Vu de Norge #61 : Northug à moitié suédois ?

RUBRIQUES – Chaque mardi, Vu de Norge est un concentré de l’actualité nordique en Norvège.

 

 

La Norvège prête pour la saison de biathlon

Ouverture du circuit international de biathlon ce week-end à Sjusjøen. Le gratin y était réuni pour montrer à ses adversaires qu’ils étaient fins prêts pour la première coupe du monde à Östersund. Et la Norvège n’a pas démérité, plaçant trois de leurs athlètes sur les quatre podiums disponibles : une seconde et une troisième place pour Tiril Eckhoff, une deuxième position pour Alexander Os et une deuxième et une troisième pour Tarjei Bø.

Malgré un tir plutôt mauvais pour les athlètes de l’équipe nationale (lors de la seconde compétition, les deux frères Bø s’en sortaient avec six pénalités chacun par exemple), leur entraîneur se dit très satisfait de leur niveau de ski qui s’est vu sur la piste. En revanche, tous avouent à Dagbladet être très peu satisfaits de leur niveau au pas de tir. Pour y remédier, Egil Gjelland, entraîneur des hommes, a décidé de les faire utiliser des sortes de « coussins » d’équilibre pour recréer les conditions d’une arrivée au pas de tir après un tour complet de piste. Et au vu de la compétition de dimanche, peut-être les Norvégiens vont-ils repenser leur stratégie…

 

Revue de web

 

Bonne nouvelle heureusement, les athlètes se sentent bien mieux sur les skis. Tous se disent ainsi heureux que l’équipe ait pris en compte leur considération. Plusieurs farteurs ont été remplacés après les nombreuses plaintes des biathlètes la saison dernière. Tarjei Bø explique donc à la NRK qu’il est très avantageux que toutes leurs demandes aient été prises en compte afin de ne plus pâtir d’un mauvais ski qui pourrait leur faire perdre des médailles aux championnats d’Oslo à domicile.

 

Du côté de Tiril Eckhoff et Tarjei Bø en revanche, tous les voyants sont au vert avec deux podiums pour deux compétitions. La Norvégienne a ainsi confié à VG qu’elle s’était beaucoup améliorée depuis l’an dernier et espère bien le prouver aux mondiaux d’Oslo. Même objectif, d’ailleurs, pour l’aîné des Bø qui explique à la NRK que les conditions sont optimales pour lui pour aller y chercher l’or.

 

Revue de web

 


 

Doutes dans le milieu du saut

Avant Klingenthal, petite révolution dans le saut norvégien. En effet, Stöckl, entraîneur de l’équipe nationale, a décidé d’emmener Tom Hilde, athlète de l’équipe B, à l’ouverture de la coupe du monde. Si le principal intéressé s’en dit très heureux au micro de la NRK, ce n’est pas le cas de Philip Sjøen, toujours pas prêt à revenir au plus haut niveau. Dans une interview pour la première chaîne TV du pays, le jeune sauteur explique qu’il n’a pas la motivation pour revenir dans l’équipe nationale. Si c’était un rêve pour lui d’y entrer à seulement 18 ans, il a vite déchanté. Ne s’y retrouvant pas dans le système strict de l’équipe nationale, il aimerait un programme adapté, plus souple. Stöckl, lui, explique qu’ils n’ont pas assez de ressources pour traiter spécifiquement chaque athlète au sein de la structure… Sjøen doit donc choisir quelle voie suivre : rentrer dans le moule ou arrêter le saut à haut niveau.

 

Revue de web

 

Alexander Stöckl va ainsi devoir compter sur un autre athlète pour remplacer les deux figures qu’étaient Bardal et Jacobsen et qu’il a perdues à la fin de la dernière saison. S’il a bien pensé à Rune Velta, il ne le voit pas encore prêt à assumer cette responsabilité. Il espère néanmoins qu’un de ses sauteurs révèlera une forte personnalité de leader. Et pourquoi pas Daniel Andre Tande qui a remporté la première épreuve de la saison à Klingenthal ce week-end ? Si l’événement est irréaliste pour lui, il se dit agréablement surpris au micro de Dagbladet, assurant que son été a porté ses fruits et espérant continuer sur cette lancée.



 

Northug et la Suède : une nouvelle histoire d’amour ?

Avant la première épreuve de coupe du monde à Kuusamo le week-end prochain, Northug a décidé d’aller s’entraîner sur les épreuves suédoises de Bruksvallarna… Et il a décidé d’y arborer une combinaison aux couleurs de la Suède. Un beau pied de nez à ses adversaires de toujours. Pourtant, là-bas, le fondeur a aussi décidé de s’excuser pour Falun. Il explique en effet au micro de VG, quotidien national de Norvège, qu’il se sent mal d’y avoir pris 4 médailles d’or face à leurs athlètes à domicile.

 

Revue de web

 

Sincère ou seulement une nouvelle façon d’humilier ses voisins, personne ne peut vraiment le dire… Peut-être plus sincère qu’on ne le croit puisque comme le révèle l’entraîneur de Northug, celui-ci pourrait être plus lié à la Suède qu’on ne le pense. En effet, ses parents auraient conçu le petit prodige du fond près de Bruksvallarna justement, à la frontière avec la Norvège. Northug serait donc à moitié suédois ! Quelle farce sachant que l’enfant terrible du fond est le premier à défendre sa patrie et à vouloir humilier les Suédois…

 


 

Moan demande des assurances contre les accidents

 

Magnus Moan à Falun (photo : Stanko Gruden/Agence Zoom)

Magnus Moan à Falun (photo : Stanko Gruden/Agence Zoom)

 

A seulement 10 jours de l’ouverture de la coupe du monde de combiné nordique, VG révèle que Magnus Moan et d’autres athlètes ont demandé à la fédération norvégienne de rajouter à leur contrat une assurance en cas d’accidents lors des compétitions. Le combiné explique qu’il est extrêmement important que l’association de ski mette en place cette clause avant que les athlètes ne signent leur contrat. Joachim Walltin, chef du syndicat des athlètes norvégiens, déclare qu’il n’y a pas de raisons que les sauteurs à ski et combinés n’aient pas droit à cette assurance contre les accidents alors que les footballeurs, hockeyeurs ou handballeurs en profitent déjà. Magnus Moan trouve cela d’ailleurs très étrange puisque les skieurs la détenaient auparavant mais elle a été enlevée du contrat sans explication. Si leur licence les protège quelque peu, l’assurance accidents le ferait mieux, les coûts des opérations n’étant pas toujours couverts par la seule licence. Et Magnus Moan compte bien que sa demande aboutisse vendredi prochain lors du dialogue avec la fédération nationale.

 

 


 

Le dopage en Russie fait couler de l’encre

Après les révélations sur la fédération d’athlétisme de Russie et le dopage organisé en son sein, des doutes se portent sur les autres sports du pays et forcément, en ski aussi où plusieurs avaient déjà été pris sous l’influence de substances illicites. Une situation qui touche toutes les nations du sport et, bien sûr, la Norvège. Interrogé par VG, Petter Northug Jr. a avoué trouver toutes ces révélations effrayantes, surtout quand il pense que cela aurait aussi pu se passer à Sochi… En revanche, il tient à ne pas porter de suspicions infondées sur ses concurrents russes. Dans une vidéo de sa WebTV, il insiste cependant sur la nécessité de la lutte anti-dopage pour que tous les athlètes soient propres et sur un pied d’égalité.

Côté biathlon, où plusieurs ont déjà écopé de suspensions pour dopage, VG a interrogé Tiril Eckhoff et Tarjei Bø. Tous deux ont choisi de ne pas regarder le documentaire allemand à propos du dopage en Russie qui était diffusé sur la NRK. Eckhoff explique qu’elle ne veut pas rentrer dans la polémique, jugeant ses adversaires propres tant que le contraire n’a pas été prouvé. L’aîné des Bø, lui, juge qu’il est bon que le système illicite russe ait été révélé au grand jour mais ne veut pas y penser outre mesure, préférant se concentrer sur sa propre carrière et ses performances.

 


 

Les fesses de Johannes Bø en live à la TV !

 

Revue de web

 

Il y a quelques temps déjà, les membres de l’équipe de biathlon norvégienne faisaient parler d’eux après s’être déculottés lors d’une compétition féminine et avoir été filmés. Emil Hegle Svendsen, Tarjei Bø et Johannes Thingnes Bø avaient ainsi fait le buzz… Et bien le dernier cité a récidivé ! Sur son instagram, il a ainsi posté une photo de son physiothérapeute et juste derrière, une paire de fesses nues ! Dagbladet, quotidien national, s’est empressé de s’emparer de l’affaire et a demandé à l’athlète à qui appartenait ce joli derrière… Et il s’avère que c’est bien celui de Johannes Thingnes Bø ! Une photo prise en 2013 lors de sa première victoire au Grand-Bornand. L’image avait alors été retransmise à la télévision sans que personne n’en fasse toute une histoire. Mais par humour, le biathlète n’a pas voulu laisser passer l’occasion de ressortir cette vieille photo, avouant qu’il avait alors juste oublié que l’on filmait toujours le vainqueur après le passage de la ligne d’arrivée… Une erreur qu’il n’est pas prêt de refaire !

 

This is Fritz, our physiotherapist🤓 #photobomb 🍑

Une photo publiée par Johannes Thingnes Bø (@johannesbo) le

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.