu assez de temps pour faire ses preuves.

Malgré de superbes résultats en Pologne, il a donc dû se contenter de se rendre aux championnats du monde junior. Où il a remporté l’or. Un voyage couronné de succès qui pourrait être le premier d’une longue liste.

Clas Brede Bråthen, directeur des équipes de saut, a même avoué qu’il aurait aimé avoir plus de temps pour sélectionner l’équipe olympique, évaluer toutes les options. « Nous avons dû juger sur ce que nous avons vu pendant le début de saison, explique-t-il. Nous savions aussi qu’en choisissant l’équipe, nous pourrions laisser de très bons athlètes de côté et en ce moment, un sauteur qui pourrait être le futur de notre équipe. »

Anders Fannemel (NOR), Johann Andre Forfang (NOR), Marius Lindvik (NOR), Andreas Stjernen (NOR) – Tumashov/NordicFocus.

A 19 ans, Lindvik fait même preuve d’un talent hors-norme. Depuis longtemps déjà, l’équipe norvégienne gardait un œil sur lui et le jeune athlète a su confirmé, gagnant sa place pour participer à la Coupe du monde. « Il a une très bonne technique, assure quant à lui Alexander Stöckl dans les colonnes de Dagbladet. Il est offensif, il vole haut, il est rapide, il utilise très bien son corps. »

Pour le coach autrichien, ce serait même la technique du futur. Un talent qui impressionne aussi ses coéquipiers, comme Daniel-Andre Tande, ravi de voir que la relève juste derrière lui est assurée.


  • Moan motivé pour Seefeld

Magnus Hovdal Moan (NOR) –  Modica/NordicFocus.

La semaine dernière, nous vous informions que Magnus Moan avait décidé de renoncer à sa place aux Jeux olympiques. Sélectionné en tant que remplaçant et en désaccord avec la gestion de l’équipe de combiné norvégienne, il avait estimé que le mieux serait de laisser son ticket à Magnus Krog.

L’athlète a de nouveau expliqué qu’il aurait voulu prendre quelques jours d’entraînement seul pour revenir plus fort et bien figurer aux Jeux même si l’équipe avait mis en place un programme pour que tous les combinés s’entraînent ensemble tout au long de l’année. Mais cette opportunité d’obtenir un programme différencié ne lui a pas été offerte. Cela ne veut pas pour autant dire qu’il en a terminé avec le sport de haut niveau.
« Je vais d’abord terminer la saison, voir si la motivation et la forme sont toujours là, confie Moan à la NRK. Tout doit être réuni mais je ne vois aucune raison de ne pas continuer ma carrière. »

Il l’a donc d’ores et déjà annoncé : il fera tout son possible pour obtenir une place aux championnats du monde de ski nordique de Seefeld en 2019. L’entraîneur de fond de l’équipe, Bjørn Kåre Ingebrigtsen, a quant à lui assuré qu’il espérait que son athlète irait de l’avant après cette saison difficile.


  • Johaug à Seefeld

Suspendue, interdite de Jeux olympiques cette année, Therese Johaug ne veut absolument pas se retrouver dans son salon, sur son canapé, à regarder les épreuves de fond sans pouvoir y participer.

Pour se changer les idées, la Norvégienne a donc prévu de se rendre à Seefeld, deux semaines après ses compatriotes, pour tester les pistes des prochains championnats du monde auxquels elle devrait participer en février 2019.

Si elle commencera par passer une semaine à Seiser Alm à partir du 7 février, elle ira dès le 18 sur les pistes autrichiennes. « Nous le faisons pour deux raisons, explique son entraîneur Pål Gunnar Mikkelsplass. D’abord parce qu’il vaut mieux pour elle s’éloigner de la Norvège à cette période mais aussi parce que cela nous permettra de prendre des informations importantes pour l’an prochain. »

Mais le coach ajoute qu’ils garderont tout de même un œil sur les résultats olympiques, se réjouissant tout de même de l’événement bien que Johaug aurait aimé faire partie de l’aventure.
La fondeuse pourra de nouveau s’entraîner avec son équipe dès le 14 février et prendre part à des compétitions à partir du 15 avril.

Elle n’a en revanche pas encore prévu son calendrier estival, ne voulant rien promettre au niveau des courses officielles après une si longue période sans s’être confrontée au circuit mondial et à ses compatriotes.

 


  • Le New York Times n’aime pas le ski de fond

La semaine dernière, le New York Times a publié une suite d’articles sur les sports des Jeux d’hiver. Le ski de fond a bien sûr été passé au crible… Et la critique n’est pas bonne. « C’est le moins glamour, le moins intéressant des sports olympiques », écrit le New York Times.

Sam Anderson, auteur de l’article, rappelle ensuite que « la vitesse maximum des fondeurs ne dépasse pas la vitesse autorisée dans les zones scolaires et leur vitesse minimum pourrait être comparée à celle d’un enfant. »

Daniel Stock (NOR), Clément Arnault (FRA) –  Thibaut/NordicFocus.

Le constat est accablant puisque, d’après l’Américain, il n’y a pas d’intérêt visible à pratiquer une telle discipline qui n’a rien d’excitant. Pire : ce sport serait de la torture, du masochisme de la part de ceux qui aiment pratiquer cette discipline.

Même s’il reconnaît volontiers que les fondeurs font preuve de courage, d’abnégation et d’une réelle force et qu’ils peuvent ainsi profiter d’une nature que ceux qui ne skient pas ne verront peut-être jamais, il termine sur ces mots : « à moins que je survive à un déluge apocalyptique de neige, je ne ferai plus jamais de ski de fond de ma vie. Je ne sais pas pourquoi ces gens font ça, se torturant eux-mêmes, passant des milliers d’heures à s’entraîner pour obtenir la gloire d’un sport que personne ne connaît. Ils méritent tout de même d’être loués pour ça. »

Johannes Hoesflot Klaebo (NOR) – Modica/NordicFocus.

Bien évidemment, les sites norvégiens ont aussitôt réagi face à la critique de leur sport national. Contacté par la NRK, Anderson a répondu qu’il n’avait fait que donner son avis, ne représentant en rien le reste de ses compatriotes. L’Américain avoue même ne pas avoir mené d’enquête sur le ski de fond.

Pour Espen Bjervig, responsable marketing de la fédération norvégienne, c’est avant tout une question de différence culturelle : les sports les plus célèbres aux Etats-Unis sont loin de faire l’unanimité en Norvège. « Si vous ne connaissez pas le sport – le connaître vraiment je veux dire – il est difficile de l’aimer », commente Bjervig qui invite Anderson à venir skier avec lui pour comprendre l’engouement pour ce sport.
Quant aux autres sports nordiques, combiné, biathlon et saut, ils ont eux aussi tous fait l’objet d’articles que vous pouvez retrouver sur le site du New York Times, dans leur édition spéciale.

Les articles : saut à ski, biathlon, combiné nordique.


  • Erna Solberg s’exprime sur le cas Bjørndalen

Si Ole Einar Bjørndalen ne sera aux Jeux olympiques qu’en tant qu’entraîneur de la Biélorussie et non pour représenter la Norvège, cela n’a pas empêché la NRK de diffuser tout au long de la semaine plusieurs parties d’un reportage sur la carrière du plus grand champion de biathlon.

La première ministre de la Norvège, Erna Solberg, a même été invitée sur la chaîne TV pour discuter de l’émission. « Il a une carrière si incroyable, il a tout dominé et il reste humble et dévoué à son sport, commente la chef de l’Etat norvégien. C’est tellement de bons souvenirs pour tous les spectateurs et un très bon exemple pour tous ceux qui ont la quarantaine qu’on peut encore faire du sport au haut niveau. »

Même Bjørndalen a avoué qu’il regarderait peut-être ce reportage, n’ayant jamais eu l’occasion de voir ses courses et ses médailles de l’extérieur. L’octuple médaillé d’or olympique pourrait encore faire rêver les plus jeunes à travers ce long reportage. La première minsitre en est en tous cas certaine : son compatriote est un modèle et a apporté beaucoup à son pays.


  • Les Russes à Pyeongchang : les Norvégiens n’y comprennent plus rien

Avec les dernières nouvelles concernant la Russie et les suspensions par le CIO (lire notre dernier article sur le sujet), le monde du ski est dans la confusion la plus totale : que faire ? qui pourra venir aux Jeux ? qui est dopé ou l’a été ?

Autant de questions que se posent aussi les Norvégiens. « C’est le chaos et la confusion, commente Vidar Løfshus, chef des équipes de fond. Je pense qu’on doit vraiment arrêter de dépenser notre temps à en parler, on verra bien qui sera sur la ligne de départ ou non. »

Pour lui, toute cette affaire prend bien trop de temps, est bien trop complexe et obscure.

Le fait que la FIS et le CIO semblent aussi ne pas rendre les mêmes sanctions alertent les Norvégiens : pour Martin Johnsrud Sundby, il est important de mettre en place un système juste et qui concerne toutes les instances.

Emil Hegle Svendsen a aussi décidé de s’exprimer sur l’affaire après que le TAS ait annulé les sanctions du CIO pour certains athlètes. « Il ne fait aucun doute que le CIO ne devait pas avoir assez de preuves, déclare-t-il. Et ce n’est pas le genre de publicité que nous voulons juste avant les Jeux. » Le biathlète dénonce la situation qui salit les sports d’hiver dans leur ensemble.

Tarjei Boe (NOR) – Manzoni/NordicFocus.

«Evidemment que ça nous affecte, confirme Tarjei Bø. Ce sont tous les sports olympiques qui sont touchés par l’affaire. »

Quant à son frère, Johannes Thingnes Bø, le plus important pour lui est de respecter le verdict du TAS, plus haute instance judiciaire du sport, et espérer que le CIO invitera tous les athlètes « propres » à participer aux Jeux. Il affirme aussi vouloir que toute l’affaire soit classée avant la cérémonie d’ouverture afin que les courses olympiques ne fassent parler d’elles que sportivement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.