Vu de Norge #224 : de qui a peur Johaug ?

Ski nordique, ski de fond, combiné nordique, biathlon, saut à ski, roller ski, trail, Norvège, Oslo, Rubrique, Vu de Norge
Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

  • Johaug craint les Russes

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Therese Johaug (NOR) – Modica/NordicFocus.

Pour les spécialistes du ski de fond féminin, Therese Johaug est vu comme la grande favorite de toutes les épreuves de distance. Mais la fondeuse n’est pas aussi sereine. « Belorukova et Nepryaeva sont en très grande forme, il faut être conscient que les Russes sont des candidates sérieuses aux différents titres », déclare-t-elle au micro de la NRK.

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Therese Johaug (NOR) –  Modica/NordicFocus.

Si elle a remporté toutes les épreuves de distance sur lesquelles elle était engagée depuis le début de l’hiver, Johaug préfère ne pas partir gagnante. « Il ne faut pas oublier qu’avant de célébrer un titre, il y a la course et tout peut se passer, rappelle-t-elle. Je peux tout aussi bien perdre que gagner. »

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Therese Johaug (NOR) –  Modica/NordicFocus.

La Norvégienne l’affirme : il sera difficile pour elle de remporter le skiathlon ou en tous cas plus que le 10km ou le 30km. « Mon objectif reste tout de même de repartir avec des médailles », finit Johaug.
Son ancien entraîneur, Pål Gunnar Mikkelsplass, qui s’est occupé d’elle lors de sa suspension, salue ses paroles sages. « Elle a tout compris, elle commence chaque jour comme s’il fallait tout reprendre au début, confie-t-il. Certes, elle a plus de chances que d’autres d’aller chercher la victoire mais elle reste réaliste. »

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Therese Johaug (NOR) –  Modica/NordicFocus.

Quant à l’après Seefeld, Therese Johaug se contente de dire que pour aller jusqu’aux prochains Jeux olympiques, il lui faudra la motivation et la forme nécessaire. La fondeuse norvégienne préfère désormais prendre un jour après l’autre, une saison à la fois.

 


  • Iversen engage son frère

L’an dernier, Emil Iversen décidait d’engager son petit frère Mats pour l’aider sur les compétitions. Son travail ? S’occuper de tout : de la cuisine au test des skis, en passant par la position de chauffeur. Le but ? Permettre à Emil Iversen de récupérer au mieux sans s’inquiéter de toute la logistique.

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Article du quotidien norvégien Dagbladet.

Un pari qui semble gagnant au vu des résultats du Norvégien depuis le début de l’hiver. Ces mêmes résultats qui ont rapporté de l’argent au fondeur. « Ce n’est pas une motivation, sinon je serai allé sur le Tour de Ski pour en gagner un peu plus, affirme Iversen dans les colonnes du quotidien Dagbladet. Mais on a besoin d’avoir un salaire et cela signifie aussi que je pourrais peut-être offrir à mon frère un meilleur travail, un plus grand rôle. »

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, Norvège, Vu de Norge

Emil Iversen (NOR) – Modica/NordicFocus.

Très content du travail de son cadet, Iversen aimerait lui offrir une position de manager. « Je crois qu’il pourrait m’aider à me soulager de la pression qui a découlé de mes bons résultats, me rendre la vie encore plus simple pour que je ne pense qu’à mes performances et mon entraînement », continue le fondeur norvégien.

Un travail qui ne déplairait pas à Mats Iversen et qui permettrait à la Team Ivers de perdurer. « Il me connaît parfaitement et c’est idéal, confie son aîné. Peut-être que je l’embaucherais à plein temps mais son rôle de manager ne consistera pas à me trouver des sponsors, à jouer sur ma valeur marchande, ou en tous cas pas en majorité. Il m’aide surtout à gérer ma vie d’athlète, à me permettre de me concentrer sur le sport et il est plutôt strict d’ailleurs… Mais je crois que cela peut me permettre d’aller jouer le globe l’hiver prochain. »

 


  • Johannes Thingnes Bø pas à son aise

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, Norvège, Vu de Norge

Johannes Thingnes Boe (NOR) – Manzoni/NordicFocus.

Indétrônable depuis le début de l’hiver, Johannes Thingnes Bø a finalement rencontré plus fort que lui : le site de Salt Lake City, Soldier Hollow. En arrivant aux Etats-Unis, le Norvégien est allé se frotter à la piste en entraînement et son premier bilan était plus que mitigé. « Pendant le premier tour, c’était horrible, raconte-t-il au micro de la NRK. Ça allait mieux au deuxième tour mais le premier était extrêmement difficile. »

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, Norvège, Vu de Norge

Johannes Thingnes Boe (NOR) – Manzoni/NordicFocus.

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, Norvège, Vu de Norge

Johannes Thingnes Boe (NOR) – Manzoni/NordicFocus.

Le biathlon n’était pas revenu sur ce site depuis les Jeux olympiques 2002 et le grand chelem d’Ole Einar Bjørndalen (qui avait remporté les 4 distances possibles). « On dirait que la piste a été créée pour lui et nous n’avons pas le même style, explique le maillot jaune de l’hiver avant de se ressaisir. Mais ce sera un défi intéressant, il faudra gérer la course autrement. »

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, Norvège, Vu de Norge

Johannes Thingnes Boe (NOR) –  Manzoni/NordicFocus.

Parti optimiste lors du sprint, quatre fautes lors du tir debout le privaient de victoire. Espérant prendre sa revanche sur la poursuite, il sortait du dernier tir avec un total de 5 tours sur l’anneau de pénalité, le privant à nouveau d’une victoire.

Johannes Thingnes Bø serait-il retombé dans ses anciens démons ? « Je crois qu’après le sprint, j’avais peur de faire de nouvelles fautes, explique le biathlète. J’ai voulu attaquer mais cette peur m’a fait faire des choses que je ne ferais pas en temps normal. C’est très décevant car j’avais réussi à me défaire de ces problèmes et je vais devoir rentrer m’entraîner de nouveau. »

Ola Lunde, expert biathlon pour la NRK, est lui aussi inquiet : « quand on enchaîne de mauvais tirs, la confiance prend un coup et s’il n’a pas une idée précise de ce qui ne va pas, il risque de tâtonner pour régler ce problème. »
Johannes Thingnes Bø a désormais deux semaines pour travailler sur son tir et revenir en pleine forme avant les mondiaux d’Östersund.

 


  • Stjernen bientôt de retour, Tande à l’arrêt

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, Norvège, Vu de Norge

Andreas Stjernen (NOR) –  Rauschendorfer/NordicFocus.

Tombés à Lahti, Andreas Stjernen et Daniel-André Tande ont dû rentrer en Norvège plutôt que de se rendre à Willingen pour le dernier week-end de compétition avant les Mondiaux de Seefeld.

A Trondheim, les deux sauteurs devaient se soumettre à une IRM pour s’assurer qu’il n’y avait aucun souci lié à leur chute. « L’IRM a montré que tout allait bien pour Stjernen», a assuré à la NRK le kinésithérapeute Tom Lindinger. « Je suis sûr que je serais prêt pour les mondiaux, a quant à lui affirmé Tande. J’avais trop mal au genou pour sauter ce week-end mais ça devrait être bon pour Seefeld. »La question restait de savoir si leur absence à Willingen jouerait sur leur sélection en Autriche. « Je crois que mes résultats le reste de l’hiver ont été assez bons pour m’assurer une place », déclare Stjernen. Un avis partagé par l’entraîneur Alexander Stöckl qui n’attendait que les résultats des IRM pour s’exprimer : « nous devons voir comment cela évolue chaque jour mais je ne m’inquiète pas pour eux, surtout pour Daniel qui a montré de très bons sauts avant sa chute. »

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, Norvège, Vu de Norge

Daniel Andre Tande (NOR) – Thibaut/NordicFocus.

Malheureusement, la saison de Tande s’arrête juste avant les Mondiaux. Sa blessure au genou étant trop sérieuse, il a été annoncé hier qu’il ne pourrait finir l’hiver. « C’est triste, je suis persuadé qu’il aurait obtenu de très bons résultats à Seefeld », a commenté Stöckl. Et le sauteur de conclure : « je suis triste mais je dois me faire une raison, il ne faut pas plaisanter avec les blessures au genou mais je reviendrai encore plus fort la saison prochaine. »

 


  • Lundby change de registre

Depuis l’hiver dernier où elle a tout gagné, Maren Lundby jouit d’une belle popularité en Norvège. L’une des meilleures sauteuses à ski du monde, la jeune femme semble toujours souriante et gentille. Mais est-ce la réalité ?

En tous cas, dans un clip sorti la semaine dernière, la Norvégienne apparaît en rock star, affirmant qu’elle n’est pas si gentille, n’hésitant pas à faire des gestes obscènes ou à s’en prendre aux journalistes, les faisant fuir par des coups de feu.

Une vidéo pleine d’humour où Lundby chante elle-même. « C’est plutôt violent mais nous pensons que ça a été tellement poussé à l’extrême que les spectateurs comprendront que c’est forcément de l’humour », explique Kjell-André Wiklund, l’homme derrière cette idée folle, à la NRK.

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, Norvège, Vu de Norge

Clas Brede Bråthen, directeur sportif du saut norvégien, très fier du fait que Maren Lundby soit devenue un modèle pour les jeunes filles, n’est pas non plus inquiet : « je ne suis pas un expert en réputation mais il est évident que cette vidéo est ironique et drôle et je ne crois pas qu’elle portera préjudice à Lundby. »
Et en attendant de revoir Maren Lundby pousser la chansonnette ou jouer la comédie au festival Kjellas Festforestilling, vous pouvez vous faire votre propre avis sur le clip de la sauteuse à ski.


  • Fantaski s’attaque aux Mondiaux

Au début de la saison, Dagbladet décidait de lancer un jeu en ligne de ski de fond : Fantaski. Le but ? Créer sa propre équipe, féminine et masculine, sur chaque étape de la coupe du monde et remporter des points selon les résultats des athlètes.

Après avoir créé une épreuve spéciale pour le Tour de Ski, le quotidien norvégien a annoncé qu’il y aurait aussi une ligue spéciale pour les Mondiaux. Celle-ci permettra à ceux qui n’ont pas encore commencé le jeu de se joindre à la partie et d’avoir autant de chances que les autres de remporter les lots mis en jeu.

Les règles sont simples : vous avez un budget limité pour acheter 12 athlètes, 6 femmes et 6 hommes. Chaque athlète a un certain prix et il est impossible d’engager plus de 2 athlètes du même pays. Pour chaque épreuve, il est possible d’adapter son équipe. Selon le classement de vos athlètes sur les épreuves, vous remporterez de 100 points (pour une victoire) à 1 point (pour la 30e place).
Et la NRK a pensé aux novices ! Elle a ainsi interrogé les experts du ski de fond pour savoir sur qui il faut parier lors des mondiaux.

Pour Fredrik Aukland, il serait ainsi intéressant de parier sur la jeune Kristine Stavås Skistad tout comme Johannes Høsflot Klæbo lors du sprint.

La piste de Seefeld pourrait aussi profiter à la Suissesse Laurien Van Der Graaf.
Pour le skiathlon, Dario Cologna est le favori d’Aukland même si beaucoup d’experts norvégiens parieraient plutôt sur Klæbo.
Quant aux 10 km et 15 km classiques, Aukland conseille de prendre dans son équipe Johaug et du côté des hommes de parier sur un Niskanen ou un Bolshunov. « Østberg aussi devrait être en forme pour cette compétition, continue-t-il. Certains athlètes comme Poltoranin ou Stadlober, qui ne coûtent pas très cher, peuvent aussi faire de bonnes compétitions. »
Du côté des longues distances de 30 km et 50 km, Aukland serait prêt à parier sur Sjur Røthe ou Simen Hegstad Krüger. Alex Harvey lui paraît aussi être un bon choix : un prix qui n’est pas élevé et de bonnes capacités de sprinteur si la compétition se joue sur la fin du parcours.
La NRK donne aussi d’autres précieux conseils. Tout d’abord, choisir sur le court terme et se concentrer sur le sprint avant de passer à la distance. Il faut aussi bien réfléchir aux changements prévus puisqu’il n’y a droit qu’à 15 changements d’athlètes tout au long de la coupe du monde.

Ensuite, il faut, pour leurs experts, ne pas hésiter à parier sur les mêmes que les autres et les athlètes populaires comme Klæbo.

Enfin, il faut lire attentivement les règles relatives aux compétitions par équipe et bien choisir son capitaine sur chaque épreuve qui rapportera le double de points.

Ski de fond, ski nordique, biathlon

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.