Vu de Norge #251 : première équipe nationale de l’histoire en combiné féminin

Ski de fond, biathlon, combiné nordique, ski nordique, saut à ski, saut spécial, tremplins, ski, hiver, coupe du monde, jeux olympiques, coupe de France, neige, Vu de Norge, Norvège

CHRONIQUE – Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

 

  • La mère de Weng veut qu’elle lève le pied

Ski de fond, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique

Heidi Weng (NOR) –  Modica/NordicFocus.

Heidi Weng a connu de gros soucis de forme les deux dernières saisons. Cet été, elle a avoué être enfin de retour en bonne forme après des mois difficiles. En juillet et août, la jeune femme a été particulièrement contente de son entraînement et de ses réactions physiques face à la charge imposée à son corps. Mais pas question de lâcher les chevaux pour autant, même lorsque certaines sessions d’entraînement se passent extrêmement bien.
Ole Morten Iversen, l’entraîneur de l’équipe nationale de ski de fond, a même d’ores et déjà annoncé que le plan de formation de Weng était progressif. De quoi réjouir la mère de la fondeuse qui voudrait que sa fille y aille doucement, sans brusquer les choses.

« Elle m’a dit de lever un peu le pied, confie en souriant la Norvégienne dans les colonnes de Dagbladet. L’objectif le plus important est que mon corps fonctionne à nouveau correctement, pas de performer sur telle ou telle compétition. Il y en a beaucoup, et de très différentes. Donc plein d’opportunités. Lors de la dernière saison sans championnat, j’avais participé à toutes les courses et ça s’est très bien passé, j’aimerais refaire la même chose cet hiver, ça peut être amusant. »

 


  • Johaug et Østberg : l’amitié plus forte que la rivalité

Therese Johaug et Ingvild Flugstad Østberg sont des concurrentes redoutables sur les pistes de ski de fond. Elles sont toujours prêtes à tout pour gagner chaque compétition.

Mais hors des pistes, les deux Norvégiennes sont très proches. « Nous sommes de très bonnes amies, explique Johaug au micro de TV2. Ingvild est même l’une de mes meilleures amies. Nous nous entraînons très bien ensemble, nous nous motivons mutuellement. » Les deux jeunes femmes travaillent en effet beaucoup toutes les deux, apprenant l’une de l’autre, s’aidant à progresser.
« Ingvild est quelqu’un de pétillant, pleine d’énergie et de bonne humeur, confie Johaug. Quand je suis avec elle, je suis totalement en confiance et je peux être moi-même à 100%. Au niveau de l’entraînement, elle est solide, elle assume son rôle de grande fondeuse qui peut aider les autres. »
Østberg aussi, de son côté, ne tarit pas d’éloges sur sa coéquipière : « elle est très attentionnée, elle viendra toujours te voir si quelque chose ne va pas, elle est très à l’écoute, commence-t-elle. Therese est aussi très honnête, elle dit les choses comme elles sont, elle ne cache rien. Elle est très organisée, toujours à prendre des initiatives et ça aide beaucoup dans le groupe. »
Etant dans la même équipe depuis plusieurs années, les deux Norvégiennes ont bien sûr passé beaucoup de temps ensemble. Mais cela ne leur suffit pas toujours. Pour preuve, elles sont parties plus d’une fois toutes les deux en vacances ou en entraînement sans le reste de l’équipe, à Aspen par exemple. Et ce même lors de la suspension de Therese Johaug.
Et Østberg de conclure : « j’ai beaucoup appris de Therese, certes. Mais la chose la plus important que j’ai gagné en la côtoyant, c’est son amitié. »


  • Première équipe nationale de l’histoire en combiné féminin

L’équipe de combiné nordique féminine de Norvège. Photo : FIS

La Norvège a décidé de devenir une pionnière du combiné nordique féminin. Elle a en effet nommé trois athlètes en équipe nationale à la mi-septembre, formant la toute première team du genre au monde.

Gyda Westvold Hansen ainsi que les sœurs Mari et Marte Leinan Lund auront l’honneur de composer cette nouvelle équipe.

Même si la première coupe du monde n’aura lieu qu’à l’hiver 2020/2021, le combiné féminin se développe rapidement et la Norvège ne veut pas manquer le coche. « Nous avons décidé de tout de suite former cette équipe, dès la saison 2019/2020 pour stimuler la motivation et l’implication des athlètes, explique Edgar Fossheim, chef du combiné norvégien. Nous pensons aussi que ce sera une source de motivation pour les athlètes en équipe junior. »
Plus concrètement, les trois athlètes auront un programme personnalisé et un meilleur suivi. Vivant toutes les trois à Trondheim, elles pourront aussi profiter de l’émulation provoquée par une équipe. Elles seront entraînées par Thomas Kjelbotn, déjà coach de l’équipe de saut de Trondheim.
« Nous entrons dans une période très excitante pour le combiné féminin, conclut Ivar Stuan, directeur sportif du combiné norvégien. Nos trois athlètes viennent d’une région où il y a une vraie tradition dans le combiné et elles seront les pionnières de cette nouvelle équipe nationale, c’est une vraie chance. »

 


  • Johannes Thingnes Bø malade

L’automne dernier, Johannes Thingnes Bø était tombé malade pendant de longues semaines, inquiétant les experts qui ne le voyaient alors pas jouer le titre mondial. Pourtant, quelques mois plus tard, ils faisaient mentir tous ceux qui avaient douté de lui en remportant le gros globe de cristal. Même affaibli à l’entraînement, le Norvégien a su dominer le circuit mondial.
Cet été et cet automne, en revanche, tout s’est bien déroulé pour le biathlète. Jusqu’à il y a quelques jours. « Je suis tombé malade lors du dernier jour du camp d’entraînement à Meråker lors de la dernière quinzaine de septembre, révèle le cadet des Bø au micro de TV2. J’ai attrapé un mauvais rhume qui m’a forcé à rentrer à la maison. Mais l’an dernier, j’avais été malade plus d’une semaine alors c’est moins grave. Je suis déjà de retour à l’entraînement », assure-t-il.
Et Johannes Thingnes Bø est habitué à ces petits contre-temps. Tous les ans, il prend de plus longues vacances que ses coéquipiers, met plus de temps à retrouver la forme mais finit toujours par être encore plus fort que l’année précédente. Cela ne l’empêche pas non plus pour autant d’être le meilleur, une fois l’hiver venu. Son moment préféré est d’ailleurs toujours d’assister à la chute des premiers flocons de neige. « Ça fait plaisir d’avoir eu un peu de neige dès début octobre », sourit-il.
Bø est aussi impatient de revenir sur la coupe du monde affronter Martin Fourcade. « Il faudra que je donne le meilleur de moi-même avant Noël comme mon bébé doit arriver à peu près à cette période, explique le Norvégien. Et ce sera difficile de faire la même saison que l’an dernier, surtout que Martin semble être prêt à revenir très fort. Ce sera intéressant pour les fans de biathlon de voir ce duel, je crois. »


  • Rapprochement Norvège/Suède

Si Landskampen est avant tout l’occasion pour les athlètes norvégiens et suédois de s’affronter sur de nouveaux terrains, comme des jeux d’adresse, de réflexion ou aquatiques, c’est aussi le moment pour les participants de partager leurs passions.
Tiril Eckhoff a ainsi montré à son rival Samuel Andersson quelques positions de yoga, l’invitant à s’assouplir et à se recentrer. Mais le Suédois n’est pas aussi souple que son adversaire norvégienne et les postures se sont avérées plus compliquées que prévues…
Et si le yoga n’est pas le plus facile pour Andersson, le chant est une autre paire de manche comme le montre une vidéo rassemblant les 6 participants, chantant et dansant avec bonne humeur. Ennemis lors des épreuves, oui. Mais amis hors des pistes.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

BeastMode 💪🏼😏😅🇳🇴💦 #Landskampen

Une publication partagée par Emil Iversen (@emilivers) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Tack för yoga-lektionen @tirileckhoff 😅😂 #landskampen @tv2norge

Une publication partagée par Sebastian Samuelsson (@sebastian_samuelsson) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Ja jag saknar Rhodos 😍😅😂 Glöm inte bort att se Landskampen på @tv2norge eller @tv2sumo på torsdagar! @tv4 sänder med start i januari 💪🏻

Une publication partagée par Sebastian Samuelsson (@sebastian_samuelsson) le

 

Photo : Nordic Focus

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.