Vu de Norge #246 : Boe absent en janvier ?

Ski de fond, biathlon, combiné nordique, ski nordique, saut à ski, saut spécial, tremplins, ski, hiver, coupe du monde, jeux olympiques, coupe de France, neige, Vu de Norge, Norvège

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

  • Johannes Thingnes Bø absent en janvier ?

La femme de Johannes Thingnes Bø est enceinte. La naissance devrait avoir lieu au mois de janvier, mois le plus chargé du calendrier avec trois week-ends de compétitions.

Mais si le détenteur du maillot jaune la saison dernière compte bien remporter un nouveau gros globe, il a pourtant déjà annoncé aux médias norvégiens qu’il avait d’autres priorités : la venue au monde de son premier enfant.

Ingvild Flugstad Østberg, Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski

La saison dernière, Johannes Thingnes Boe a réussi une belle récolte –  Manzoni/NordicFocus.

« Je veux vraiment être à la maison pour la naissance du bébé, avec Hedda, explique-t-il au micro de la NRK. Alors oui, je vais devoir changer mes plans. Et oui, c’est ennuyeux de manquer six compétitions individuelles mais avoir un enfant, ça me semble bien plus important. »

Le biathlète ne sait pas encore quel plan il mettra en application : se rendre à Oberhof, premier week-end de janvier ? Manquer les deux premiers week-ends de compétition et aller à Pokljuka ou tout manquer ? « Ça change de ce que je fais d’habitude, j’aurais moins de repères sur la concurrence mais eux aussi, ils ne sauront pas dans quelle forme je suis, ça peut les stresser », sourit le Norvégien.

Mais il ne se fait aucun souci à propos des Mondiaux d’Anterselva en février : « certains athlètes ne vont pas en compétition avant les championnats et cela ne les empêche pas de performer, rappelle-t-il. En tous cas, je ne vois que le positif de la situation. »

Pas question pour le numéro 1 mondial de penser à la possible perte du gros globe pour le moment.

 


  • Westvold Hansen s’impose

Le combiné nordique féminin est sur la bonne voie. Les athlètes ont pu s’affronter cet été lors de l’habituel Grand Prix, comme leurs homologues masculins.

Et si c’est le Français Antoine Gérard qui a remporté la dernière étape à Oberhof en Allemagne, chez les filles, c’est une Norvégienne qui s’impose. Gyda Westvold Hansen, partie en même temps que la gagnante du général du Grand Prix d’été Nadymova après un saut à 91 m, a creusé l’écart sur les skis-roues, s’imposant avec plus de 9 secondes d’avance.

Ski de fond, biathlon, combiné nordique, ski nordique, saut à ski, saut spécial, tremplins, ski, hiver, coupe du monde, jeux olympiques, coupe de France, neige
De bon augure avant l’hiver où les meilleures mondiales s’affronteront en COC avant leurs premiers mondiaux et coupe du monde lors de la saison 2020/2021.

La saison prochaine, le combiné féminin sera pour la première fois au programme des Jeux Olympiques de la Jeunesse à Lausanne. Les épreuves se dérouleront aux Tuffes.

 


  • Iversen inquiet pour Johaug

Cet été, Therese Johaug s’est qualifiée pour les championnats d’Europe d’athlétisme. Elle s’est imposée brillamment sur le 10 000 mètres d’Hamar lors des championnats norvégiens.

« J’aimerai beaucoup m’essayer aux championnats européens, confie-t-elle ensuite à la NRK. C’était très amusant de gagner à Hamar, surtout avec de l’avance. »

Pour l’entraîneur de l’équipe nationale, Ole Morten Iversen, il n’y a rien de surprenant à ce que Johaug soit capable de s’imposer sur ce type de course au vu de ses performances sportives en ski de fond. « Elle a beaucoup d’endurance et de vitesse, rappelle-t-il. Peu d’athlètes au monde peuvent en dire autant. Si elle voulait, elle pourrait devenir l’une des meilleures coureuses au monde sur le 10 000 mètres. »

Mais si Johaug décidait de se lancer dans l’aventure des championnats d’Europe, Iversen s’avoue inquiet. « Il faudrait qu’elle s’investisse dans l’entraînement d’athlétisme et je ne sais pas si ce serait compatible avec le ski de fond, explique-t-il. En revanche si cela peut rentrer dans notre programme, alors ce sera très sympa à voir. »

De son côté, la Norvégienne sait qu’elle n’ira sûrement pas aux championnats et devra se contenter de quelques courses d’athlétisme à l’avenir, peut-être une fois par an.
3

 


  • Klæbo en altitude

Le camp d’entraînement à Font-Romeu est une grande première pour Johannes Høsflot Klæbo. La station est en effet située à 1 800m d’altitude et jusqu’ici, le fondeur n’a pas eu pour habitude de s’entraîner à cette hauteur. « C’est très excitant d’apprendre comment mon corps fonctionne dans ces conditions, réagit-il au micro de la NRK avant de se rendre en France. Je crois que c’est la bonne année pour essayer et je suis impatient de voir si cela peut faire de moi un meilleur skieur. »

Mais les fans du jeune athlète sont inquiets : et si son corps réagissait comme celui de Petter Northug en 2015 ? Et si cela mettait en péril ses prochaines saisons et sa carrière toute entière ?

« Il n’y a aucun danger avec l’entraînement en altitude, assure l’entraîneur national Eirik Myhr Nossum. C’est très rare ce qui est arrivé à Northug. En revanche, autant de fondeurs ont vu leur carrière détruite pour ne s’être jamais entraîné en altitude qu’en y étant trop allé. »

Ce dont Klæbo devrait se méfier, pour les experts du fond, c’est de ses nombreux engagements qui l’entraînent dans des semaines « marathon » en Norvège ou à l’étranger qui risquent de le fatiguer au point de tomber malade.
« Il faut être absolument sûr qu’il soit en forme lors du camp en altitude, conclut Nossum. Sinon, oui, il y a un vrai risque pour sa saison. Mais il est important de commencer à se préparer pour les Jeux 2022 et de prendre toutes les infos possibles. Il est nécessaire que Johannes et les autres s’acclimatent à la compétition en hauteur. »

 


  • Sundby : opération chalet

Avant de retourner au camp d’entraînement en début d’été, le fondeur norvégien Martin Johnsrud Sundby a dû s’occuper de quelques problèmes plus matériels. Alors qu’il allait construire son chalet sur les bords du lac de Sjusjøen, il est entré en conflit avec la municipalité de Ringsaker.

Ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski

Martin Johnsrud Sundby (NOR) – THIBAUT/NordicFocus. 

Si en mai, la mairie l’avait autorisé à déplacer la construction de son chalet, le permis avait été retiré en juin par la faute d’un propriétaire voisin de la parcelle que le fondeur convoitait. Le chalet de Sundby allait en effet être construit à 2 m du terrain de son voisin et en Norvège, il faut une autorisation pour toute construction à moins de 4 m.
Lorsqu’il a reçu la lettre de refus de permis de construire de la mairie, le fondeur a aussitôt envoyé une plainte à la municipalité de Ringsaker. « Le rejet de mon permis ne peut se faire sur le seul fait qu’un voisin dise non, dit Sundby dans sa lettre. Je demande donc une réévaluation du cas et j’espère ne pas avoir à emmener cette demande devant la justice. » La municipalité, à la mi-juillet, n’avait pas encore donné de réponse au fondeur.

 

Photo : Nordic Focus

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.