Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Vu de Norge, biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazinebiathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine
Canva/Nordic Magazine

Vu de Norge

Vu de Norge à Pékin #3 : les Norvégiennes réagissent après l’individuel de biathlon

Vu de Norge se met à l’heure olympique ! Tous les jours et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne à Pékin.

Individuel de biathlon : les réactions des Norvégiennes

« Je penserai à cette balle manquée toute ma vie », réagit à chaud Marte Olsbu Røiseland après l’individuel. Manquant de peu l’or, la biathlète repart tout de même avec le bronze aujourd’hui. Si elle se dit d’abord très déçue, c’est en larmes qu’elle apparaît au micro de la NRK. « Je sentais que j’étais en contrôle mais c’est une piste difficile et vivre en altitude implique des difficultés supplémentaires, explique-t-elle. Manquer ce dernier tir m’énerve, j’aimerais pouvoir revenir en arrière et recommencer, mieux m’appliquer. Je ressens des émotions très différentes, du soulagement d’avoir une médaille surtout que je ne suis plus si jeune, de la frustration de ne pas faire mieux… »

Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Marte Olsbu Roeiseland (NOR) – Manzoni/NordicFocus

Après la cérémonie des fleurs, la Norvégienne revient pourtant bien plus apaisée. Il ne lui aura fallu que quelques minutes pour digérer sa déception et comprendre qu’elle venait de prendre sa première médaille olympique individuelle. « Je suis très heureuse, dit-elle alors. Je veux toujours être parfaite alors forcément, j’étais déçue mais je ne dois pas penser à ça, je ne dois garder que le bon. »

Plus facile à dire qu’à faire pour sa coéquipière Tiril Eckhoff, 22e. « Je ne me sens pas si bien physiquement en altitude, je n’avais qu’une pensée, ne pas tomber dans les vapes », révèle la Norvégienne. Alors forcément, difficile de tirer dans ces conditions, d’où ses 5 fautes sur les deux derniers tirs.

Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Marte Olsbu Roeiseland (NOR) – Manzoni/NordicFocus

Quant à Ingrid Landmark Tandrevold, elle est surtout soulagée d’avoir pu courir, étant considérée elle aussi comme « cas contact étroit » de Jarl Magnus Riiber. « Ce n’est pas amusant du tout d’être réveillée tôt pour ce genre d’histoire, raconte-t-elle. Je me suis faite énormément tester depuis, heureusement je me sens bien et je ne dois pas me plaindre : d’autres n’ont pas cette chance et ne peuvent pas courir. Je pense beaucoup à Jarl qui est mon ami et qui, pour l’instant, ne peut pas concourir malheureusement. » Une approche olympique assez originale pour la biathlète qui a terminé aujourd’hui 8e avec une seule faute.


Falla incertaine

Si elle avait été choisie pour être la porte-drapeau norvégienne, Maiken Caspersen Falla avait finalement refusé. Elle s’est expliquée en conférence de presse hier. « J’ai l’impression que mon corps ne se comporte pas parfaitement, raconte-t-elle dans des propos relatés par VG. Je n’ai pas très envie d’en parler avant le sprint mais mon principal problème est de réussir à manger correctement. » En fait, elle souffrirait des mêmes problèmes qu’à Davos en décembre dernier. Elle avait alors des problèmes d’estomac et ne réussissait pas à manger ou absorber correctement les nutriments de ce qu’elle ingérait.

« Un jour ça va mieux et le suivant ça revient, c’est compliqué, continue-t-elle au micro de TV2. Mais je sais que quand je suis en forme, je peux être la meilleure. J’espère donc que je serai à mon meilleur niveau sur le sprint et dans ce cas, je pourrais me battre pour une médaille, j’en suis certaine. »

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

Maiken Caspersen Falla, Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Maiken Caspersen Falla (NOR) – Modica/NordicFocus

Leader de l’équipe de sprint féminine norvégienne, Falla a été évidemment sélectionnée malgré ses ennuis de santé mais elle aura du pain sur la planche si elle veut battre les Suédoises, grandes favorites de l’épreuve. « Elles ont confiance en elles et c’est normal mais il est plus facile de dire qu’on fera un triplé que de le faire, prévient Falla. Nous ferons tout notre possible pour les en empêcher. »

D’ailleurs, Jonna Sundling ne l’oublie pas : « on ne peut pas la rayer de nos plus grandes concurrentes, on sait de quoi elle est capable même si elle a eu une saison difficile », conclut la suédoise.


Il faut sauver le soldat Norvège

Ses coéquipiers l’avaient annoncé avant le skiathlon : ils voulaient aller chercher une médaille pour Simen Hegstad Krüger, privé de la possibilité de défendre son titre à cause du coronavirus.

Finalement, aucune médaille pour les Norvégiens, extrêmement déçus. Mais pour Krüger, cela pourrait avoir du bon. « Ils vont être secoués et je pense qu’on verra une équipe norvégienne bien plus conquérante ces prochains jours », affirme-t-il au micro de la NRK. Testé négatif, le fondeur espère bien faire partie de cette équipe sur le 50km pour aller affronter les Russes et Alexander Bolshunov. « J’espère pouvoir voyager dès vendredi après avoir eu mes 4 tests négatifs », explique-t-il.

Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Paal Golberg (NOR), Hans Christer Holund (NOR) – Modica/NordicFocus

Très impressionné par la performance de Bolshunov, Krüger n’estime pas moins qu’il peut être battu. Par lui et par toute l’équipe norvégienne. « Nous pouvons facilement faire jeu égal avec les Russes si on se réveille », déclare-t-il. Mieux vaudrait qu’ils le soient dès demain avec le sprint où Johannes Høsflot Klæbo devrait être le grand favori. Car l’équipe de fond masculine qui visait six titres n’a pour le moment pas de médaille…


Johaug va-t-elle prendre sa retraite ?

C’est fait : il ne manque aucun titre, aucune médaille au palmarès de Therese Johaug. A 33 ans, la Norvégienne n’a donc plus rien à prouver et presque plus rien à gagner. Va-t-elle faire le choix de ranger les skis au placard ? C’est en tous cas ce qu’elle a laissé entendre au quotidien VG.

« Je sais que c’était ma dernière chance d’obtenir un titre aux Jeux, commence-t-elle. Et puis toute cette dernière année a été bizarre, j’ai été très égoïste, je n’ai pas accordé assez d’importance à mes amis, ma famille et surtout mon fiancé Nils Jakob », confie-t-elle. Elle avait déjà annoncé qu’elle réfléchissait à avoir des enfants, peut-être même avant les Mondiaux 2025 qui se dérouleront chez elle, à Trondheim.

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique
Therese Johaug (NOR) – Modica/NordicFocus

« En attendant, je veux me concentrer sur ces deux semaines, sur ici et maintenant, continue la fondeuse. Ensuite, quand tout sera terminé, je verrais. Je me poserai et je réfléchirai à ce que je veux. » Insatiable, Johaug voudrait aller chercher d’autres titres à Pékin. Et pour ses coéquipières, comme Ragnhild Haga, il y a de grandes chances qu’on la revoit même aux prochains Jeux olympiques ! Plausible ?


Et ailleurs ?

Si la descente de ski alpin masculine ou le slalom géant féminin aurait pu ramener une médaille à la Norvège, il n’en a rien été ! Aleksander Aamodt Kilde n’est que 5e, tout comme Ragnhild Mowinckel. Thea Louise Stjernesund est elle 6e.

Pas de médaille non plus en patinage artistique par équipe, en snowboard masculin ou en patinage de vitesse où Ragne Wiklund termine onzième du 1 500 mètres remporté par la légende néerlandaise Ireen Wüst.

La Norvège, après 3 jours, est donc encore bien loin de son objectif de 32 médailles avec seulement 4 breloques (deux en biathlon, une en fond, une en patinage de vitesse). Elle est d’ailleurs descendue 4e au tableau des médailles.


Hors piste

Que peuvent bien manger les athlètes à Pékin ? De tout ! Dans le grand hall, on trouve tous types de cuisine du monde, de quoi avoir du choix. Pour les athlètes isolés et qui ne peuvent pas s’y rendre, en revanche, c’est tout autre chose. La quantité est peu importante et le contenu peu qualitatif, à tel point que les Norvégiens ont fait le choix d’importer de la nourriture pour ses athlètes malades.

C’est ce que révèle Pål Trulsen, qui s’occupe des équipes de curling, à la NRK en confirmant que lorsqu’il a pris l’avion, il a emmené dans ses bagages des colis de nourriture. « Oui, nous avons pris des mesures pour que les athlètes soient correctement ravitaillés », confirme le responsable médias de l’Olympiatoppen, Halvor Lea.

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

Il faut dire que plusieurs se sont plaint de ne pas manger assez et d’avoir perdu du poids, des conditions qui ne les aide pas à se soigner. C’est le cas de la biathlète russe Valeriia Vasnetsova qui s’en est ouverte sur son compte Instagram. « Je ne comprends pas que les athlètes soient traités comme ça car je sais que nos médecins ont de meilleures choses à manger dans le même bâtiment », dit-elle. Pour éviter ce souci, les Norvégiens ont donc pris les choses en main et Jarl Magnus Riiber, entre autres, ne semble pas souffrir d’un quelconque manque en isolement.

Après que l’Allemand Eric Frenzel ou encore un hockeyeur finlandais se sont à leur tour plaint, le CIO a décidé d’agir aujourd’hui (près d’une semaine après la Norvège). Les athlètes pourront commander ce qu’ils souhaitent au village olympique et le CIO a promis de s’occuper de tous les problèmes qui ont été soulevés depuis la semaine dernière.


Les cinq dernières infos

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, ski de fond, combiné nordique, saut à ski, saut spécial, nordicmag, Nordic Mag, nordic mag biathlon, biathlon 2022, ski nordique, biathlon magazine, Nordic Magazine, ski nordique

Facebook

A LIRE AUSSI

Saut à ski

Désormais retraitée, Océane Avocat-Gros a bien des projets en tête pour la suite. La Haut-Savoyarde est revenue, pour Nordic Magazine, sur les motifs de...

Ski nordique

Alors que les calendriers définitifs de la FIS sont en train d'être officialisés, Prémanon et Chaux-Neuve ont tenté d'organiser une semaine nordique début 2023....

Ski de fond

Alors qu'elle revient petit à petit à la compétition après une lourde blessure à l'épaule subie l'hiver dernier, Linn Svahn n'exclut pas quelques apparitions...

Saut à ski

Les Autrichiens ont partagé deux jours avec l'EKO Cobra pour un programme intensif. Pendant ce court séjour, les athlètes ont pu expérimenter les similitudes...

Biathlon

08:50. Loïc Meillard a été sacré sportif valaisan de l’année. Le skieur succède à un autre slalomeur, Ramon Zenhäusern. Ce dernier avait été élu...

Biathlon

Quelques jours après la décision de Lukas Hofer de s'entraîner avec les Suédois cet été, l'Italien s'est confié sur les raisons qui l'ont poussé...

Biathlon

La Jurassienne Anaïs Bescond, tout juste retraitée, sera présente à Morbier samedi 28 mai pour une très belle fête en son honneur.

Ski nordique

17:45. Pour la première fois de son histoire, la Norvège pour avoir une femme à la tête de sa fédération de ski. Tove Moe...