Vu de Norge #72 : Sundby a-t-il triché ?

Le mardi, toute l’actualité nordique norvégienne est sur Nordic Magazine et nulle part ailleurs.

 

Sundby aurait-il fait du skate sur une course classique ?

Pour la première fois, Sundby a remporté le 50km d’Oslo. Un rêve qui devient réalité pour lui après avoir été sur le podium les quatre dernières années sans pouvoir prétendre à la victoire.

Emu, le fondeur a gagné la compétition plus importante pour lui en coupe du monde de la plus belle des manières même s’il n’avait pas l’avance de Therese Johaug sur ses concurrentes. Pourtant, très vite, le ciel s’est assombri.
Après que les résultats aient été officialisés, Martin Johnsrud Sundby a été accusé d’avoir skié en style « skate » au lieu du style « classique » obligatoire sur cette épreuve. Entendu par le jury, il n’a pas été disqualifié, bien que les images, même dans le brouillard, le montrent en train d’enfreindre les règles dans la dernière montée du stade.

 

Revue de web

 

Ayant gagné avec 18 secondes d’avance, le jury a décidé que son style ne lui avait en rien donné un avantage. Sundby, qui a admis ne pas avoir fait de classique sur cette dernière côte, ne juge pourtant pas qu’il aurait dû être puni tout comme Nystad, l’entraîneur national. Celui-ci explique en effet à Dagbladet qu’après 50km, dans une pente, l’usage du style « skate » pouvait être compréhensible.
N’étant plus inquiété, le Norvégien a pu se réjouir tranquillement pendant que les médias cherchaient à comprendre cet alien du fond. Imbattable, pouvant accélérer sur tout parcours, Sundby a changé les lois de la discipline, même Northug l’admet.

Heureusement pour ses concurrents, le leader du général déclarait récemment qu’il ne se voyait pas continuer encore longtemps… (lire Vu de Norge #68)
 


 


 

Un changement d’entraîneur du fond national ?

Ancien coach de la Suisse et des Etats-Unis, Trond Nystad était devenu l’entraîneur national de l’équipe de fond norvégienne en 2011. Fort de beaucoup de victoires, il démissionnera pourtant à la fin de la saison. Déjà après Falun, comme le révèle la NRK, Nystad n’était pas sûr de repartir pour un nouvel hiver. L’entraîneur du fond met en avant qu’il faut à l’équipe norvégienne de nouvelles idées pour continuer d’évoluer, d’avancer. De plus, Nystad souhaite passer plus de temps avec sa famille, ce qu’il ne pouvait faire tout en assumant ses fonctions qui lui demandent d’être en déplacement 240 jours par an.

 

Revue de web
 

Qui pour le remplacer alors ? Tor Arne Hetland serait le favori et même Petter Northug Jr. le soutient. Ses atouts : il était encore fondeur professionnel et international il y a peu et il connaît bien l’équipe et son fonctionnement pour en avoir fait partie. Il est aussi très motivé et a le soutien des autres athlètes.
Stig Rune Kveen, entraîneur personnel de Northug, est aussi dans la liste des noms envisagés pour reprendre le flambeau. Mais la réponse du champion est claire : Kveen est à lui, même s’il est un bon candidat.
Vidar Løfshus, directeur sportif du fond norvégien, confie quant à lui au quotidien Aftenposten que le prochain entraîneur sera sûrement norvégien pour qu’il comprenne bien à quel point la discipline est d’une importance culturelle dans le pays.

 

Revue de web

 

Cinq noms seraient pour l’instant avancés : Tor Arne Hetland, Alrid Monsen (entraîneur de l’équipe nationale de sprint masculine), Sjur Ole Svarstad, Egil Kristiansen (entraîneur de l’équipe féminine) mais aussi l’entraîneur de l’équipe junior. Les favoris sont tout de même Hetland et Monsen. Mais si Sundby ne semble pas avoir de favoris, Northug a d’ors et déjà choisi son camp, même s’il ne fait plus partie à temps plein de l’équipe : il ne veut qu’Hetland et surtout pas Monsen.


 

Une check list pour le combiné

Après s’être vu disqualifié à Seefeld pour avoir omis d’accrocher son transpondeur à sa cheville, Jarl Magnus Riiber et l’équipe de combinée norvégienne vont installer une check list pour ne plus rien oublier. Une erreur de jeunesse, dit la NRK, qui ne devrait plus se reproduire, le jeune athlète de 18 ans pouvant compter sur ses compatriotes confirmés.

Pourtant, quelques jours plus tard, Riiber oubliait ses combinaisons de saut avant un saut d’essai à Holmenkollen lundi. En rigolant, il déclare à VG qu’il peut être vraiment tête en l’air. Il énumère ainsi toutes les « gaffes » qu’il a fait cette saison, dont celle à Chaux-Neuve où, oubliant sa combinaison à l’hôtel, il n’a pu participer à la compétition. Un « quota gaffes » qu’il espère avoir atteint tout comme son entraîneur Ingebrigsten qui met tous ces oublis sur le dos de l’âge. Pour lui, il y a tout de même du positif : il s’en souviendra toute sa vie et ne commettra plus les mêmes erreurs.

 

Capture d’écran 2016-02-09 à 08.18.09
 

Pour autant, la chance sourit à Jarl Magnus Riiber qui, à seulement 18 ans, a remporté sa première compétition internationale et ce à Holmenkollen, à domicile ! A peine majeur, le jeune combiné est déjà vu comme la star montante de son sport. Les journalistes norvégiens l’encensent. Son niveau en saut compense son niveau de fond, une stratégie audacieuse peu courante en combiné nordique qui lui vaut nombre de compliments. Ses compatriotes, coéquipiers ou anciens athlètes, ne tarissent pas d’éloge à l’instar de Fred Børre Lundberg, compagnon de Marit Bjørgen et ancien champion olympique de combiné. Lundberg a en effet déclaré à la NRK que pour lui, Riiber est le plus grand talent que la discipline ait jamais eu. Ne reste plus qu’à confirmer et cela ne fait pas peur au principal intéressé.

 


 

Marit Bjørgen : sa nouvelle vie de maman

Pour la première fois depuis son accouchement le 26 décembre dernier, Marit Bjørgen se confie aux médias norvégiens lors du week-end de coupe du monde à Holmenkollen. Elle révèle ainsi à VG que son petit Marius est un gentil bébé, même s’il ne fait pas ses nuits, et qu’elle a très bien vécu sa maternité.

Elle annonce aussi qu’elle espère déjà revenir aux championnats nationaux de Beitostølen en avril prochain. Mais son objectif principal reste tout de même les mondiaux de Lahti 2017.

Bjørgen voit sur le long terme désormais, admettant qu’elle va devoir changer son mode de vie pour s’adapter à son nouveau rôle de maman. En attendant, elle s’entraîne le matin et aussi le soir quant elle s’en sent capable. La Norvégienne ne chôme pas, exactement comme elle l’avait fait avant son accouchement !

 

Revue de web

 


 

Bjørndalen dit adieu au rêve américain

Comme tout le reste de l’équipe A norvégienne, Bjørndalen a décidé de ne pas se rendre sur les compétitions nord-américaines. Mais contrairement aux frères Johannes et Tarjei Bø qui font le déplacement aux Etats-Unis, le vétéran du biathlon a d’ors et déjà annoncé qu’il renonçait au grand rêve américain et à la conquête de l’ouest. Beaucoup annoncent en effet sa retraite dès la fin de la saison, le Norvégien ne sera donc jamais vainqueur au Canada et n’aura conquis que 6 fois les Etats-Unis, à Salt Lake City. Mais craignant trop la maladie depuis Noël, Ole Einar Bjørndalen préfère aller s’entraîner en altitude en Italie plutôt que de prendre des risques inutiles à moins d’un mois des mondiaux à Oslo à domicile.


 

Les projecteurs ne pourront pas être braqués sur Oslo 2016

 

OSLO HOLMENKOLLEN, NORWAY - MARCH 23: Ambiance start during the IBU Biathlon World Cup Men's and Women's Mass Start on March 23, 2014 in Oslo Holmenkollen, Norway. (Photo by Christophe Pallot/Agence Zoom)

Photo : Christophe Pallot/Agence Zoom

 

Les championnats de biathlon d’Oslo risquent de perdre plusieurs millions de téléspectateurs en mars prochain. La faute au manque de projecteurs sur le site d’Holmenkollen. Malgré un gros investissement, VG révèle que les mondiaux vont ainsi perdre au moins un million de téléspectateurs en Allemagne. Les projecteurs ne sont en effet pas assez nombreux pour permettre aux compétitions de se dérouler la nuit.

Les épreuves seront donc prévues de jour alors que beaucoup de passionnés et de téléspectateurs ne seront pas chez eux. Le directeur de la NRK, premier diffuseur en Norvège, explique qu’il comprend que le stade d’Holmenkollen n’ait pas fait ce gros investissement malgré les pertes engendrées pour les chaînes TV. Pourtant, c’est 100 000 spectateurs qu’auraient pu gagner la NRK si les épreuves s’étaient déroulées en soirée.

La question soulève donc un réel problème : des stades comme Östersund et Nove Mesto en Suède et en République Tchèque ont eu de quoi investir dans des projecteurs : pourquoi pas Oslo ? Besseberg, directeur de l’IBU, comprend bien que c’est une question de coût mais rappelle que c’est important d’investir pour la visibilité du sport. Il prend d’ailleurs l’exemple des Jeux Olympiques 2018 en Corée du Sud qui, pour se mettre à l’heure de l’Europe, organiseront toutes les compétitions de nuit.
Ne reste plus à Holmenkollen qu’à rejoindre le côté obscur… pour des compétitions plus adaptées aux téléspectateurs.


 

Tromsø nouvelle capitale de la Norvège ?

Après les championnats nationaux se déroulant en partie à Tromsø et où Northug a remporté une médaille d’or, ce dernier a déclaré qu’il est vraiment important de faire venir la coupe du monde jusqu’ici, dans le nord de la Norvège. Dans un épisode de sa WebTV, il déclare en effet que beaucoup de fondeurs vantent les mérites des installations de Tromsø et voient bien le circuit international s’y déplacer.

Toujours aussi blagueur, Petter Northug Jr. continue en exprimant son souhait d’aller encore plus loin : et pourquoi la ville ne deviendrait-elle pas tout simplement la capitale de la Norvège ? Après tout, ce fût déjà le cas en 1940 pendant 6 semaines jusqu’à la fuite du gouvernement vers l’Angleterre du fait de la domination nazie. Alors, le Roi et le gouvernement seront-ils prêts à déménager dans le Grand Nord ?

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.