Vu de Norge #29 : Northug contre la fédé c’est reparti !

La saison 2014-2015 se termine pour les Norvégiens. C’est déjà l’heure du bilan… et des premières controverses.

Røthe rend hommage à Sundby

La saison n’a pas été facile pour Sjur Røthe : après s’être blessé au dos, il a perdu un oncle avant les championnats de Falun. Alors quand il obtient finalement sa première victoire au 50km d’Oslo, quelques centimètres devant Dario Cologna, ses coéquipiers ne peuvent s’empêcher de l’applaudir et lui d’enfin éclater de joie.

 

 

Sundby lui-même a avoué que ce qu’avait fait son compatriote était grand après toutes les épreuves qu’il a traversées cette saison. Petter Northug Jr. aussi trouve cela impressionnant. Chris Jespersen, très proche de Røthe, a même laissé couler une petite larme. Quant au principal intéressé, il se dit très heureux mais surtout il insiste sur la confiance que lui a donné Sundby en lui rappelant qu’il est un bon skieur et qu’il peut gagner. Un bel hommage dans les deux sens…

 

 

Revue de Web

 

Northug : un plan d’avenir… Dans le temps

Petter Northug Jr. a avoué cette semaine au quotidien VG qu’il ne savait pas encore ce qu’il ferait la saison prochaine. En revanche, il affirme qu’il sait ce qu’il fera dans 20 ans. Il explique ainsi aux journalistes norvégiens qu’il ne vit pas au jour le jour, qu’il aime prévoir à l’avance. Il assure cependant que faire partie de l’équipe nationale est toujours agréable, que l’ambiance entre les athlètes est toujours au beau-fixe.

 

Revue de web

 

De plus, il lui reste toujours de la motivation dans la coupe du monde. Si Northug n’est donc pas encore sûr de son programme pour le prochain hiver, il ne refuse tout de même pas l’idée de rempiler pour une saison.

 

NORTHUG Petter jr

 

Northug vs la fédération : c’est reparti !

Déjà au printemps dernier, l’accord entre Northug et la fédération norvégienne avait été signé in extremis mais cette fois-ci, il semblerait qu’une signature serait plus compliquée. En effet, l’association de ski veut que Petter Northug Jr. se sépare de son équipe privée Coop s’il veut faire partie de l’équipe nationale l’hiver prochain et ils ne sont en aucun cas prêt à faire des concessions cette fois. Northug se retrouve donc face à l’obligation de faire un choix. Obligation que peu de personnes comprennent. 53,9% des licenciés des comités de ski interrogés par NRK ont ainsi avoué qu’il serait mieux que la fédération signe de nouveau un accord spécial avec le fondeur après la saison qu’il a fait. Une enquête qui ne fait pourtant pas fléchir l’association de ski.

 

Revue de web

 

Et si tout le monde ne comprend pas cette décision, Dyrhaug le fait bien savoir. Le fondeur est lui aussi en équipe privée et il n’adhère pas à cette règle imposée entre autre par la FIS. Niklas Dyrhaug annonce ainsi au quotidien VG que même si la décision est prise, il n’est pas d’accord et il ne cache pas qu’il en a déjà discuté avec Northug même s’il ne veut pas évoquer les détails. Quant à celui-ci, il ne fait qu’en rire devant les médias, refusant d’en parler sérieusement.

 

Revue de web

 

 

Le biathlon norvégien : entre espoir et inquiétude…

Après les beaux mondiaux des nordiques à Falun, les biathlètes espéraient faire aussi bien mais leurs espoirs ont été déçus en ne ramenant à la maison que 6 médailles à la maison dont une seule en or. Bien loin du compte pour toute la délégation norvégienne. Si le relais masculin a montré de belles choses comme sur la mass start, il n’en reste pas moins que la plupart sauf Bjørndalen étaient déçus d’avoir manqué l’or. Mais si les garçons ont pu ramener au moins des médailles, ce n’est pas le cas des filles, reparties totalement bredouilles excepté en relais mixte.

 

BJOERNDALEN Ole Einar,BOE Tarjei,BOE Johannes Thingnes,SVENDSEN Emil Hegle

 

Une situation qui inquiète Liv Grete Skjelbreid Poirée. Elle confie ainsi à la NRK qu’il est embêtant de voir d’autres nations passer devant la Norvège comme la France par exemple. L’ancienne biathlète insiste ainsi sur l’importance de trouver une solution et propose l’idée de suivre l’exemple des fondeuses en terme de force, de vitesse et de mental. En tout cas, toute la sélection féminine est d’accord pour dire qu’il faut trouver un nouveau moyen d’évoluer pour revenir au sommet du classement mondial.

 

Revue de web

 

 

Bjørndalen : des innovations qui payent

A 41 ans, Bjørndalen a obtenu à Kontiolahti sa 40e médaille aux championnats du monde grâce à l’argent en relais. Une belle récompense pour une carrière que tous les athlètes du circuit mondial qualifient d’impressionnante. Et outre ses multiples titres, le biathlète norvégien a contribué à de nombreuses innovations dans son sport. Hanevold, présent dans l’équipe nationale lors de l’arrivée de Ole Einar Bjørndalen, explique à Dagbladet qu’il a toujours été de l’avant, qu’il a toujours exploré de nouvelles possibilités. Il a ainsi participé au développement de la vitesse de tir (50sec par tir en 1993 contre 20-25sec désormais). Il a également pris les devants en terme de ski de fond en développant le freestyle et a été l’un des premiers biathlètes a démontré les bienfaits de l’entraînement en altitude. Toutes ces techniques plus les recherches en terme de matériel avec pour dernier exemple les bâtons « courbés » ont participé à faire de Bjørndalen la légende du biathlon que l’on connaît mais aussi de permettre à la discipline de devenir un vrai spectacle. Et comme le dit Emil Svendsen, ça l’étonnerait que ce grand monsieur arrête après les mondiaux 2016 à Oslo.

 

 

Magnus Moan accueille bien la fin de saison

Déjà avant le début de la saison et depuis plusieurs hivers, Magnus Moan souffrait du talon d’Achille. Plusieurs mois après, la fin de la saison est presque un soulagement pour le norvégien. En effet, son talon d’Achille le fait toujours souffrir et le combiné a décidé de prendre deux à trois mois de repos avant de retourner à l’entraînement. Il a aussi prévu un IRM pour voir où ça en était. Il affirme en revanche au quotidien VG qu’il aimerait éviter l’opération mais il veut tout de même aller mieux, ne plus être embêté par cette vieille blessure.

 

MOAN Magnus Hovdal

 

Comme il ne pense pas encore à la retraite, Moan aimerait arriver aux JO 2018 sans problème, c’est compréhensible et le norvégien est bien décidé à tout faire pour y être au mieux de sa forme et ce dès la saison prochaine où il aimerait se battre pour le général de la coupe du monde.

 

 

Forfang, le Bieber du saut à ski

 

Forfang

 

Si Phillip Sjøen est considéré comme le futur Petter Northug du saut à ski, Johann Andre Forfang est lui vu comme le Justin Bieber du saut à ski. Des fans polonaises ont en effet apporté sur le tremplin de Holmenkollen une magnifique affiche portant l’inscription en norvégien « Qui se soucie de Bieber quand on a Forfang ? ». Une attention qui a valu à l’intéressé les moqueries de ses coéquipiers. Quant à Forfang, il déclare à Dagbladet que c’est juste très amusant. Sa petite amie, elle aussi essaie d’en rire même si voir son chéri devenir l’idole des jeunes filles n’est pas simple. En tout cas, cela ne semble pas faire tourner la tête du jeune norvégien qui ne fait que répondre gentiment mais pense avant tout à sa carrière…

 

 

 

FORFANG Johann Andre

 

Photos : Agence Zoom

 


 

 

Dans l’intimité de l’équipe de France à Falun

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.