Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Vu de Norge, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, biathlon, sports d'hiver, Norge, Norvège

Vu de Norge #195 : à qui reviendront les skis de Bjoergen ?

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

 

  • A la Une de Vu de Norge : fronde chez les combinés ?

ski nordique, ski de fond, combiné nordique, coupe du monde, Norvège, saut à ski, biathlon, hiver

Johannes Rydzek (GER), Joergen Graabak (NOR) – Modica/NordicFocus.

Jusqu’à vendredi, les athlètes de l’équipe nationale de combiné nordique n’étaient pas autorisés à se rendre en stage d’entraînement. La raison ? Ils n’avaient toujours pas signé leurs contrats avec la fédération norvégienne de ski. « Nous ne sommes pas entièrement d’accord avec ce qui nous est proposé, expliquait avant la signature Jørgen Graabak aux médias. Mais nous sommes en discussion et le débat est très constructif et positif. Nous espérons que le problème sera vite réglé pour rapidement revenir à l’entraînement et nous préparer à aller prendre des médailles pour la Norvège. »

Heureusement, un jour plus tard, la NRK annonçait que le problème était résolu. Les combinés se sont aussitôt rendus à Lillehammer pour leur stage.

Graabak, porte-parole des athlètes, n’a en revanche pas expliqué ce qui ne leur avait pas plu dans la première proposition de contrat. « Mais nous aurions pu mieux faire les choses en discutant de tout cela plus tôt, avoue l’athlète. Il est important que tout sportif sache exactement ce qu’il signe, s’intéresse aux accords avec la fédération pour obtenir les meilleures conditions possibles. »

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

L’an dernier, de la même façon, les combinés nordiques avaient refusé de signer leurs contrats tant que leurs assurances ne seraient pas améliorées. Là encore, ils avaient eu gain de cause.

 


  • Weng reste chez Madshus

ski de fond, coupe du monde, Sports d'hiver, finales, Falun, Suède, Dario Cologna, Maurice Manificat, Lucas Chanavat, Johannes Hoesflot Klaebo, Federico Pellegrino, Lucas Chanavat, Heidi Weng, classement générale, globe de cristal

Heidi Weng (NOR) –  Modica/NordicFocus.

La semaine dernière, les médias norvégiens annonçaient que Ingvild Flugstad Østberg et Heidi Weng abandonnaient Madshus pour passer chez Fischer. Finalement, seule Østberg changera de fournisseurs de skis puisque Weng a annoncé qu’elle continuerait encore un an au minimum avec la marque norvégienne Madshus.

« J’ai pu tester toutes les marques de ski il y a peu et j’ai décidé après mûre réflexion de continuer avec eux », a déclaré la fondeuse dans un communiqué de presse. « Nous sommes fiers qu’Heidi Weng pense que nos skis sont les meilleurs pour lui permettre d’encore progresser et nous sommes heureux qu’elle continue avec nous pour cette saison importante », conclut la marque que la détentrice du gros globe de cristal emmènera avec elle aux mondiaux de Seefeld. Hans Christer Holund a décidé de l’imiter en restant lui aussi avec Madshus.

https://www.tv2.no/sport/9932206/

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

 


  • Stöckl : les filles volent aussi loin que les garçons

saut, saut à ski, ski nordique, sport d hiver, hiver, nature, Maren Lundby, nordique, Norvège

Maren Lundby (NOR) – Thibaut/NordicFocus

Les sauteuses à ski ont de plus en plus de possibilités qui s’offrent à elles depuis quelques années : une coupe du monde de saut à ski, une arrivée en championnats du monde, aux Jeux olympiques, une nouvelle tournée des tremplins en Russie dès l’an prochain, une possibilité de sauter sur les grands tremplins…

Peu à peu, elles ont été entendues et ont eu les mêmes droits que leurs homologues masculins. « Cela rendra le saut encore plus grand, plus beau », commente Alexander Stöckl, entraîneur de l’équipe masculine norvégienne quand TV2 l’interroge sur les dernières évolutions.

Quant à entraîner une équipe féminine, l’Autrichien qui a renouvelé son contrat avec la fédération norvégienne, ne dit pas non : « je sais que j’ai les compétences pour le faire mais ce serait totalement différent : garçons et filles sont différents, physiquement, mentalement, explique Stöckl. C’est en tous cas ce que j’entends dire : les qualités sont identiques mais l’approche n’est pas la même. »

Maren Lundby, meilleure sauteuse du monde l’hiver dernier, approuve les propos du coach : « il ne faut pas longtemps pour s’apercevoir que nous travaillons différemment des garçons et en tant qu’entraîneur, il faut le prendre en considération. »

L’envie de voler, de sauter le plus loin possible reste en revanche la même. Pour l’entraîneur des Norvégiens, les sauteuses devraient même arriver très vite sur les tremplins de vol. « Je pense même qu’une fille pourrait détenir le record de longueur, elles ont juste besoin d’un peu plus de vitesse mais personne n’y fait vraiment attention, ce qui compte c’est la distance », sourit Stöckl. « C’est incroyable d’avoir cette opportunité, je ne crois pas que beaucoup d’autres sports peuvent se vanter d’imaginer une fille battre le record des garçons », conclut Lundby.

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

https://www.tv2.no/spo

 


  • Les skis de Bjørgen : le graal des Norvégiennes

ski de fond, Vu de Norge, hiver, Norvège, ski nordique, Marit Bjoergen

Marit Bjoergen (NOR) –  Modica/NordicFocus. .

Si vous demandez à Marit Bjørgen quel a été le plus dur dans la retraite, elle vous répondra que le plus difficile a été de rendre ses skis. « Je les ai vus pour la dernière fois à Alta puis ils ont été mis dans le camion, j’avoue que ça m’a beaucoup émue », explique Bjørgen au micro de la NRK. Elle aurait beaucoup aimé les garder mais Fischer lui a expliqué vouloir réutiliser les meilleurs skis de la coupe du monde pour d’autres athlètes.

« Nous lui avons assuré qu’ils resteraient dans l’équipe norvégienne », raconte d’ailleurs Tanja Winterhalder, porte-parole de Fischer.

Et qui pourrait en profiter ? Therese Johaug, bien sûr. « J’ai pu les tester et c’est vrai qu’ils sont très bons, confie la fondeuse à la NRK. J’ai été loin du circuit pendant deux ans et il est vrai que j’ai remarqué que mes vieux skis ne sont plus assez bons, c’est donc rassurant de savoir que ceux de Marit le sont et que je pourrais les utiliser. »

Mais elle n’est pas la seule en lice : Ragnhild Haga et Ingvild Flugstad Østberg sont aussi des athlètes Fischer.

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

Pour le moment, aucune des trois Norvégiennes n’a encore l’assurance que les skis de Bjørgen seront à elle. « Nous nous battons un peu à ce sujet, plaisante Haga. Mais je suis vraiment heureuse qu’ils soient restés dans notre équipe. » De son côté, la jeune retraitée espère que ses skis amèneront à nouveau de l’or à Seefeld à ses anciennes coéquipières… Et pourquoi pas à Johaug ?

 

 


ski de fond, sports d'hiver, style classique, coupe du monde

Iivo Niskanen (FIN), Johannes Hoesflot Klaebo (NOR), Lucas Chanavat (FRA), Ristomatti Hakola (FIN) – Modica/NordicFocus.

Le ski norvégien est de plus en plus professionnel et cher et ce dès les plus jeunes catégories : la fédération norvégienne de ski s’est ainsi rendue compte que les espoirs venaient de plus en plus souvent des villes, moins des campagnes et surtout d’Oslo et des quartiers aisés.

Le quotidien Dagbladet s’est penché sur la question.

ski de fond, Vu de Norge, hiver, Norvège, ski nordique, Marit Bjoergen

Premier constat : le ski de fond est plus cher, plus écologique en Norvège qu’auparavant, entraînant beaucoup d’enfants à se détourner de ce sport par manque de moyens.

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

Pratiquer le fond quotidiennement ou très fréquemment nécessite en effet d’acheter un équipement complet, de prendre soin du matériel, ce qui a un coût certain. Avec une diversité des cultures de plus en plus grande, la culture du ski norvégien doit aussi s’adapter et empêcher qu’une fracture se crée entre les plus aisés et les plus en difficulté pour que tous les enfants puissent évoluer en ski de fond s’ils le souhaitent, sans condition de ressources.

Frode Estil, ancien champion norvégien, ne cesse d’alerter à ce sujet : « il faut trouver une solution, prendre en compte la hausse du coût du ski de fond », déclare-t-il à Dagbladet. Le fond norvégien devra donc s’adapter rapidement s’il ne veut pas perdre son large vivier d’espoirs.

 

 

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique

Facebook

A LIRE AUSSI

Vu de Norge

Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

Biathlon

Johannes Thingnes Boe a indiqué mettre fin à sa carrière après les JO de Milan/Cortina. Sauf si Oslo accueille les Mondiaux en 2027. Mais...

Ski nordique

Découvrez toutes les dates des compétitions nationales de saut à ski et de combiné nordique programmées cet été en France.

Ski de fond

Cinquième cambriolage dans la résidence de Paal Golberg Le week-end dernier, Paal Golberg a eu la très désagréable surprise de découvrir que deux de...

Ski de fond

Un course de rollerski s'est déroulée quelques heures seulement après une fusillade qui a fait deux morts et 21 blessés, près d'un bar gay...

Ski nordique

6:44. Samedi, lors de sa 118e assemblée des délégués réunie à La Roche (Suisse), dans le canton de Fribourg, Swiss-Ski a nommé sept nouveaux...

Saut à ski

14:43. Ce samedi, l’ancien sauteur à ski Adam Malysz a été élu, avec 77 voix sur 80, président de la Fédération polonaise de ski...

Ski de fond

11:31. A partir du 28 août, et pour une durée de quatre semaines, le fondeur norvégien Johannes Hoesflot Klæbo sera aux Etats-Unis. C’est qu’il...