Vu de Norge #209 : Johannes Thingnes Bø en forme

Ski nordique, ski de fond, combiné nordique, biathlon, saut à ski, roller ski, trail, Norvège, Oslo, Rubrique, Vu de Norge

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

Johannes Thingnes Bø en forme

Après être parti en lune de miel et avoir été malade au début de l’automne, certains spécialistes du biathlon norvégien doutaient que Johannes Thingnes Bø puisse être en grande forme dès le début de l’hiver et ainsi aller disputer son maillot jaune à Martin Fourcade.

Mais le biathlète a voulu mettre tout le monde d’accord la semaine dernière lors de son premier entraînement sur la neige à Holmenkollen cette saison.

« C’était la première fois que je rechaussais les skis et je me suis enfin senti à 100% de ma forme, confie-t-il à TV2. Ca promet de belles choses pour la suite. » 

Surtout que quelques jours auparavant, le cadet de la fratrie Bø souffrait d’un mal de dos et a donc pris du temps pour se reposer et revenir dans de bonnes conditions à l’entraînement.

« Je me serais inquiété si je n’avais pas été en forme en rechaussant les skis et s’il m’avait encore fallu une semaine pour me rétablir mais ça va, continue Johannes Thingnes Bø. Au pire, j’aurais pu me contenter du seul relais mixte de Pokljuka avant de revenir à 100% sur la coupe du monde. »

En annonçant cela, le biathlète norvégien montre qu’il a déjà des plans bien définis pour sa saison où il espère devenir le numéro 1 mondial.


Bjørgen n’est jamais bien loin…

Si elle s’est retirée du sport de haut niveau et se prépare à l’arrivée de son deuxième enfant, pas question pour la championne de ski de fond Marit Bjørgen de s’éloigner de son amie Therese Johaug qui s’apprête à faire son retour en coupe du monde après deux ans d’absence.

« Elle m’envoie encore de nombreux conseils », confie Johaug au quotidien Dagbladet. Et quand ce n’est pas le cas, la fondeuse se demande souvent ce que ferait son ancienne coéquipière à sa place.

« C’est un mentor, un modèle pour moi, admet la Norvégienne. Elle est sage, posée et elle a aidé beaucoup de filles dans l’équipe alors forcément, même si elle a pris sa retraite, elle a toujours un rôle important dans ma vie. »

Si elle s’est retirée du sport de haut niveau et se prépare à l’arrivée de son deuxième enfant, pas question pour la championne de ski de fond Marit Bjørgen de s’éloigner de son amie Therese Johaug qui s’apprête à faire son retour en coupe du monde après deux ans d’absence.
Marit Bjørgen et Therese Johaug se confie à Dagbladet.

Marit Bjørgen, interrogée par Dagbladet, a confirmé les propos de son amie : « oui, je lui donne des conseils dès qu’elle me le demande, mais je le fais plutôt sous forme de conversation, on discute, on partage, on donne notre avis. »

C’est agréable de penser que j’ai laissé une trace au sein de l’équipe.

Pour Bjørgen, cette reconnaissance est importante. « C’est agréable de penser que j’ai laissé une trace au sein de l’équipe, j’étais là depuis longtemps et je crois que ça me donnait une sérénité qui était bonne pour tout le monde et a peut-être aidé mes coéquipières », conclut la jeune retraitée qui avoue parfois regretter sa deuxième famille que constituait l’équipe nationale.


Un musée original pour Bjørndalen

Ole Einar Bjoerndalen, Darya Domracheva, IBU Cup, Fredrik Gjesbakk, Vetle Sjaastad Christiansen, Siegfried Mazet, Marit Bjoergen, Emil Hegle Svendsen, Holmenkollen, biathlon, coupe du monde, Norvège,
Ole Einar Bjoerndalen (NOR) – Tumashov/NordicFocus.

Avec un palmarès impressionnant, Ole Einar Bjørndalen a fait le plein de médailles et de coupes durant sa carrière.

Plutôt que de les garder pour lui, il avait décidé de les donner à un musée. Mais pas n’importe quel musée ! Cette semaine, le quotidien VG a révélé que le biathlète souhaitait construire un musée tout neuf et qui ne serait pas traditionnel.

« Je veux créer un centre d’aventures, quelque chose d’interactif, a expliqué le Norvégien. Il n’y aura pas que des récompenses et des objets liés à ma carrière, j’espère pouvoir partager des histoires que personne ne connaît et pourquoi pas, même, motiver des personnes qui voudraient se mettre au sport. »

Pour l’instant, ce musée n’est qu’un projet qui n’a même pas encore de lieu de construction, Bjørndalen hésitant entre Beitostølen et Simostranda (d’où il vient) et ayant aussi reçu des propositions des villes d’Oslo et Lillehammer

« Ce qui compte pour moi, c’est d’avoir un assez grand contrôle sur le projet et le résultat final, conclut la légende du biathlon. Je ne veux pas que ce soit fait dans la précipitation et je souhaite que ce musée soit vraiment original et intéressant. »


Nouvel accord pour Klæbo

View this post on Instagram

Me gusta ski 😊👍🏽

A post shared by Johannes Høsflot Klæbo (@johanneshk) on

En Norvège, les fondeurs sont souvent sollicités par des marques pour les représenter, qu’elles soient en partenariat avec la fédération norvégienne ou pas. Johannes Høsflot Klæbo [qui a accordé une longue interview à Nordic Magazine], qui éblouit le circuit mondial depuis deux saisons, ne fait évidemment pas exception.

Dernièrement, il a signé avec une marque de costumes pour hommes. « Un partenariat que n’a jamais eu aucun athlète à ma connaissance », commente l’entraîneur Espen Bjervig. Si plusieurs fondeurs avant lui se sont lancés dans la mode avec des vêtements de sport, d’intérieur, des gants, des mitaines ou bien même des chaussettes, personne avant Klæbo n’avait occupé le créneau des costumes classiques.

Je reste concentré sur le ski,

bien évidemment.

« Je reste concentré sur le ski, bien évidemment, mais je trouve intéressant de m’allier à la marque Frislid et j’attends de voir ce qu’il en ressortira », a expliqué le principal intéressé.

Pour des spécialistes de la question des athlètes s’associant à des marques, le Norvégien devra tout de même faire attention à ne pas perdre trop de temps dans des activités qui pourraient le fatiguer.

Vidar Løfshus, directeur des équipes de fond norvégiennes, n’est quant à lui pas inquiet, sachant que le jeune sportif est suivi de près par son père qui est aussi son agent et gère tous les aspects non-sportifs de la carrière du petit prodige du fond.


Northug au régime

Bonbons, sodas, Petter Northug Jr. a dû faire une croix sur ce régime peu équilibré en réintégrant l’équipe nationale.

Arild Monsen, entraîneur de l’équipe de sprint, a expliqué à VG que le fondeur avait dû se soumettre de nouveau à un régime strict pour perdre les kilos dont il se plaignait depuis plusieurs saisons.

« Je crois qu’il a apprécié d’avoir ce nouveau régime », confie Monsen.

Si le coach n’est pas contre un petit écart de temps à autre comme par exemple la consommation de burgers, sodas et autres sucreries, il insiste sur le fait que cela doit rester occasionnel et ne pas devenir une habitude. 

« Je ne sais pas combien de cochonneries il consommait exactement, mais Petter m’a dit que c’était trop pour être raisonnable », explique le Norvégien, dont le but est de remettre Northug en état pour gagner des compétitions cet hiver et ce en commençant par le remettre en forme physiquement.

Måkestad Bovim, nutrionniste spécialiste des régimes des sportifs, affirme quant à elle que les sucreries et le gras ne peuvent pas faire de mal aux athlètes mais qu’ils ne doivent pas remplacer une alimentation équilibrée : « pour être efficace à l’entraînement, il ne faut pas avoir trop peu ou trop mangé, insiste-t-elle. Il faut avoir toutes les vitamines et nutriments nécessaires grâce à un régime varié et équilibré. »

Et si Northug suit les conseils de son coach, peut-être perdra-t-il ces kilos dont il se plaint si souvent et qui, d’après lui, ne font que le ralentir sur les skis.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.