Vu de Norge #237 : quelles modifications pour le Tour de Ski ?

Ski nordique, ski de fond, combiné nordique, biathlon, saut à ski, roller ski, trail, Norvège, Oslo, Rubrique, Vu de Norge
Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

  • Le Tour de Ski modifié ?

Et si le vainqueur du Tour de Ski n’était plus celui ou celle qui arrive en premier en haut de la montée de l’Alpes Cermis ?

C’est en tous cas une proposition qui a été faite pour « revitaliser » le Tour et qui sera peut-être adoptée lors du congrès de la FIS à la fin du mois.

La montée finale pourrait ainsi devenir une mass-start et non plus une poursuite. Le vainqueur de l’étape pourrait ainsi ne plus être le vainqueur du Tour. « Je crois que c’est excitant comme idée, il faut trouver quelque chose pour redonner de l’intérêt au Tour qui existe depuis 13 ans », commente Vegard Ulvang, chef du ski de fond à la FIS.

 

Ski de fond, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Johannes Hoesflot Klaebo (NOR) –  Modica/NordicFocus. 

Avec la défection de plus en plus d’athlètes en plein milieu du tour, la fédération internationale de ski envisage toutes les possibilités pour stopper l’hémorragie. Dès la saison 2020/2021, deux week-ends sans compétition devraient ainsi être ajoutés avant et après le Tour pour permettre aux fondeurs de se reposer.

Mais dès l’hiver 2019/2020, c’est bien une mass-start qui pourrait clôturer la compétition. « Je ne sais pas si c’est une bonne idée, réagit Sjur Røthe. Ça complique la tâche des spectateurs pour savoir qui a gagné. »

Pour pallier à ce problème, Ulvang propose un suivi GPS du leader.

Andrew Musgrave et Maurice Manificat se sont eux déclarés plutôt favorables à ce changement, comme le révèle la NRK.

 

 


  • Karlsson face aux Norvégiennes

SKI DE FOND - La Norvégienne Therese Johaug a dominé le 30 km libre des mondiaux de Seefeld et égale un record de la légende Marit Bjoergen. Sa compatriote Ingvild Oestberg et la junior suédoise Frida Karlsson ont pris l’argent et le bronze.

Frida Karlsson (SWE) –  Modica/NordicFocus. 

Frida Karlsson a impressionné à Seefeld en prenant deux médailles individuelles et en participant au succès de la Suède sur le relais à seulement 19 ans. Mais la jeune fondeuse doit faire face à des concurrentes de choix : les Norvégiennes. Et en tout premier lieu, Kristine Stavås Skistad.

Les deux athlètes ont le même âge et se sont affrontées maintes fois sur le circuit junior.

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Kristine Stavaas Skistad (NOR) – Modica/NordicFocus. 

Interrogée sur leurs relations, Skistad avait révélé que les deux jeunes femmes se disaient à peine bonjour. « Mais je n’ai aucun intérêt à devenir sa meilleure amie », affirme la Norvégienne.

Karlsson, elle, a été surprise. « Je ne peux pas dire que nous nous connaissons bien, admet la Suédoise, mais je ne l’ai jamais ignorée ou snobée. Je ne sais pas si elle essaie de créer une rivalité ou autre chose mais en tous cas, à part sur la piste, nous nous entendons bien je crois. »

Karlsson serait même prête à inviter Skistad à l’entraînement. Les deux fondeuses partagent d’ailleurs un autre point commun : elles admirent Petter Northug Jr. « Mais je n’ai aucun intérêt à avoir une ennemie norvégienne, assure Karlsson. Peut-être que Kristine s’inspire de ce qu’il faisait avec les Suédois ? »

SKI DE FOND - La Norvégienne Therese Johaug, comme lors du skiathlon, a dominé le 30 km libre des mondiaux de Seefeld et égale un record de la légende Marit Bjoergen.

Therese Johaug (NOR) –  Modica/NordicFocus. 

Frida Karlsson, de son côté, est souvent comparée à Therese Johaug. « Ça fait un peu peur parce que c’est une immense championne, confie-t-elle à Dagbladet. Je comprends la comparaison, nous sommes très semblables. Et c’est un honneur. Pourtant, je ne veux pas être sa copie, je veux être moi. » Johaug est d’ailleurs du même avis, espérant que Karlsson se fera un nom très vite. A ses dépends ?

« Mon objectif l’an prochain est assurément le Tour de Ski, révèle Karlsson à la NRK. J’aime le concept de participer à des compétitions de toutes sortes, de relever plusieurs défis à la fois. Le vainqueur du Tour est toujours un athlète complet. »

Et pour cela, la Suédoise sait qu’elle devra battre toutes ses concurrentes dont Johaug, celle qu’elle estime la plus forte. « Je ne me fixe pas d’objectif de performance, je veux seulement faire de mon mieux et toujours m’améliorer, conclut Frida Karlsson. Ensuite, je devrais battre tout le monde, à commencer par Therese. »

 

 


  • Jacobsen hors de l’équipe nationale ?

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

Astrid Uhrenholdt Jacobsen (NOR) –  Modica/NordicFocus. 

Très prise par ses études de médecine hors saison, Astrid Uhrenholdt Jacobsen a avoué à la NRK la semaine dernière avoir sérieusement réfléchi à sortir de l’équipe nationale de ski de fond norvégienne. « J’ai considéré toutes mes options, révèle Jacobsen à la chaîne TV. Mais la réponse a été claire : si je ne continuais pas en équipe nationale, je ne courrais pas au plus haut niveau l’hiver prochain. »

La fondeuse tient tout de même à dire qu’elle n’est pas fâchée ou en froid avec la fédération mais il y a peu de chances de la voir sur un camp d’entraînement avant novembre, sa vie personnelle et étudiante étant très remplie. « Je dois être très présente physiquement pour mes études et ce n’est pas forcément compatible avec la vie dans l’équipe nationale, explique la Norvégienne. Mais je n’ai jamais voulu créer ma propre équipe, j’aurais juste rejoint mon club local. »
Ole Morten Iversen, l’entraîneur de l’équipe, est ravi de savoir Jacobsen au sein des rangs norvégiens pour la saison qui arrive. « Nous allons lui proposer un programme personnalisé », affirme-t-il. « Je suis heureuse de rester dans l’équipe, continue la fondeuse. Je comprends que les règles soient là pour préserver la fédération et ses athlètes mais peut-être faudrait-il réfléchir à des possibilités pour leur permettre d’étudier. »

Pour Astrid Uhrenholdt Jacobsen, il est certain que la fédération devrait sérieusement réfléchir à adapter l’entraînement estival aux études pour TOUS les athlètes. Sera-t-elle entendue ?

 

 


  • Le saut féminin se donne les moyens

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

 

Pour la première fois ce printemps, quatre athlètes font partie de l’équipe nationale féminine de saut à ski norvégien.

Un nouvel entraîneur, Henning Stensrud, a aussi été recruté. Le responsable du saut à la fédération, Clas Brede Bråthen, a révélé que les équipes de saut gagneraient aussi 10 millions de couronnes dans leur budget 2019/2020 par rapport à celui de l’année précédente. « Tout n’ira pas en coupe du monde, une grande partie est là pour développer les équipes en vue des JO 2022 mais c’est tout de même une belle avancée pour eux », déclare Bråthen au micro de la NRK.

De quoi faire plaisir aussi à la grande championne Maren Lundby. « C’est important pour notre sport, le saut féminin, affirme-t-elle. C’est aussi plus agréable pour moi, de partager l’entraînement avec plus de coéquipières. Et, au-delà de ça, ça veut dire que peut-être quelqu’un va arriver et me pousser à faire encore mieux. »

Anders Jacobsen, ancien sauteur norvégien, est lui aussi très heureux de cette nouvelle. « C’est un sport qui a un bel avenir, rien n’est encore figé, explique-t-il. Et je crois qu’élargir l’équipe est une bonne chose pour continuer de progresser. »
Lundby, elle, voit toujours plus loin. Son prochain objectif est de se rapprocher des performances de ses homologues masculins.

 

 


  • Le club tricot du biathlon

Tout n’est pas toujours tout rose lors de la coupe du monde. L’ennui peut se faire sentir entre les compétitions. Mais l’équipe de biathlon féminine norvégienne a trouvé un moyen de remédier à cela.

Tiril Eckhoff, Ingrid Landmark Tandrevold, Marte Olsbu et Synnøve Solemdal ont révélé à TV2 qu’elles aimaient certaines activités pour tromper l’ennui dans les hôtels…

Et en tête viennent les puzzles, les mots croisés et le tricot. « Nous sommes des mamies de 80 ans », plaisante Eckhoff. Les Mondiaux d’Östersund n’ont pas fait exception.

Pour se remettre des quelques déceptions que les biathlètes y ont connu, elles se sont rassemblées pour s’adonner à leurs activités favorites.

Marte Olsbu, confie ainsi : « c’est vrai que quand ça ne marche pas dans un domaine, c’est bien d’avoir ces distractions, ça fait au moins une chose qu’on réussit et qui nous détend. »

 

Photo : Nordic Focus Photo Agency

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.