Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine, Vu de Norge

Vu de Norge

Vu de Norge #364 : Fossesholm prête à kidnapper Therese Johaug

Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

Fossesholm compte sur Johaug

Helena Marie Fossesholm, Therese Johaug, ski de fond, Falun
Therese Johaug (NOR), Helene Marie Fossesholm (NOR) – Modica/NordicFocus.

Elle est vue comme l’avenir de l’équipe nationale féminine de ski de fond en distance : Helene Marie Fossesholm risque de subir beaucoup de pression dès la saison prochaine avec la retraite des grands noms de son équipe. « Elles vont me manquer, on s’amusait beaucoup ensemble et elles amenaient de très bons résultats mais les trois nouvelles arrivées sont aussi prometteuses et j’ai hâte de travailler avec elles », affirme la Norvégienne dans les colonnes de Dagbladet.

Fossesholm sera d’ailleurs attendue au tournant. Surtout après une saison en demi-teinte où, s’étant trop entraînée, elle n’avait pu s’exprimer pleinement sur la piste. « J’essaie de jouer plus intelligemment cette fois, je ne vais pas attaquer les séances les plus difficiles tout de suite, j’y vais étape par étape », confie-t-elle au quotidien VG. Difficile pour Fossesholm qui ne tient pas en place et est habituée à faire de longues sorties pour s’entraîner. « Franchement, la vie est merveilleuse mais côté forme, c’est la merde », ajoute-t-elle.

Et elle a un plan pour y remédier : elle va bientôt déménager à Oslo où elle espère pouvoir s’entraîner avec Therese Johaug. « Elle a pris sa retraite, pas ranger les skis ou les ski-roues, explique Fossesholm. Je ne pense pas qu’elle se fera prier et elle m’a promis de jouer la guide pour moi. Et si elle refuse, je la kidnapperai, plaisante-t-elle. » Autre avantage de son nouveau lieu de vie : « à Oslo, on a les installations de l’Olympiatoppen, ce n’est pas négligeable », rappelle-t-elle.

Combiné nordique féminin : bientôt à Holmenkollen ?

Gyda Westvold Hansen, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Gyda Westvold Hansen (NOR) – Volk/NordicFocus

Pas de compétition aux Jeux olympiques. Pas non plus à Oslo en coupe du monde. Les filles du combiné nordique en ont assez. « C’est amusant de regarder les garçons mais ce n’est pas cool pour nous, ça n’a rien d’agréable, dit Ida Marie Hagen à la NRK. C’est une vérité brutale : nous n’avons pas de compétition à nous. C’est mon rêve d’enfant de participer au Holmenkollen Festival et on nous le refuse. »

Sa coéquipière, Gyda Westvold Hansen, est du même avis : ce n’est pas juste et il n’y a aucune raison logique pour refuser que les filles soient alignées au départ à Holmenkollen. « Mais il ne faut pas s’y attarder, il faut se concentrer sur ce que nous avons déjà obtenu pour rester positives », estime Hansen.

Ida Marie Hagen, Val di Fiemme, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine
Ida Marie Hagen (NOR) – Newspower.it

De son côté, Ivar Stuan, directeur sportif du combiné nordique norvégien, affirme que les filles participeront très vite au Holmenkollen Festival. Et si ce n’est pas sur le grand tremplin d’Holmenkollen, ce sera au moins sur le plus petit tremplin de Midtsubakken. « Nous allons aussi investir sur leur avenir, trouver de bons sponsors pour leur permettre un meilleur entraînement, de meilleures infrastructures et un meilleur suivi, continue Ivar Stuan. A terme, elles auront les mêmes moyens que les hommes et ce serait tout à fait normal. » Le Norvégien s’attend aussi à les voir entrer aux Jeux olympiques dès 2026. « Il serait temps ! » se réjouit déjà Ida Marie Hagen.

Les fondeurs de Trondheim haussent le ton

Marte Skaanes, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Marte Skaanes (NOR) – Modica/NordicFocus.

De nombreux fondeurs de l’équipe nationale habitent et s’entraînent près de Trondheim, bien plus au nord qu’Oslo. Mais ils doivent bien souvent faire sans leurs entraîneurs car tous habitent à la capitale ou aux alentours. « On devrait avoir des entraîneurs à Trondheim, au moins un, c’est une erreur que ça ne soit encore pas le cas, estime Marte Skaanes, nouvelle arrivante en équipe nationale, dans une interview pour VG. Oui, les rassemblements sont importants mais ce n’est pas là que tout se joue : c’est dans les entraînements de tous les jours, à la maison, et nous avons besoin de soutien. »

Even Northug, Dresde, biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine
Even Northug (NOR) – Tumashov/NordicFocus

Il faut dire que cette année, pas moins de 9 athlètes en équipe nationale viennent de la région du Trøndelag avec Marte Skaanes, Anne Kjersti Kalvå, Julie Myhre et Ane Appelkvist Stenseth chez les femmes et Emil Iversen, Didrik Tønseth, Even Northug, Sindre Bjørnstad Skar et Johannes Høsflot Klæbo chez les hommes. Ce dernier comprend les exigences de Skaanes. « Moi, j’ai mon grand-père et ça me suffit mais je sais que d’autres n’ont pas cette chance et auraient besoin de plus de suivi, confirme-t-il. On est tellement nombreux dans la région, ce serait logique. »

Julie Myhre, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Julie Myhre (NOR) – Lygna Ski Center

Julie Myhre et Emil Iversen sont eux aussi pour cette idée. « Beaucoup d’entre nous avons déjà mis en place des solutions mais chez les filles, il y a de nouvelles arrivées en équipe nationale et ça peut être une transition difficile, ajoute Iversen. Elles ont besoin, nous avons besoin, d’un suivi rapproché. Avoir un entraîneur adjoint ou même que le nouvel entraîneur de l’équipe féminine ici, ça aurait été un plus. » Certains noms évoqués pour ce poste vivent d’ailleurs dans la région.

« Nous n’allons pas embaucher le nouveau coach féminin selon son adresse mais selon ses compétences », rappelle Espen Bjervig, directeur du ski de fond norvégien. Il n’a en revanche pas répondu aux demandes de ses athlètes du nord de la Norvège.

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

Tandrevold revient sur sa déception olympique

Ingrid Landmark Tandrevold, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Ingrid Landmark Tandrevold (NOR) – Manzoni/NordicFocus

Il y a plus de trois mois, sur la poursuite olympique, Ingrid Landmark Tandrevold se battait pour sa première médaille olympique quand soudain, elle s’est effondrée. Terminant 14e, elle a dû être emmenée hors de l’aire d’arrivée par des membres des staffs norvégiens et italiens. Depuis, la biathlète n’a toujours pas trouvé le courage de regarder les images. « C’est idiot mais c’est encore douloureux pour moi, confie Tandrevold au micro de TV2. Et franchement, je n’ai pas besoin de le voir, je m’en souviens encore très bien et je peux en parler sans m’infliger cela. »

Ingrid Landmark Tandrevold, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Ingrid Landmark Tandrevold (NOR) – Manzoni/NordicFocus

Surtout qu’elle n’a gardé aucune séquelle physique. Pour preuve, dès l’étape suivante à Kontiolahti, elle regagnait le haut du podium sur un par équipes. « Je pense que c’était le bon choix de retourner skier aussi vite, vérifier que mon corps allait bien », estime la Norvégienne.

Elle a aussi tiré des leçons de cet incident. « Nous étions tous fatigués par deux années compliquées et voir le soutien que j’ai reçu puis pouvoir revoir mes proches, c’était agréable, dit-elle. J’étais à nouveau juste Ingrid, pas Ingrid la biathlète et on se souciait de moi en tant que personne. Voir que pour ceux que j’aime et qui m’aiment, peu importe que j’ai une médaille ou non, ça fait réfléchir. Il y a une vie au delà du biathlon. »

Pas question, pour autant, de prendre sa retraite. La Norvégienne est motivée à l’idée de participer à une nouvelle saison. « Le bien, le mauvais que j’ai vécu cette saison, tout ça m’a encore plus motivée et je suis prête à me lancer dans une nouvelle période de 4 ans jusqu’aux prochains JO », conclut Tandrevold.

Anders Fannemel prêt à revenir

Ski de fond, Ski, Fond, Nordique, Ski Nordique
Anders Fannemel (NOR) – NordicFocus.

Anders Fannemel était l’une des étoiles montantes du saut à ski norvégien. Il s’était même payé le luxe d’être le détenteur, pendant un temps, du record mondial de distance. Mais après une douloureuse chute en 2019 et un genou bien amoché, sa carrière en a pris un coup. « J’ai subi trois opérations et il m’a fallu 10 mois pour seulement pouvoir plier ou tendre le genou », raconte-t-il.

Après avoir envisagé de prendre sa retraite au printemps, il a décidé de retenter sa chance. « Je vais tout donner sur la préparation et si je suis au niveau à l’hiver, on verra, explique-t-il à Dagbladet. Je ne peux plus, je ne veux plus revivre une saison comme cette année. Je dois sentir que je suis encore au niveau de la coupe du monde sinon ça ne sert à rien. »

Anders Fannemel, saut à ski, Garmisch-Partenkirchen, Nordic Mag, nordicmag
Anders Fannemel (NOR) – Tumashov/NordicFocus.

Objectif précis pour l’ancienne star de l’équipe : être au niveau de Marius Lindvik et Halvor Egner Granerud. Il en a informé l’entraîneur Alexander Stöckl et le directeur sportif Clas Brede Bråthen, prêts à le soutenir. « Il a déjà fait de belles choses, il peut sûrement les refaire et on l’aidera mais on ne peut pas lui promettre une place en équipe nationale », déclare ce dernier. Pas important. Anders Fannemel est prêt à faire ce qu’il faut pour revenir, équipe nationale ou non.

Tom Hilde ne veut pas voler la vedette

En 2018, Tom Hilde rencontrait Kine Olsen, fille du célèbre footballeur norvégien Egil « Drillo » Olsen. Depuis, ils sont ensemble et filent le parfait amour. Pourtant, lors de l’avant-première du film retraçant la carrière de « Drillo », Kine Olsen est arrivée seule sur le tapis rouge, son compagnon ne la rejoignant que discrètement dans la salle de projection. Tom Hilde s’en est expliqué dans les colonnes de Dagbladet. « Cette journée était dédiée à « Drillo » et je voulais rester en retrait, pas que l’on nous pose des questions sur nos succès en combiné nordique », raconte-t-il.

Il faut dire qu’Hilde, après avoir été un sauteur à ski à succès, est devenu l’entraîneur de saut de l’équipe de combiné nordique norvégienne, meilleure équipe du monde actuellement. « Quand j’étais sauteur, je n’avais pas de soucis avec les caméras mais depuis que je suis coach, je comprends : ce sont les athlètes qui doivent briller quand nous devons rester en retrait, j’aime bien cette vision », continue Hilde. Il a donc préféré profiter de la journée, dans l’ombre, sans voler la vedette au père de sa compagne.

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 


Les cinq dernières infos

OU ENCORE
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique

Facebook

A LIRE AUSSI

Ski de fond

Alors que la neige est encore au rendez-vous aux États-Unis, la Suédoise Maja Dahlqvist a profité de l'occasion pour rentre visite à l'équipe nationale...

Ski de fond

La Norvégienne Therese Johaug, récemment retraitée, a eu la belle surprise d'avoir reçu vendredi une soirée en son honneur.

Saut à ski

La coupe du monde de saut à ski débutera à Wisla (Pologne), les 5 et 6 novembre prochains, sur plastique. Si la préparation est...

Saut à ski

Désormais retraitée, Océane Avocat-Gros a bien des projets en tête pour la suite. La Haut-Savoyarde est revenue, pour Nordic Magazine, sur les motifs de...

Ski nordique

Alors que les calendriers définitifs de la FIS sont en train d'être officialisés, Prémanon et Chaux-Neuve ont tenté d'organiser une semaine nordique début 2023....

Ski de fond

Alors qu'elle revient petit à petit à la compétition après une lourde blessure à l'épaule subie l'hiver dernier, Linn Svahn n'exclut pas quelques apparitions...

Saut à ski

Les Autrichiens ont partagé deux jours avec l'EKO Cobra pour un programme intensif. Pendant ce court séjour, les athlètes ont pu expérimenter les similitudes...

Biathlon

08:50. Loïc Meillard a été sacré sportif valaisan de l’année. Le skieur succède à un autre slalomeur, Ramon Zenhäusern. Ce dernier avait été élu...