Vu de Norge #67 : Sundby l’alien ? Le 007 norvégien enquête…

RUBRIQUES – Chaque mardi, l’actualité nordique en Norvège, c’est avec Vu de Norge.

 

Sundby l’alien ?

Revue de web
 
« La Machine ». Voilà comment on surnomme désormais Martin Johnsrud Sundby dans le monde du ski de fond. Le Norvégien survole tellement la concurrence que certains se demandent comment cela peut être possible. Northug admet même lorsqu’il arrive second derrière son compatriote qu’il est heureux d’avoir gagné dans la catégorie des humains.

Sundby un alien ? Certains ont d’autres théories… Les experts de TV2 admettent en effet que si un étranger dominait ainsi le classement mondial, on crierait au dopage. Même Sundby admet qu’il se poserait des questions, mais puisque les accusations prononcées à demi-mots le concernent, il explique qu’il n’y a aucune recette magique, seulement un entraînement de titan qui porte ses fruits.

Un avis partagé par son entraîneur qui assure que ses résultats ne sont aussi bons que parce qu’il est un gros travailleur. Avec désormais plus d’1 min 30 d’avance au Tour de Ski sur ses poursuivants, certains affirment pourtant que s’il avait été d’une autre nationalité, les médias norvégiens ne seraient pas aussi tendres avec lui et dénonceraient des résultats plus qu’inhumains. « La Machine » n’a pas finit de faire parler d’elle si Sundby continue de dominer le monde à un point plus soupçonneux encore que la domination de sa compatriote Therese Johaug.
 

 


 

Sundby, malade avant le Tour de Ski

Mais cette machine si bien huilée qu’est Sundby ne peut-elle jamais s’enrayer ? A l’en croire, si. Juste avant le début du Tour de Ski, le maillot jaune de ski de fond expliquait ainsi à la NRK qu’il avait été malade pendant la période de Noël et n’avait pu s’entraîner. Il craignait donc les premières épreuves.

 

Revue de web

 

Mais comme le dirait ses adversaires, ils aimeraient tous être malades si ça avait le même effet sur eux puisque Sundby domine désormais le Tour. Malgré tout, son entraîneur a expliqué qu’ils avaient été quelque peu inquiets car le fondeur a souvent des problèmes à cette période de l’année et lutte avec des rhumes fréquents.

Aukland, expert de la NRK, admet aussi qu’il n’est jamais bon de commencer le Tour de Ski après avoir été malade du fait de la pression et de l’enchaînement rapide des épreuves. Pourtant, au vu de son avance, il valait mieux que Sundby ait été malade si ses adversaires voulaient avoir une chance cette année encore… Peut-être sur les étapes d’Oberstdorf puisque le Norvégien a prévu d’aller au McDonald’s, de quoi le rendre plus lourd et moins rapide.


 

Le Tour de Ski, défi ultime du fondeur

Le Tour de Ski, graal du fondeur que peu peuvent se vanter d’avoir dompté. A vrai dire, jusqu’à la saison 2013/2014, les Norvégiens pensaient même être victimes d’une malédiction les empêchant de le remporter tant chez les hommes que les femmes jusqu’à ce que Therese Johaug et Martin Johnsrud Sundby y remédient.

Depuis, ce dernier a réalisé le doublé et pourrait même devenir cette année le premier à gagner trois fois d’affilée le Tour. Et comme l’avoue Northug aux médias, son compatriote risque bien de réussir cet exploit, même si ce n’est pas ce qui compte pour lui.

 

 

Revue de web

 

Sundby explique en effet à la NRK que ce qui est le plus intéressant, c’est de se confronter aux autres, de trouver la force physique et mentale de s’imposer, car le Tour est désormais le défi ultime du fondeur sur tous les plans et le leader du général aime les défis plus que la victoire. Il avoue même que dès la première édition qu’il avait regardée, assis dans le canapé, il a voulu remporter cette ultime récompense.
Une volonté qui n’est pas étrangère à Petter Northug Jr., quatre fois aux portes de la victoire mais toujours repoussé par ses adversaires. Mais comment celui qui brille aux mondiaux et aux JO peut-il laisser ce défi lui échapper ?

 

Revue de web

 

 

Au micro de VG, il explique que malgré toute sa volonté et sa préparation, sachant qu’il n’a jamais été aussi en forme, il doute de gagner cette fois-ci et pas seulement parce que son compatriote domine les paris. C’est une histoire de poids qui le gène et qui l’empêche de venir à bout du Tour de Ski. Dans la dernière montée, bien qu’il soit souvent parti avec de l’avance, il n’arrive en effet pas à s’imposer et perd ainsi toute chance de victoire au général du Tour. Il sait donc d’avance que cela ne changera pas cette année car il faut être un fondeur complet pour espérer l’emporter et il lui manque ce paramètre : la montée de Val di Fiemme. Il assure pourtant ne pas renoncer car pour le Tour de Ski, aucun fondeur ne renoncerait s’il avait la moindre chance.


 

La Norvège a son agent 007

Si les soucis de combinaison semblent être réglés du côté des sauteurs norvégiens, cela a peut-être à voir avec leur espion hyper secret, Andreas Vilberg. En effet, celui-ci est chargé de l’équipement de l’équipe et il peut ainsi coudre une toute nouvelle combinaison en seulement 2 heures. Mais quand il ne coud pas, il espionne les athlètes étrangers pour voir leurs nouvelles découvertes, trouver de nouveaux moyens d’améliorer l’équipe de Norvège.

Dans le monde impitoyable du saut à ski, la moindre avance technologique peut faire la différence et l’équipe scandinave l’a compris : pour lutter avec l’Allemagne et l’Autriche, il faut évoluer aussi vite qu’eux et surtout pendant la Tournée des 4 Tremplins. Les Norvégiens voyagent donc avec une camionnette pleine de tissus pour les combinaisons et avec toujours deux machines à coudre pour éviter tout ennui. Extrémiste ? Pas tellement d’après Clas Brede Bråthen, chef du saut norvégien, comme il l’explique à VG : « nos concurrents ont accès à tout ce qui leur faut dans le voisinage immédiat, maintenant nous aussi ». Une guerre de l’équipement qui fait rage dans tous les pays puisque chaque nation essaie d’avoir les meilleures innovations et d’empêcher les autres d’avoir des avantages. Une vraie jungle…

 

Revue de web

 


 

La FIS réfléchit à une coupe du monde de saut à Dubaï

 

Revue de web

 

Contrairement au combiné nordique, le saut à ski n’a pas eu trop de problèmes avec la douceur des températures et le manque de neige, trouvant toujours le moyen de ne pas annuler les épreuves. Et si la neige n’est donc plus un problème, la FIS se tourne vers d’autres pays désormais…

Walter Hofer, le directeur des compétitions explique ainsi à Dagbladet que la FIS veut étendre son calendrier, proposer de nouvelles épreuves mais pas forcément dans un décor hivernal. Ses yeux se portent donc vers le Moyen-Orient et l’Asie et plus particulièrement Dubaï, connu pour ses excès. Le projet de construction d’un tremplin serait d’ailleurs en route.

La Corée du Sud et la Chine pourraient aussi accueillir des étapes mondiales en plus de leur Jeux Olympiques respectivement en 2018 et 2022. Les épreuves en Amérique du Nord feraient aussi leur retour.

Et si l’intérêt pour le saut y est moindre qu’en Norvège, l’attrait financier n’est pas négligeable… Reste à voir si ces idées deviendront réalité, pour le malheur des amoureux de la neige.

 


Halvor Egner Granerud dans le ciel d'Oberstdorf (photo : Stanko Gruden/Agence Zoom)

Halvor Egner Granerud dans le ciel d’Oberstdorf (photo : Stanko Gruden/Agence Zoom)

Granerud, le nouveau venu en saut

Pour les deux premières épreuves de la Tournée des 4 Tremplins, l’équipe norvégienne a accueilli un petit nouveau dans ses rangs en lieu et place de Tom Hilde : Halvor Egner Granerud. Une nomination dans l’équipe nationale qui a amené les médias scandinaves à s’intéresser à ce nouveau talent du saut à ski.

 

Revue de web

 

NRK, première chaîne TV nationale, révèle alors qu’en plus d’avoir un certain don pour ce sport de haut niveau et de sauter nu (vu sur youtube), le jeune homme de 19 ans a aussi un grand-père célèbre en Norvège. Il fait en effet partie de la famille de Thorbjørn Eger, célèbre écrivain de livres pour enfants qui font partie de la culture populaire depuis près de 60 ans. Avant Oberstdorf, Granerud révélait donc devenir le nouveau héros de sa famille en s’illustrant lors de la Tournée.

Malheureusement, après Garmisch Partenkirchen, le nouveau venu a appris qu’il ne continuerait pas l’aventure et serait renvoyé chez lui sans passer par les étapes autrichiennes d’Innsbruck et Bischofshofen. Le jeune sauteur explique alors à VG qu’il n’avait pas vu venir la décision du coach Stöckl et qu’il est bien entendu très déçu mais comprend qu’au vu des bons résultats d’Hilde, il doive lui laisser sa place.

Malgré tout, bon joueur, Halvor Egner Granerud a tenu à garder le sourire face à ses coéquipiers après le beau podium de Kenneth Gangnes, surtout qu’il ne doute pas de vite revenir en coupe du monde si ses résultats en coupe continentale sont suffisants. Son seul regret ? Devoir se lever tôt le jour des qualifications à Innsbruck pour rentrer en Norvège.


Les sauteurs fans de Liverpool

Que peuvent bien faire les athlètes lorsqu’ils ne sont pas en compétition ? Eh bien pour la moitié de l’équipe de saut norvégienne, la réponse est toute trouvée : ils regardent le football et plus particulièrement les performances de l’équipe anglaise de Liverpool.

 

Revue de web

 

Une passion qui a suscité une petite crise lors des qualifications d’Innsbruck qui se déroulaient en même temps que le match de leur équipe préférée.

Heureusement, un IPad leur a sauvé la mise et leur a permis de voir la deuxième mi-temps grâce à la retransmission de TV2. Malheureusement, cela n’a pas suffit à faire gagner Liverpool qui s’est incliné 2-0 face à West Ham. Une défaite qui fait pourtant rire Kenneth Gangnes qui confie au micro de TV2 : « nos qualifications n’étaient pas bonnes, mais Liverpool c’est pire ». Et si Gangnes n’est pas le fan ultime, regardant des matchs seulement à l’occasion, Stjernen est bien plus passionné et est même déjà allé à Anfield, le stade mythique de Liverpool. Daniel Andre Tande, quant à lui, est passionné devant sa TV, admettant crier contre l’arbitre… Mais ce qu’il y a de mieux finalement, comme l’explique Gangnes, c’est de partager sa passion.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.