Vu de Norge #202 : Klæbo et Northug malades

Ski nordique, ski de fond, combiné nordique, biathlon, saut à ski, roller ski, trail, Norvège, Oslo, Rubrique, Vu de Norge
Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

  • Northug et Klaebo malades

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Går og drømmer om å bli skiløper🤔

Une publication partagée par Johannes Høsflot Klæbo (@johanneshk) le


Les sprinteurs de l’équipe norvégienne de ski de fond  se réunissait la semaine dernière à Lillehammer pour un camp d’entraînement.

Mais seuls quatre fondeurs ont pu se rendre au stage et y prendre part. Manquaient ainsi à l’appel Petter Northug Jr, Johannes Høsflot Klæbo et Pål Golberg. Ce dernier était à Lillehammer mais, pas encore remis de sa mononucléose, il a dû renoncer à s’entraîner avec le reste de l’équipe.

De leur côté, Northug et Klæbo n’ont même pas fait le déplacement. « Leur absence n’est pas bonne pour le groupe, l’entraînement n’est pas optimal pour chacun s’il manque des athlètes, déclare Arild Monsen, coach de l’équipe de sprint, au micro de la NRK. Mais il faut faire avec, on ne peut pas prévoir qui va tomber malade. »

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, jeux olympiques, norvège

Les deux champions de l’équipe sont en effet malades et pas encore assez remis pour assister au stage, ce que regrettent leurs coéquipiers. Eirik Brandsdal réagit ainsi : « ils nous amènent tous les deux beaucoup, ils nous permettent de nous dépasser et toujours dans une bonne ambiance, c’est dommage qu’ils ne soient pas là. »

Pour Finn-Hågen Krogh, le groupe a même perdu un repère avec l’absence de Klæbo qui est l’homme à battre en sprint. « Mais je crois que nous avons quand même eu un bon entraînement même si c’est un plus pour nous quand toute l’équipe est réunie. »

 


  • Northug s’exprime sur le débat de l’entraînement en altitude

Absent du stage d’entraînement de l’équipe nationale à Livigno mais aussi à Lillehammer, Petter Northug Jr. n’a pas encore effectué d’entraînements en altitude cette année.

Néanmoins, il a décidé de s’exprimer sur le débat qui fait rage en Norvège actuellement : les fondeurs doivent-ils continuer de se rendre aux camps d’entraînement en altitude ?

« Je dois remercier des années de pratique en haute montagne pour avoir obtenu tant de médailles, commence Northug. Pour moi, cela a extrêmement bien fonctionné. »

Il rappelle cependant dans la suite de son interview pour la NRK que chaque athlète est différent et réagit ainsi différemment à ce type d’entraînement. « Pour la majorité, ça reste tout de même une bonne idée mais il faut y prendre du plaisir, être heureux d’y aller sinon ça ne sert à rien », continue le fondeur de Mosvik.

Le prochain stage en altitude pour lui ? Celui de Val Senales en octobre. « C’est ennuyeux que je n’ai pas pu aller à Livigno, je crois que ça m’aurait permis d’être performant plus tôt dans la saison mais je dois avant tout penser à mon objectif principal : être en forme en février à Seefeld », ajoute le Norvégien.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Tøff uke med @sprintgutta i Torsby 🇸🇪💙💛

Une publication partagée par Petter Northug Jr (@jantelov1) le


De son côté, Vidar Løfshus a tenu à rappeler que ces dernières années, l’entraînement en altitude avait joué des tours à l’athlète. C’est entre autres pour cette raison que le directeur du fond norvégien a décidé en août que les équipes nationales n’iraient plus systématiquement s’entraîner en altitude pendant l’été et l’automne mais seulement si cela se justifie pour la préparation aux grands évènements de l’année comme les championnats du monde ou les Jeux olympiques.


Retrouvez Martin Fourcade et les biathlètes des équipes de France sur Nordic TV


  • Sundby : comment rester motivé ?

 

Ski nordique, ski de fond, Norvège, Martin Johnsrud Lundby, Vu de Norge

Martin Johnsrud Sundby (NOR) –  Thibaut/NordicFocus.

Cette semaine, Martin Johnsrud Sundby  et sa femme ont chacun donné une conférence qui abordait le sujet de la motivation à l’Université de Kristiania. Parmi les anecdotes qui ont parsemées son intervention, le fondeur a révélé qu’il avait sur sa table de nuit des images de ses principaux rivaux sur le circuit coupe du monde.

Le but ? Rester concentré sur son objectif d’être le meilleur athlète cet hiver. Auparavant, Dario Cologna et Petter Northug Jr. trônaient fièrement au chevet de Sundby. Désormais, le Norvégien les a remplacés par ses nouvelles bêtes noires : les fondeurs russes. « Ça me donne de l’énergie le matin, révèle l’athlète à la NRK. Je vois ces petites têtes le matin et ça fait réellement des merveilles », termine-t-il en riant.

Lors de cette conférence sur le thème de la motivation, Sundby a aussi révélé qu’il pensait toujours faire partie des meilleurs athlètes mondiaux. Il a de plus évoqué les changements qu’il devait apporter à son entraînement au fil des années en prenant de l’âge.

 


  • Un fond à la mémoire d’Ida Eide

Les derniers mois ont été difficiles pour le fond norvégien féminin. Quelques semaines après la mort de Vibeke Skofterud, Ida Eide disparaissait à son tour des suites d’une crise cardiaque pendant un entraînement.

Sœur de l’athlète Mari Eide, meilleure amie de Therese Johaug et Ingvild Flugstad Østberg, ses funérailles se sont tenues récemment avant que sa famille et ses anciennes coéquipières annoncent la naissance d’une association au nom de la défunte.

Les fonds levés en cet honneur seront utilisés pour former aux premiers secours le monde du sport de haut niveau et amateur. « Peu importe votre métier, vos activités, tous les Norvégiens doivent être formés aux premiers secours », explique Peter Meyer, représentant de la Croix Rouge. Il rappelle ainsi que si tous sont formés, il sera possible d’aider rapidement quelqu’un souffrant d’un malaise cardiaque, à l’instar d’Ida Eide.

Peut-être sera-t-il alors possible de sauver plus de vies. Les équipes nationales de fond vont ainsi recevoir une nouvelle formation aux premiers secours avant le début de l’hiver. Et les athlètes de la fédération de fond ne devraient pas être les seuls en Norvège qui veut éviter à l’avenir ces tragédies.

 


  • Stig Rune Kveen au chômage

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, jeux olympiques, norvège

Stig Rune Kveen a été le coach de Petter Northug Jr. ces dernières années. Puisque son athlète est retourné dans le giron de l’équipe nationale, Kveen se retrouvait sans travail. Il a donc postulé sur plusieurs postes d’entraîneur à la fédération norvégienne : pour les équipes nationales tout d’abord puis pour l’équipe junior. Sans résultat.

« Certes, d’autres sont tout aussi qualifiés que lui mais j’aurais embauché Stig Rune à la place de la fédération », réagit Northug au micro de la NRK. Pour le fondeur, il ne fait aucun doute que son ancien coach était plus que qualifié. « Il a de l’expérience en tant que sportif de haut niveau, il a travaillé avec des athlètes confirmés comme moi-même ou plus jeunes et il avait des objectifs importants comme des coupes du monde : il est plus que compétent », continue le Norvégien.

Finalement, on a préféré à Kveen d’autres coachs : Lars Christian Aabol, Geir Endre Rogn et Monika Kørra. « J’étais prêt à travailler dur, j’étais motivé mais tant pis. Je n’ai aucun commentaire à faire sur les nominations », conclut Stig Rune Kveen. Vidar Løfshus, lui aussi, n’a pas tenu à commenter les choix de la fédération.

 

 

 

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski, tremplin des Tuffes

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.