Xavier Thévenard, à une semaine de la CCC

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

Vendredi prochain débute la CCC. Des coureurs du massif jurassiens seront présents, dont Lucas Humbert et Xavier Thévenard. Entretien avec ce dernier, vainqueur de la Transju’trail.

 

Image-3.png

 

Encore quelques jours avant la CCC pour Courmayeur Champex Chamonix. Etes-vous en forme ?

Ça, c’est la grande question ! Je verrai bien le jour même, mais il faudra être en forme le Jour J car 100 bornes, ce n’est pas une mince affaire, surtout avec un dénivelé comme celui-ci. J’ai fait quelques test de fatigue et ils sont plutôt bons. Après, sur mes séances en ce moment, j’ai des sensations correctes. Cela n’est pas évident à gérer car, en ce moment, nous avons beaucoup de boulot et pour récupérer en plus de l’entraînement, il faut vraiment se connaître pour ne pas faire n’importe quoi. 

 

C’est aussi une course contre soi-même”

 

La compétition commence tout de suite, puisque les premiers kilomètres conduisent rapidement à plus de 2500 m d’altitude. Il faudra donc avoir des jambes dès le début.

C’est sûr qu’il faudra avoir les jambes dès les premiers kilomètres ; déjà car il y a un beau plateau sur la CCC cette année et dans l’euphorie ça va partir vite. Après, il ne faudra pas partir trop fort quand même au début, car c’est un ultra trail. C’est la première difficulté de la CCC : « bien gérer son effort ». C’est aussi une course contre soi-même.

 

Dans cette liste de cols (Tête de la Tronche, Grand col Ferret, Bovine, Tseppes et Tête aux Vents), quelle ascension redoutez-vous le plus ?

Je vais dire Tête aux Vents car c’est en fin de parcours et après 85 km de course, on peut être très bien, comme être vraiment à l’agonie. En plus, c’est la nuit et le terrain est bien accidenté avec des cailloux, des petits trous un peu partout. Et si nous ne sommes plus très lucides, ça peu être fatal ! C’est dans cette partie que le mental intervient énormément : rester concentré jusqu’au bout ce n’est pas une chose évidente.

 

Il faut avoir le ventre solide”

 

Image-4-copie-1.pngDescendre ne sera pas chose plus facile, contrairement à ce que l’on peut penser ?

C’est sûr ! Sur la CCC, il y a plus de dénivelé négatif que positif. Il faut avoir le ventre solide car les descentes ça secoue beaucoup, d’où l’importance de bien connaître ce qui marche au niveau de son alimentation. Les descentes en elles-mêmes ne sont pas très compliquées, il n’y a pas un pourcentage de pente très élevé et les chemins ne sont pas très techniques. La CCC, c’est une autoroute. 

 

Dans vos concurrents, qui redoutez-vous le plus ?

Sur le Massif du Jura, nous sommes plusieurs dont Lucas. C’est dur à dire ! La plupart des favoris, je ne les connais pas hormis Lucas, Christophe Malardé, Emmanuel Gault, les frères Camus, Sacha Devillaz. Je pars sur la CCC avec un objectif de temps et pas de place. Je vais essayer de battre mon temps de l’année dernière, Je vais me concentrer sur ma course et pas trop sur celle des autres. Mais je jetterai quand même un coup d’oeil de temps en temps. 

 

Lucas Humbert sera en effet présent. Il a dompté l’Oisans. C’est un rude adversaire ?

Lucas fera partie des meilleurs. Après je ne vais pas dire que c’est un adversaire car nous sommes tous les deux du Massif Jurassien, mais ça sera un collègue jurassien de course. D’ailleurs, à la Transju’trail nous avons eu une petite conversation concernant la CCC et on s’était dit que ça pourrait être bien de faire flotter le drapeau jaune « Made in Jura » au pays des Alpes ! On verra vendredi prochain !

 

Photos : John Michelin