Vu de Norge #228 : les gros mots de Johannes T. Boe

Ski nordique, ski de fond, combiné nordique, biathlon, saut à ski, roller ski, trail, Norvège, Oslo, Rubrique, Vu de Norge
Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

  • Østberg n’abandonnera pas

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Ingvild Flugstad Oestberg (NOR) – Modica/NordicFocus.

Il ne reste que trois compétitions avant la fin de la saison de ski de fond. Trois compétitions pour jouer le titre et du côté des femmes, Ingvild Flugstad Østberg est loin d’avoir 350 points d’avance sur Natalia Nepryaeva.

Même si la Norvégienne a pu recréer un écart après la coupe du monde de Falun, elle n’est pas tranquille. Surtout depuis que la Russe l’a chatouillée, à deux points de prendre le maillot jaune lors de la coupe du monde de Drammen mardi.

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Ingvild Flugstad Oestberg (NOR) – Modica/NordicFocus.

« Ce n’est pas que pour moi, explique Østberg à la NRK. Si je garde le maillot jaune, si je gagne le gros globe de cristal, c’est bon pour toute la Norvège car nous aurons une place de plus dans les quotas lors du premier week-end de la saison 2019/2020. Je sais que les filles comptent sur moi. »

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Natalia Nepryaeva (RUS) –  Modica/NordicFocus.

Si Nepryaeva remportait la coupe du monde, Østberg a avoué qu’elle se sentirait responsable d’avoir fait perdre une place sur les coupes du monde l’an prochain à son équipe. « Et peut-être que c’est moi qui n’irait pas sur les compétitions dans ce cas, si je ne me donne pas la peine de me battre pour la tête de la coupe du monde », continue la Norvégienne.

Vidar Løfshus confirme certaines craintes de son athlète : la Norvège convoite cet espace supplémentaire sur l’étape d’ouverture de Ruka.
Østberg tient aussi à ramener le globe pour la fierté de son pays.

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Johannes Hoesflot Klaebo (NOR) –  Modica/NordicFocus.

Une problématique qui n’inquiète nullement Johannes Høsflot Klæbo. Avec seulement 14 points d’avance sur Bolshunov avant le dernier week-end à Québec, le jeune Norvégien est clair : « je ferai de mon mieux pour remporter le globe, je sais que ça peut les aider d’avoir cette place supplémentaire, confie-t-il. Mais si je n’y arrive pas, tant pis, je ne m’en voudrai pas tant que j’aurais fait de mon mieux. »

 


  • Une fin de carrière en apothéose

Andreas Stjernen, Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Andreas Stjernen (NOR) – Thibaut/NordicFocus.

A Trondheim, Andreas Stjernen a mis fin à sa carrière de sauteur à ski à domicile. Et il l’a fait de la plus belle des manières en décrochant la 2e place derrière Kobayashi. « Je crois qu’il me faudra du temps pour réaliser que c’est fini, réagit le Norvégien. Pour le moment, je suis juste heureux. C’est une très belle fin. » En terminant avec un saut à 137m, l’athlète pouvait en effet difficilement espérer mieux.
Il y a une semaine, Stjernen confiait ne plus avoir la motivation nécessaire pour continuer. Il avait donc décidé de s’arrêter après les compétitions du Raw Air à Trondheim. « J’ai eu beaucoup de chance dans ma carrière, confie le sauteur à ski. J’ai toujours eu une bonne équipe derrière moi. »

Pour les experts NRK, cette fin est aussi impressionnante d’une autre manière. Après sa lourde chute à Lahti, remonter sur le podium si peu de temps après est incroyable et montre la grande force du Norvégien qui s’en va avec panache et le sourire aux lèvres pour s’occuper de sa petite fille.

 


  • Le record de Johansson est-il erroné ?

Andreas Stjernen, Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Robert Johansson (NOR) –  Modica/NordicFocus.

Sur le tremplin d’Holmenkollen, Robert Johansson avait retrouvé ses ailes. Non seulement le Norvégien y avait pris la tête du Raw Air mais il a aussi battu le record du célèbre tremplin d’Oslo qui datait de 2011.

Avec 144m, il devance largement les 141m d’Andreas Kofler, précédent détenteur du record. Mais cette distance serait-elle erronée ? Horst Nilgen, responsable presse pour la FIS, a en tous cas confié à la NRK que le système de mesure vidéo du tremplin était incapable de mesurer au-delà des 144m. « Si un sauteur dépasse ce seuil, nous avons un système manuel avec des marquages au sol, explique Nilgen. C’est moins fiable mais l’enquête officielle dit que la mesure correcte est de 144m, pas plus. » Problème : les juges qui sont placés tout le long du tremplin ont été surpris par le saut de Johansson qu’ils ne s’attendaient pas à voir aller aussi loin.

Pour Johan Remen Evensen, ancien sauteur norvégien et détenteur du record mondial à Vikersund entre 2011 et 2015, désormais consultant pour la NRK, il ne fait aucun doute que le record de son compatriote est faux. « Ils n’avaient aucun moyen de mesure au-delà de 144m, même les marquages au sol s’arrêtent à cette distance, raconte Evensen. Pour moi, il a même sauté quelques mètres plus loin. »

Des mètres qui auraient pu être précieux au classement du Raw Air. « Mais alors, ce sera notre faute si nous n’avons pas fait réclamation, pas celle de la FIS », réagit l’entraîneur Alexander Stöckl.
En tous cas, le nouveau record d’Holmenkollen établi par Johansson sera difficile à aller chercher et encore plus difficile à mesurer.

 


  • Birkeland à la diet

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Lars Helge Birkeland (NOR) –  Tumashov/NordicFocus.

Marié à l’ancienne biathlète Fanny Horn Birkeland, Lars Helge Birkeland a dû dire au revoir aux plats préparés par sa femme avant les championnats du monde à Östersund. « Elle adore cuisiner, explique le Norvégien. Donc si je disais oui à tout ce qu’elle prépare, j’aurais pris bien trop de poids pour être en forme pendant la saison. »

Alors entre septembre et mars, le biathlète doit se restreindre à table, particulièrement sur les desserts, même si Fanny Horn Birkeland est bien au courant des besoins des athlètes. Tous les biathlètes ont en effet été suivis par des nutritionnistes et formés un minimum à ce qu’il leur faut pendant l’entraînement et les courses. « Mais je sais que pour moi, il faut que je mange moins si je veux garder mon poids de forme », raconte Lars Helge Birkeland.

Il doit donc faire plus attention que d’autres. Heureusement, sa femme est toujours prête à l’aider. « Elle vient m’aider aussi à l’entraînement au tir et sur les skis », confie le Norvégien. « Beaucoup disent qu’il a de la chance de m’avoir, sourit l’intéressée. Mais c’est surtout parce que je sais ce qu’il faut pour réussir et je veux faire de mon mieux pour l’aider à y parvenir. »

 


  • Dyrhaug sur le retour

Niklas Dyrhaug n’a pas pris le départ d’une seule coupe du monde cette saison. Avec une épaule déboîtée puis un muscle de la jambe partiellement déchiré, le fondeur a connu un été et un hiver difficiles. Puis, en décembre, nouveau choc : Dyrhaug souffre d’une blessure à l’aine dont il a été opéré en janvier.

ski de fond, coupe du monde, sprint, hiver, ski nordique,

Niklas Dyrhaug (NOR) – Modica/NordicFocus.

Malheureusement, si la rééducation et la récupération n’auraient pas dues prendre plus d’un mois, le Norvégien a dû faire face à une infection et une nouvelle opération.

A la mi-février, les mauvaises nouvelles continuent et Dyrhaug doit de nouveau lutter contre une infection avec de puissants antibiotiques. « J’avais espéré revenir en fin de saison mais avec ces deux contre-temps, c’était impossible, confie le fondeur à la NRK. J’ai dû renoncer au 50 km d’Oslo mais c’est un mal pour un bien : je suis content de pouvoir enfin retourner à l’entraînement et que tout aille bien. »

ski de fond, coupe du monde, sprint, hiver, ski nordique,

Niklas Dyrhaug (NOR) –  Modica/NordicFocus.

Eirik Myhr Nossum, entraîneur de l’équipe nationale, a même confié être déjà en discussion avec Dyrhaug pour établir un plan pour la saison 2019/2020. « On sait de quoi il est capable quand il est en forme alors c’est son premier objectif », explique le coach. Il ne ferme donc pas la porte à l’athlète pour un retour imminent en équipe nationale.

« Mais si je n’y arrive pas, je m’entraînerai quand même dur pour revenir au plus haut niveau, assure Dyrhaug qui est bien au courant de la forte concurrence norvégienne. Et puis Sjur Røthe m’inspire : l’an dernier, il a eu une saison à vide comme moi et en février, il a remporté trois médailles dont deux titres à Seefeld. C’est génial et j’aimerai être capable de faire comme lui. Il montre que tout est possible. »

 


  • « Langage ! »

 Johannes Thingnes Bø

Johannes Thingnes Boe (NOR) –  Tumashov/NordicFocus.

Les fans de Marvel auront reconnu la célèbre réplique de Captain America. Et il semblerait que les frères Bø soient du même avis que le super héros. Si Johannes Thingnes Bø a été filmé en train de jurer lors des Mondiaux de biathlon, le maillot jaune le regrette amèrement. « J’étais en colère, explique-t-il à Dagbladet. Mais ce n’est pas mon style. J’ai grandi dans une famille où nous ne jurons jamais. Je crois que l’équipe nationale m’a débauché… », finit-il en riant.

Le Norvégien admet volontiers que s’il déteste dire des gros mots, il n’arrive parfois pas à se contenir, même s’il le regrette. « J’avoue que je ne m’en souviens pas cette fois mais comme vous avez une vidéo, je n’ai pas d’autre choix que d’avouer », sourit le cadet de la fratrie Bø.

Tarjei, son aîné, est du même avis : « nous voulons être des modèles pour les jeunes et nous avons été élevés ainsi, conclut-il. Mais il est vrai que parfois, avec l’adrénaline du sport, on se laisse aller… »

Photo : Nordic Focus Photo Agency

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.