Vu de Norge #188 : Stjernen continue, Northug en forme

ski de fond, combiné nordique, saut à ski, biathlon, sports d'hiver, Norge, Norvège

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

  • La Norvège aux couleurs italiennes

ski nordique, biathlon, Norvège, Italie, hiver, coupe du monde

Patrick Oberegger (ITA) – Manzoni/NordicFocus.

Les biathlètes norvégiennes savent enfin qui seront leurs entraîneurs pour la saison prochaine. Si elles voulaient changer leurs méthodes et leurs techniques, elles avaient déjà pensé à une liste de candidats potentiels au poste : Egil Gjelland et Dag Bjørndalen (frère d’Ole Einar Bjørndalen) en tête de liste.

Mais l’équipe de biathlon féminine pourrait être déçue puisque c’est l’Italien Patrick Oberegger qui a été choisi pour intégrer le poste. Il est devenu entraîneur de tir aux côtés de Sverre Waaler Kaas qui s’occupera du ski. « Oui, j’aurais adoré travailler de nouveau avec Egil Gjelland, confie Tiril Eckhoff à la NRK. Mais je suis impatiente de voir ce que Patrick Oberegger va pouvoir nous apporter. J’espère et je crois que Odd-Bjørn Hjelmeset a fait le bon choix pour nous. »

Ce dernier, directeur sportif du biathlon norvégien à la fédération, a ainsi choisi de ne prendre aucun coach ayant déjà de l’expérience au plus haut niveau du ski norvégien.

Du côté de l’équipe italienne, les femmes perdent leurs deux coachs puisque Oberegger part en Norvège et Patrick Favre est pressenti en équipe de France. « Ce sera une expérience formidable pour lui, réagit Dorothea Wierer au micro de TV2. Mais je suis déçue, il a tant fait pour nous ces dernières années. »

La Norvège espère en effet qu’Oberegger pourra amener l’équipe de biathlon féminine au même niveau qu’il a amené les Italiennes qui, cette année, ont pris une médaille olympique et le globe de cristal en relais mixte, sont montées six fois sur un podium individuel et deux fois sur le podium du relais contre autant de podiums individuels pour les Norvégiennes mais aucun top 3 en relais.

 


  • Stjernen continue

Saut à ski, ski nordique, Norvège, coupe du monde, sports d'hiver, vol à ski

Andreas Stjernen (NOR) – Rauschendorfer/NordicFocus.

Depuis 15 ans, Andreas Stjernen évolue au haut niveau en saut à ski. Après une saison riche en émotions, avec à la clé le petit globe du vol et un bébé arrivé dans sa famille, le Norvégien n’était pas certain de repartir pour une nouvelle année entre voyages et entraînements. « Il commence à être temps de faire autre chose mais je vais repartir pour une dernière saison », confie mercredi Stjernen à la NRK.

« C’est bien qu’il continue et qu’il soit motivé », ajoute son coach Alexander Stöckl. L’envie de continuer de voler et d’aller, pourquoi pas, prendre une médaille aux mondiaux a décidé le sauteur à repartir pour une nouvelle saison.

Saut à ski, ski nordique, Norvège, coupe du monde, sports d'hiver, vol à ski

Andreas Stjernen (NOR) –  Rauschendorfer/NordicFocus

« J’en suis ravi, dit quant à lui Johann Andre Forfang. C’est important pour moi d’avoir un partenaire d’entraînement à Trondheim et il est le seul à y habiter en équipe nationale. »

Les deux Norvégiens feront partie de l’équipe nationale aux côtés de Kenneth Gangnes qui devrait revenir après sa quatrième blessure aux ligaments croisés, Daniel-André Tande, Robert Johansson, le moustachu volant, Anders Fannemel et Halvor Egner Granerud, promu en équipe A.
Du côté de l’équipe féminine, Maren Lundby sera accompagnée de Silje Opseth et Anna Odine Strøm.

 


  • Hattestad vu par ses coéquipiers

Ola Vigen Hattestad (NOR) – Agence Zoom.

La semaine dernière, Ola Vigen Hattestad a annoncé qu’il mettait un terme à sa carrière. Pour ses coéquipiers, le fondeur de 36 ans se résume en quelques mots : « un géant du sprint », « un skieur complet », « un des plus grands fondeurs de Norvège ».

Pour Tor Arne Hetland, l’ancien entraîneur de l’équipe nationale masculine, la carrière d’Hattestad a été incroyable. « C’est l’un des meilleurs de l’époque et il peut partir la tête haute », dit-il à la NRK.

« Je l’aime cette homme-là », va même jusqu’à confier Øysten Pettersen qui s’était vu offrir une place sur le sprint des Jeux de Vancouver en 2010 par le jeune retraité. « Il a énormément gagné mais jamais il n’en a profité, il est resté humble », continue Pettersen.

« Il m’a beaucoup inspiré en tant que sprinteur », raconte de son côté le Suédois Emil Jönsson, lui aussi retraité depuis la fin de l’hiver.

Ulf Morten Aune est encore plus élogieux : « c’est l’un des plus grands skieurs norvégiens, il est modeste, honnête et ses résultats parlent d’eux-mêmes, ça a été plus qu’un plaisir de travailler avec lui et je comprends sa décision d’arrêter. »

D’Ola Vigen Hattestad en tant que fondeur, on retiendra donc le palmarès formidable et l’humilité d’un athlète qui a marqué ses coéquipiers, adversaires et entraîneurs.

 


  • Northug en grande forme

Il est en forme et il ne cesse de le répéter. Depuis la fin de l’hiver, Petter Northug Jr est revenu progressivement à la compétition et a rappelé qu’il faisait partie des meilleurs skieurs norvégiens. Il a ainsi regagné sa place au sein de l’équipe nationale de sprint où il sera sous le commandement d’Arild Monsen.

Celui-ci tient avant tout à préserver son fondeur et il a donc insisté, en interview pour la NRK, sur le fait que Northug devait s’entraîner de façon progressive et éviter les trop longs séjours en altitude qui ont eu raison de ses deux dernières saisons. « Il ne peut pas se le permettre trois années de suite », explique Monsen. Maintenant qu’il est de retour en équipe nationale, le coach norvégien compte bien lui apporter son expérience pour lui permettre de revenir à son meilleur niveau.

Ski de fond, Norvège, ski nordique, Petter Northug Jr, coupe du monde
Et l’athlète de Mosvik compte bien réussir son retour victorieux ! Il a d’ailleurs commencé à faire ses preuves ce week-end lors de la mythique course de l’Holmenkollenstaffeten qui a rassemblé cette année 30 000 personnes pour des compétitions ouvertes aux professionnels comme aux amateurs et se déroulant sans skis ni ski-roues ! L’équipe de Northug est arrivée 5e du concours d’élite masculine après une belle performance de la part de l’enfant terrible du ski norvégien. « C’était génial, je me sentais léger… confie Petter Northug Jr. à TV2. Il faut dire que j’ai perdu un kilo, c’est bien mieux ! » Le fondeur est d’ailleurs certain que Monsen est très satisfait de sa dernière performance.

Ski de fond, ski nordique, Norvège, Petter Northug Jr, hiver, coupe du monde
Northug, quant à lui, peut être ravi de son nouveau contrat de sponsoring avec Riis Bilglass. « Il y a toujours beaucoup d’émulation autour de Petter, raconte son manager Are Sørum Langås. Aujourd’hui, de nombreuses marques veulent l’accompagner lors de son retour au sommet. »

Holmenkollstafetten med @mosvikfriidrett 💃🏽🐳

Une publication partagée par Petter Northug Jr (@jantelov1) le

En revanche, le Norvégien a dû renoncer à ses contrats avec Coop, désormais sponsor de l’équipe nationale, et avec RedBull. La marque autrichienne le sponsorisait depuis près de 10 ans mais, depuis le 1er mai, aucun athlète de l’équipe nationale ne peut avoir de contrat privé avec une marque de boisson pour ne pas être en concurrence avec les sponsors officiels de l’équipe norvégienne. Petter Northug Jr. et Heidi Weng ont donc dû mettre un terme à leur contrat avec la marque au taureau ailé.

 


  • Les problèmes cardiaques dans le monde du ski

une, biathlon, Ole Einar Bjoerndalen

Ole Einar Bjoerndalen (NOR) –  Manzoni/NordicFocus.

Parmi les raisons de sa retraite, Ole Einar Bjørndalen a évoqué plusieurs incidents cardiaques l’été dernier. En apprenant cela, Martin Johnsrud Sundby s’est lui aussi senti concerné : le skieur a en effet déjà eu lui aussi des problèmes cardiaques. En 2011, il a ainsi dû être évacué en hélicoptère après une attaque lors d’une séance d’entraînement. « Ça fait peur et quand on est un athlète, ça provoque quelque chose en nous, ça nous effraie, c’est certain », admet Sundby au micro de TV2.

Il explique qu’il a mis des années à ne plus avoir peur de ce qui lui était arrivé mais aussi à se soigner.

ski de fond, Martin Johnsrud Sundby, Pyeongchang, Jeux olympiques, hiver, jo

Martin Johnsrud Sundby (NOR) –  Modica/NordicFocus.

Si l’Olympiatoppen, la fédération norvégienne de ski, lui a fourni un très bon suivi, il a dû aller en Allemagne pour être mieux soigné. « Je n’ai plus peur maintenant parce que j’ai appris à vivre avec, raconte le fondeur. J’ai eu de la chance, je n’ai plus fait d’attaques, si ça avait été le cas, peut-être que j’aurais réfléchi à arrêter ma carrière. »
De plus, TV2 comme Sundby rapportent que de nombreux athlètes souffrent de cette maladie cardiaque : la fibrillation musculaire. Mais aucune explication existe quant aux raisons pour que des personnes en très bonne santé contractent une maladie dont souffrent d’ordinaire des personnes âgées ou en mauvaise condition physique. Roald Bahr, directeur de l’Olympiatoppen, aimerait que des recherches soient menées sur ce sujet.

 


  • La course pour la bonne cause

Comme tous les ans a eu lieu la course RedBull Wings for Life World Run. Cette course a pour but de récolter des fonds pour la recherche sur la moelle épinière. Plus de 75 000 personnes ont participé cette année dont plusieurs skieurs, comme toujours.

En Norvège, Heidi Weng et Petter Northug Jr ont ainsi pris le départ de cette course où la ligne d’arrivée – sous la forme d’une voiture – vous rattrape petit à petit jusqu’à vous dépasser, marquant la fin de votre parcours. Le fondeur de Mosvik a ainsi fait près de 20 km, bien loin des 89,95 km du Suédois Aron Anderson qui, en fauteuil roulant, a remporté la course depuis la Floride. La Portugaise Vera Nunes, en Allemagne, a remporté le classement féminin après avoir couru sur 53,78 km.

Ski de fond, ski nordique, biathlon, Norvège

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.