Vu de Norge #213 : Petter Northug sera-t-il au Tour de Ski ?

Ski nordique, ski de fond, combiné nordique, biathlon, saut à ski, roller ski, trail, Norvège, Oslo, Rubrique, Vu de Norge

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

Le fabuleux week-end d’Iversen

« Très franchement, j’ai cru que j’allais m’arrêter devant une caméra, casser mes deux skis, mes bâtons et partir de la course sans rien dire, raconte Emil Iversen à la fin du mini-tour de Lillehammer. Finalement, je suis content de ne pas l’avoir fait. »

CHRONIQUE - Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l'actualité nordique norvégienne. Emil Iversen.

Emil Iversen (NOR) numéro un mondial à Lillehammer © Modica/NordicFocus.

CHRONIQUE - Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l'actualité nordique norvégienne. Emil Iversen, Norvège.

Emil Iversen (NOR) lors de la poursuite dantesque de Lillehammer © Modica/NordicFocus.

Le fondeur de Meråken plaisante mais après une course difficile liée à un mauvais choix de fartage, il se sent réellement libéré d’être monté sur le podium et, surtout, d’avoir revêtu le maillot jaune. « Je suis tellement fier et ému, confie-t-il. C’est totalement impensable qu’Emil Iversen soit premier de la coupe du monde, je n’arrive pas à y croire. Mais c’est tellement agréable de porter ce maillot jaune en Norvège, c’est une sensation incroyable. » Après un très bon week-end d’ouverture à Ruka, le Norvégien a confirmé lors du mini-tour de Lillehammer où il n’a pas quitté le podium. Ne reste qu’à garder ce dossard si particulier.

Prochaine étape : Beitostølen. Mais il l’a d’ores et déjà annoncé : il ne participera qu’au relais.

 

La coupe du monde de Davos sans Heidi Weng

Heidi Weng, détentrice des deux derniers gros globes de cristal, n’est pas en forme en ce début de saison. Son objectif, comme la plupart des fondeurs, étant les mondiaux de Seefeld en février, la Norvégienne a pris une décision radicale pour retourner s’entraîner et se reposer pour revenir à son meilleur niveau après Noël : elle ne se rendra pas sur l’étape de Davos en Suisse.

une, ski de fond, Heidi Weng, Norvège, coupe du monde

Heidi Weng (NOR) lors de la poursuite de Lillehammer (NOR) © Modica/NordicFocus.

Ole Morten Iversen, son coach, avait déjà confié aux médias norvégiens que Weng n’aurait pas le choix et devrait choisir certains week-ends où elle ne serait pas sur le circuit mondial. Si la fondeuse ne souhaitait pas en entendre parler, elle a fini par entendre raison. « C’est moi qui ait fait ce choix, et ça change tout, avoue-t-elle à la NRK. Je devais aller à Davos mais j’ai décidé de rentrer à la maison avant Noël pour m’entraîner de façon adéquate. »

Celle qui a longtemps été l’éternelle deuxième n’est toujours pas sûre d’elle et a besoin de se rassurer avant la deuxième partie de la saison dont les moments phares seront le Tour de Ski et les championnats du monde. « J’espère y être mais je dois travailler pour cela », conclut Weng.

Petter Northug de retour ?

C’est presque devenu une blague, une légende. Petter Northug Jr. serait-il enfin de retour ? C’est ce que nous promettent tour à tour l’athlète, son coach, les médias norvégiens depuis des semaines. Pour le moment, le fondeur n’a pas encore fait son apparition sur la Coupe du monde et il semblait affirmer que ça ne serait pas le cas avant Noël.

Puis, à Gålå, Northug a semblé entrevoir la lumière au bout du tunnel avec un podium. Désormais, il espère être au départ du Tour de Ski le 29 décembre. « Certes, ceux qui performent en ce moment seront prioritaires mais certains n’iront pas et ça me laisse une chance », affirme le Norvégien. En attendant, il devrait aller confirmer son état de forme à Östersund, les 14 et 15 décembre prochains. « Je souhaiterai que ça marche, avoue son entraîneur Arild Monsen. Mais peut-être pas toutes les compétitions, on verra bien. »

une, ski de fond, Petter Northug

Petter Northug (NOR) ou l’impossible retour en coupe du monde ? © Modica/NordicFocus.

Petter Northug a toujours eu une histoire passionnée avec le Tour de Ski, qu’il n’a jamais remporté sur les skis mais par disqualification de Martin Sundby plusieurs années après. Mais ce n’est pas que pour cette raison qu’il souhaite s’y rendre. Il pourrait ainsi marquer des points et tenter de se qualifier pour les mondiaux de Seefeld. Car, pour lui mais aussi l’expert Fredrik Aukland, la piste des mondiaux est faite pour lui.

« Il y a beaucoup de virages tactiques qui lui plairaient, explique l’expert NRK. Cette piste exige moins de qualités d’endurance et je vois bien Northug s’y imposer. » Un avis que partage le fondeur de Mosvik : « je n’y étais pas l’an dernier mais j’y ai envoyé mon petit frère Even et je sais que cette piste me conviendra, assure-t-il. Je crois aussi que la lumière au bout du tunnel brille un peu plus fort depuis mon podium. » Un espoir auquel Northug tout comme ses fans semblent s’accrocher.

 

Une future Marit Bjørgen ?

Helene Marie Fossesholm. Ce nom ne vous dit peut-être encore rien mais pour les médias et le fond norvégiens, elle sera certainement la prochaine Marit Bjørgen de la discipline. La jeune fille n’a que 17 ans et sera junior jusqu’en 2021 mais tous lui promettent déjà un bel avenir.

À Beitøstolen, lors des championnats nationaux, elle a pris une solide 5e place sur le 10 km et l’hiver dernier, elle a remporté presque toutes les épreuves auxquelles elle a participé. « Il est vrai qu’elle a beaucoup de points communs avec Bjørgen, confie l’expert NRK Torgeir Bjørn. Elle est puissante, bien dans sa tête et techniquement, elle est déjà meilleure que Marit ne l’était à 17 ans. »

Mais Vidar Løfshus, directeur sportif de l’équipe nationale est clair : Fossesholm n’accèdera pas à la coupe du monde avant d’avoir pris part à au moins un championnat du monde junior. Il faudra donc attendre au moins jusqu’à l’hiver 2019/2020 pour la voir évoluer sur le circuit mondial. « Mais je pense que la pression ne sera pas un problème, je suis capable de la gérer, confie déjà la jeune fondeuse. C’est normal de vouloir protéger les jeunes athlètes mais il faut aussi les autoriser à développer leur potentiel. » Et si vous ne la retrouvez pas en coupe du monde de fond dans les prochaines années, peut-être cela aura-t-il un lien avec son autre passion : le cyclisme. Son objectif reste malgré tout les mondiaux juniors de l’hiver qui se dérouleront fin janvier 2019 à Lahti.

Le ski de fond attend de pied ferme Tiril Eckhoff

Elle a impressionné à Beitøstolen et le fond norvégien lui a tout de suite offert la possibilité d’affronter le circuit mondial de la discipline au cours de la saison : Tiril Eckhoff pourrait bientôt être vue sur la ligne de départ d’un sprint.

Vidar Løfshus, directeur sportif de l’équipe nationale de fond, a ainsi confirmé qu’il avait contacté son homologue du biathlon, Per Arne Botnan, après le sprint décevant des Norvégiennes à Ruka. « C’est une offre plutôt alléchante et même excitante, confie Botnan. On va en discuter avec les coachs et Tiril pendant l’étape de Pokljuka. »

biathlon, ski de fond, Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympiques, Jo d’hiver, Montagne, Nordic mag, une,

Tiril Eckhoff (NOR) lors des Jeux de Pyeongchang (KOR) © Manzoni/NordicFocus.

Si auparavant, pour accéder à la coupe du monde, Eckhoff aurait dû passer par l’étape de la coupe scandinave et de la Norgescup, ce n’est peut-être plus forcément le cas désormais. « Si elle part en fond pour une ou plusieurs compétitions, ce serait bon pour l’image du biathlon, continue Botnan. Ça montrerait que les biathlètes sont tout aussi rapides sur des skis que les fondeurs. »

Pour son coéquipier Tarjei Bø, le moment le plus propice pour tenter sa chance serait avant les mondiaux d’Östersund en mars. « Je suis tout à fait convaincu qu’elle pourrait faire des podiums de sprint et même sur le 5 km si elle s’entraîne de façon adéquate, affirme quant à lui Ole Einar Bjørndalen qui, par le passé, a remporté une compétition de fond. Elle est très forte physiquement et elle a une très bonne technique, elle doit juste s’entraîner sur le plan tactique. » Et si elle faisait ses preuves en coupe du monde, Løfshus n’écarte pas l’idée de lui donner l’une des quatre places du sprint des mondiaux de Seefeld.

Simen Krüger bientôt allemand ?

En 2021, l’Allemagne accueillera les mondiaux de ski nordique. D’ici là, elle aimerait avoir trouver des étoiles capables de briller sur les premières marches des podiums en fond. Et pourquoi pas grâce à Simen Hegstad Krüger, champion olympique de la discipline à Pyeongchang ?

« Il a un nom allemand, non ? Alors pourquoi pas ? » explique le coach allemand, Peter Schlieckenrieder. Et le fondeur norvégien n’écarte pas l’idée ! « Je pourrais être prêt pour 2021 si je changeais de nationalité », affirme Krüger dans les colonnes de Dagbladet. Alors deviendra-t-il allemand ? D’après lui, c’est tout de même peu probable.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, ski nordique, Combiné nordique, coupe du monde, hiver

Simen Hegstad Krueger (NOR)  © Modica/NordicFocus.

« Tant que je skierai, je serai norvégien, promet-il. Et, de toutes façons, si mon nom est allemand, je ne le suis pas et je ne pourrais pas demander la nationalité. » L’Allemagne, au grand regret de son directeur sportif, devra donc se contenter de chercher un nouveau talent dans ses rangs.

Sur qui ont parié les fondeurs sur fantaski ?

La semaine dernière, Vu de Norge vous présentait le nouveau jeu en ligne lancé par Dagbladet et Swix : Fantaski. Si vous n’avez pas encore créé votre équipe, il est d’ailleurs encore temps de le faire pour la prochaine étape de coupe du monde à Beitostølen !

Les fondeurs norvégiens, eux, ont pris le temps avant les compétitions de Lillehammer de s’inscrire et de former leur équipe idéale pour marquer des points et pouvoir acheter de nouveaux athlètes. Et pour beaucoup, tout est une question de tactique.

Therese Johaug, une, ski de fond, coupe du monde, Lillehammer,

Therese Johaug (NOR) à Lillehammer (NOR) © Modica/NordicFocus.

« Pariez sur les filles et misez plus de points mis à votre disposition sur elles, conseille Pål Golberg. Les meilleures marquent toujours beaucoup de points. » Pour ce premier week-end, le fondeur a donc choisi d’engager chez les femmes Johaug, Nilsson, Østberg, Kalla, Belorukova et Laurent. Chez les hommes, il a choisi Brandsdal, Heikkinen, Bessmertnykh, Hediger, Stenshagen et Svensson. Ces choix lui auront rapporté 1095 points, pas suffisant pour battre la meilleure équipe du jeu ce week-end qui termine à 1904 points.

Krogh, de son côté, fait d’autres choix, prenant des valeurs sûres du côté des hommes comme des femmes. Il engage ainsi Harvey, Klæbo, Bing, Gaillard, de Fabiani et Panzjinskij en fond masculin et Mononen, Wiken, Weng, Diggins, Belorukova et Ringwald. Lui non plus n’obtiendra pas un score suffisant pour faire partie du top 3 des équipes de la semaine.

Sindre Bjørnstad Skar préfère quant à lui mettre en garde les joueurs : « Northug est un très mauvais choix, en tous cas avant Noël, dit-il en riant. Iversen en revanche, c’est un bon choix. Je donnerai aussi sa chance à Ebba Anderson. »

Désormais, c’est à vous de faire vos choix pour la semaine prochaine. Bonne chance !

Photos : Nordic Focus photo agency

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.